Votre foi est votre fortune – Chapitre 9 – La pierre fondatrice

Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et quelqu’un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé,  à savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume,  l’œuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun – 1Cor. 3: 10-13

IMG_3677

Le fondement de toute expression ( ou manifestation dans le monde physique, NDT) est la conscience.

L’homme aura beau chercher, il ne trouvera jamais la cause de la manifestation de toutes choses ailleurs que dans sa conscience d’être.

Il pense avoir trouvé la cause de la maladie dans les germes, la cause de la guerre dans les idéologies politiques en conflit ou dans la cupidité. Toutes ces découvertes de l’homme, cataloguées comme l’essence de la sagesse, sont une folie aux yeux de Dieu.

Il n’y a qu’un seul pouvoir et ce pouvoir est Dieu (la Conscience).

Elle tue. Elle donne la vie. Elle blesse.  Elle guérit. Elle crée toutes choses, qu’elles soient bonnes, mauvaises ou neutres. (Sachez donc que c’est moi qui suis Dieu, et qu’il n’y a point de dieu près de moi. Je fais vivre et je fais mourir, je blesse et je guéris, Et personne ne délivre de ma main – Deutéronome 32:39; NDT)

L’homme vit et se déplace dans un monde qui est ni plus ni moins que sa conscience objective.

Ne sachant pas cela, il entre en guerre contre ses propres manifestations, alors qu’il maintient en vie les images (dans son subconscient, NDT) qui continuent de perpétuer ses impressions.

« Je suis la lumière du monde » [Jean 8:12].

JE SUIS (la conscience) est la lumière.

Ce dont je SUIS conscient d’être (ma conception de moi-même), tel que « je suis riche », « Je suis en bonne santé », « je suis libre » sont les images.

Le monde est le miroir grossissant de tout ce dont je SUIS conscient d’être.

Arrêtez d’essayer de changer le monde car il n’est que le miroir. La tentative de l’homme pour changer le monde par la force est aussi infructueuse que de casser un miroir dans l’espoir de changer son visage. Ne vous occupez pas du miroir mais changez votre visage. Laissez le monde seul et changer vos conceptions de vous-même. La réflexion sera alors satisfaisante.

La liberté ou l’emprisonnement, la satisfaction ou la frustration ne peuvent être différenciés  que par la conscience d’être.

Quel que soit votre problème, sa durée ou son ampleur, une attention particulière à ces instructions en un temps étonnamment court permet d’éliminer la mémoire du problème.

Posez-vous cette question: « Comment me sentirais-je si j’étais libre »? Au moment même où vous demandez sincèrement à cette question, la réponse vient.

Personne ne peut répondre à votre place sur le sentiment que vous ressentiriez si vous aviez la satisfaction d’avoir réalisé votre désir.

C’est à chacun de ressentir le sentiment et la joie de ce changement automatique de conscience.

Le sentiment ou frisson qui vient en réponse à ses interrogations est le Père; l’état de conscience ou  la pierre angulaire sur laquelle le changement se construit.

DSC00161

Comment le sentiment que vous ressentez s’incarnera, personne ne le sait, mais cela se fera inéluctablement. Le Père (la conscience) a des moyens qu’aucun homme ne connaît [Romains 11:33]. C’est la loi immuable.

Toutes choses  ressenties finissent par exprimer leur nature. Comme vous portez un sentiment, il devient votre nature.

Cela pourrait prendre un moment ou un an, tout dépend entièrement de votre degré de conviction. A mesure que les doutes disparaissent et que vous ressentez «Je suis ceci», vous commencez à développer le fruit ou la nature de la chose que vous vous sentez être.

Quand une personne achète un nouveau chapeau ou une paire de chaussures, tout le monde sait qu’ils sont neufs. Lui-même ne se sent pas l’aise avec ses vêtements nouvellement acquis jusqu’à ce qu’ils deviennent une partie de lui.  Il en est de même pour le port de nouveaux états de conscience.

Lorsque vous vous posez la question, « Comment me sentirais-je si mon désir était à ce moment réalisé? » La réponse automatique, jusqu’à ce que vous l’ayez intégrée par l’imprégnation du sentiment approprié, peut  vous sembler dérangeante au premier abord.

La période d’ajustement pour matérialiser votre conscience nouvelle est comparable au fait de s’habituer à un habit neuf.

Ne comprenant pas que votre conscience extériorise sous forme de conditions ce que vous êtes à l’intérieur de vous, comme la femme de Lot, vous regardez en arrière en permanence sur votre problème et vous laissez hypnotisé par lui [Genèse 19].

Lot's_Wife_by_William_Hamo_Thornycroft

La femme de Lot par William Hamo Thornycroft (1877). Ce symbole représente l’esprit indiscipliné qui au lieu de rester concentré sur la réalisation de son désir (en le ressentant comme déjà exaucé) , il regarde en arrière, dans la direction de la situation qu’il veut fuir, mais se convainc alors de sa réalité. Il est alors transformé en statue de sel, qui est un préservatif et le conserve dans ce passé, qu’il veut fuir.

Respectez donc les paroles de Jésus (qui représente votre Sauveur): « Abandonne tout, et suis-moi » [Matthieu 04:19; Matthieu 08:22;Matthieu 16:24; Matthieu 19:21; Mark 1:17; Marc 8:34; Marc 10:21; Luc 9:23; Luc 18:22].

The-cost-of-following-will-cost-you-everything-and-you-will-be-hated-by-the-world-for-making-that-decision

Jésus (qui signifie Dieu sauve, donc le Sauveur), qui représente l’état de conscience qui vous sauve de votre situation actuelle que vous devez suivre, et donc sur lequel vous devez vous concentrez, en vous en imprégnant émotionnellement.

« Laisse les morts enterrer les morts » [Matthieu 08:22; Luc 9:60].

Grave stones in the snow in balck and white

Seigneur, permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon père. Mais Jésus lui dit: Laisse les morts ensevelir leurs morts (Luc 9 :60). Le père à enterrer représente l’ancien état de conscience à laisser tomber

Il se peut donc que votre problème vous a hypnotisé à tel point par sa réalité et naturel apparents qu’il vous semble difficile de porter le nouveau sentiment ou la conscience qui est votre sauveur.

Vous devez absolument assumer ce nouveau vêtement si vous souhaitez avoir des résultats dans votre vie.

Si vous rejetez la pierre angulaire (la conscience nouvelle concernant votre désir) comme certains qui veulent construire leur (qui refusent de la porter), aucune autre fondation ne pourra être posée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s