Diabète et résistance à l’insuline : une marche légère de 2 à 5 minutes après un repas peut réduire les niveaux de glucose sanguin et d’insuline.

Selon une récente étude publiée dans Sports Medicine, faire une courte promenade après avoir mangé peut aider à réduire le risque de diabète de type 2 et de problèmes cardiaques.

Une marche légère après un repas – même pendant 2 à 5 minutes – peut réduire les niveaux de sucre sanguin et d’insuline.

Les niveaux de sucre dans le sang augmentent après avoir mangé et l’insuline produite pour les contrôler peut entraîner du diabète et des problèmes cardiovasculaires.

« En se tenant debout et en marchant, il y a des contractions de vos muscles » qui utilisent le glucose et abaissent le taux de sucre dans le sang, a déclaré Aidan Buffey, l’auteur principal de l’étude et doctorant en éducation physique et sciences du sport à l’Université de Limerick, au Times.

« Si vous pouvez faire de l’activité physique avant le pic de glycémie, généralement 60 à 90 minutes [après avoir mangé], c’est à ce moment-là que vous aurez l’avantage de ne pas avoir de pic de glycémie« , a-t-il déclaré.

Buffey et ses collègues ont examiné sept études pour comprendre ce qui se passerait si vous utilisiez la position debout ou la marche facile pour interrompre une position assise prolongée.

Dans cinq des études, aucun des participants n’avait de prédiabète ou de diabète de type 2. Les deux autres études incluaient des personnes avec et sans diabète. Les participants aux études ont été invités à se tenir debout ou à marcher pendant 2 à 5 minutes toutes les 20 à 30 minutes au cours d’une journée complète.

Les sept études ont montré qu’il vaut mieux rester debout après un repas que s’asseoir, et faire une courte promenade offrait encore plus de bienfaits pour la santé. Ceux qui se sont levés pendant une courte période après un repas avaient amélioré leur taux de sucre dans le sang mais pas d’insuline, tandis que ceux qui ont fait une courte promenade après un repas avaient des taux de sucre dans le sang et d’insuline plus bas. Ceux qui marchaient avaient également une glycémie qui augmentait et diminuait plus progressivement, ce qui est essentiel pour la gestion du diabète.

Se promener, faire le ménage ou trouver d’autres moyens de bouger son corps dans les 60 à 90 minutes après avoir mangé pourrait offrir les meilleurs résultats, ont conclu les auteurs de l’étude.



Short Walks After Meals Can Cut Diabetes, Heart Risks: Study

Étude : « Le sport intense (type HIIT) réduirait le risque de cancer métastatique de 72 % »

Résumé : L’exercice aérobique réduit le risque de cancer métastatique en EN AUGMENTANT LA CONSOMMATION de GLUCOSE.

Selon les chercheurs, l’exercice aérobique d’intensité augmente la consommation de glucose (sucre) des organes internes, réduisant ainsi la disponibilité de l’énergie pour la tumeur.

Pr Levy et Dr Gepner : « Des études ont démontré que l’exercice physique réduit le risque de certains types de cancer jusqu’à 35 %. Cet effet positif est similaire à l’impact de l’exercice sur d’autres conditions, telles que les maladies cardiaques et le diabète. Dans cette étude, nous avons ajouté de nouvelles informations, montrant que l’exercice aérobique de haute intensité, qui tire son énergie du sucre, peut réduire le risque de cancer métastatique jusqu’à 72 % !

« Si jusqu’à présent, le message général adressé au public était » soyez actif, soyez en bonne santé « , nous pouvons maintenant expliquer comment l’activité aérobique peut maximiser la prévention des types de cancer les plus agressifs et métastatiques.

L’étude a combiné un modèle animal dans lequel des souris ont été entraînées selon un régime d’exercice strict, avec des données provenant de volontaires humains en bonne santé examinés avant et après la course.

Les données humaines, obtenues à partir d’une étude épidémiologique qui a suivi 3 000 personnes pendant environ 20 ans, ont indiqué 72 % de cancer métastatique en moins chez les participants qui ont déclaré une activité aérobique régulière à haute intensité, par rapport à ceux qui ne se sont pas livrés à un exercice physique. 

Le modèle animal a montré un résultat similaire, permettant également aux chercheurs d’identifier son mécanisme sous-jacent. En échantillonnant les organes internes des animaux en bonne forme physique, avant et après l’exercice physique, ainsi qu’après l’injection de cancer, ils ont découvert que l’activité aérobie réduisait considérablement le développement de tumeurs métastatiques dans les ganglions lymphatiques, les poumons et le foie. 

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que chez les humains et les animaux modèles, ce résultat favorable est lié à l’augmentation du taux de consommation de glucose induite par l’exercice.

Pr Levy : « Notre étude est la première à étudier l’impact de l’exercice sur les organes internes dans lesquels les métastases se développent habituellement, comme les poumons, le foie et les ganglions lymphatiques.

« En examinant les cellules de ces organes, nous avons constaté une augmentation du nombre de récepteurs de glucose lors d’une activité aérobie de haute intensité – augmentant l’apport de glucose et transformant les organes en machines efficaces de consommation d’énergie, tout comme les muscles.

Par conséquent, si un cancer se développe, la CONCURRENCE féroce sur le glucose réduit la disponibilité de l’énergie essentielle à la métastase. De plus, lorsqu’une personne fait de l’exercice régulièrement, cette condition devient permanente : les tissus des organes internes changent et deviennent similaires au tissu musculaire. Nous savons tous que le sport et l’exercice physique sont bons pour notre santé.

« Notre étude, examinant les organes internes, a découvert que l’exercice modifie tout le corps, de sorte que le cancer ne peut pas se propager, et la taille de la tumeur primaire diminue également. »

Le Dr Gepner ajoute : « Nos résultats indiquent que, contrairement aux exercices de combustion des graisses, qui sont relativement modérés, il s’agit d’une activité aérobique de haute intensité qui aide à prévenir le cancer. Si la plage d’intensité optimale pour brûler les graisses est de 65 à 70 % de la fréquence cardiaque maximale, la combustion du sucre nécessite 80 à 85 %, même si ce n’est que pour de brefs intervalles.

« Par exemple : un sprint d’une minute suivi d’une marche, puis un autre sprint. Dans le passé, ces intervalles étaient principalement typiques des régimes d’entraînement des athlètes, mais aujourd’hui, nous les voyons également dans d’autres programmes d’exercices, tels que la rééducation cardiaque et pulmonaire.

« Nos résultats suggèrent que les individus en bonne santé devraient également inclure des composants de haute intensité dans leurs programmes de fitness. Nous pensons que de futures études permettront une médecine personnalisée pour prévenir des cancers spécifiques, les médecins examinant les antécédents familiaux pour recommander le bon type d’activité physique.

« Il faut souligner que l’exercice physique, avec ses effets métaboliques et physiologiques uniques, présente un niveau de prévention du cancer plus élevé que tout médicament ou intervention médicale à ce jour. »

Comme le jeûne, le sport intense épuise les réserves de glucose sanguin et permet alors des changements métaboliques et thérapeutiques majeurs. Pensez-y!


An Exercise-Induced Metabolic Shield in Distant Organs Blocks Cancer Progression and Metastatic Dissemination
https://aacrjournals.org/cancerres/article/82/22/4164/710131/An-Exercise-Induced-Metabolic-Shield-in-Distant

Aerobic Activity Can Reduce the Risk of Metastatic Cancer by 72%
https://neurosciencenews.com/aerobic-exercise-cancer-21840/?fbclid=IwAR2CxnGpxntjjDYwKlvYJlk5mUGgu3EUReNdT8VAjOzLVrUXlKhmBrY2E4s

Pourquoi rêver est vital 

Les rêves jouent un rôle clé dans la stimulation de la pensée créative, de la mémoire, de l’apprentissage et même de la santé mentale.

Nous avions tendance à considérer le sommeil de rêve comme sans importance. Néanmoins, la science montre désormais que les rêves soient bien plus que des aventures nocturnes mystiques. Des recherches récentes suggèrent que le sommeil paradoxal (REM) est essentiel à l’apprentissage et à la créativité, et favorise un esprit sain. Ce n’est pas exagéré de dire que si nous étouffons nos rêves, nous n’atteindrons pas notre plein potentiel.

La privation chronique de rêves n’est pas seulement un problème pour les jeunes parents. Se coucher ivre ou après avoir consommé médicaments ou drogues peut limiter notre accès à notre monde onirique. Un réveil-matin peut également étouffer vos rêves. Comment faire pour reprendre contact avec eux ?

On sait désormais que le sommeil est essentiel pour une bonne santé physique et mentale. Le manque sommeil épuise physiquement et émotionnellement, perturbe le système immunitaire, favorise des maladies métaboliques comme le diabète de type 2, est impliqué dans la maladie d’Alzheimer et dans de nombreux problèmes de santé mentale comme la dépression.

Les autorités médicales recommandent aux adultes de dormir entre 7 et 9 heures par nuit. Le manque de sommeil est une épidémie mondiale. Mais selon le Dr Rubin Naiman Centre de médecine intégrative de l’Arizona à Tucson, nous avons également une épidémie de manque de rêves.

Les effets les plus importants semblent concerner l’apprentissage, la mémoire et la créativité.

Par exemple, l’année dernière, Sylvain Williams et ses collègues de l’Université McGill à Montréal ont montré qu’en privant l’hippocampe, la partie du cerveau où sont stockés les souvenirs, des ondes cérébrales générées lors de ce type de sommeil, les souris ne pouvaient pas consolider les souvenirs des tâches qu’elles avaient apprises la veille. Lorsqu’ils ont perturbé l’hippocampe de la même manière lorsque les souris étaient éveillées ou en sommeil non paradoxal, les animaux étaient capables de former des souvenirs normalement.

Dormir dessus
Un autre avantage du sommeil paradoxal et des rêves qui l’accompagnent semble être un boost de créativité. Sara Mednick de l’Université de Californie a mesuré la créativité des gens après leur avoir permis de se reposer tranquillement, de faire une sieste de sommeil non paradoxal ou de faire une sieste. Ceux qui avaient eu un sommeil paradoxal pendant leur sieste ont montré une capacité créative améliorée, par rapport à ceux qui n’en avaient pas.

En fait, plusieurs chercheurs pensent que cette qualité associative folle est la clé du rôle du REM. Une partie de sa fonction est peut-être de nous forcer à entrer dans un état créatif.

Robert Stickgold de la Harvard Medical School, dont les travaux ont montré que la majorité des rêves ont des noyaux émotionnels, pense qu’il y a plus que cela. « L’une des raisons pour lesquelles nous rêvons est que nous avons des réactions émotionnelles », dit-il. « Ils font partie du mécanisme que le cerveau doit choisir parmi les interprétations potentielles. » Ainsi, vous pourriez rêver d’une décision difficile, et le cerveau surveille votre réponse émotionnelle à celle-ci. Le lendemain, votre capacité à prendre la décision est plus facile : vous avez « dormi dessus ».

Il existe des preuves provisoires pour étayer l’idée. Rosalind Cartwright de l’Université Rush de Chicago a rapporté que les rêves des femmes qui souffrent de dépression après un divorce difficile peuvent les aider à se rétablir. Les femmes qui ont signalé un plus grand nombre de rêves négatifs concernant leur ex-conjoint peu après le divorce étaient plus susceptibles d’être en rémission un an plus tard que les femmes qui n’en ont signalé aucun. Peut-être étaient-ils en train de « digérer » leurs sentiments négatifs.

Naiman appelle cette théorie digestive du rêve une psychothérapie endogène ou interne. Il suit les idées d’Els van der Helm et Matthew Walker de l’Université de Californie à Berkeley, qui ont proposé que le sommeil paradoxal soit une « thérapie nocturne » qui élimine l’émotion des souvenirs traumatisants ou potentiellement anxiogènes.

Compte tenu des avantages potentiels du sommeil de rêve, il est inquiétant de constater qu’il existe une longue liste de comportements qui semblent le diminuer.

« L’alcool est un suppresseur REM spécifique. Un seul verre suffit à retarder le sommeil de rêve »
La marijuana favorise également le sommeil profond et supprime le REM : allez au lit lapidé et vous ne rêverez pas. Les gros consommateurs de cannabis signalent un « rebond » de rêve surprenant lorsqu’ils arrêtent de prendre la drogue. En cela, le sommeil paradoxal revient avec une vengeance, et avec lui tous les rêves qu’ils ont manqués – une preuve supplémentaire qu’il sert probablement un objectif important.

« Si vous prenez des somnifères ou des antidépresseurs, ils pourraient vous aider à rester intelligent au détriment de la sagesse », déclare Stickgold « . De nombreux troubles du sommeil, y compris l’apnée du sommeil, où les gens arrêtent de respirer pendant la nuit, et l’insomnie, perturbent le cycle des phases de sommeil et réduisent également le REM.

Et montrer un effet en laboratoire est très différent du monde réel. Si nous sommes gravement privés de sommeil lent, il y a des effets évidents, comme s’endormir au volant. Avec le sommeil paradoxal, les effets sont beaucoup plus subtils. Mednick pense que nous n’en savons pas assez sur ce que fait le sommeil paradoxal pour dire qu’il y a une crise de perte de REM. Mais nous devrions prendre cette phase du sommeil plus au sérieux. Nous devrions considérer cela de la même manière qu’un athlète examine son alimentation et son entraînement, dit-elle, mais ce n’est pas socialement acceptable pour le moment. « Vous ne pouvez pas dire: » J’ai vraiment besoin de travailler davantage sur mes capacités de perception et je dois être plus créatif, donc j’ai vraiment besoin de faire une sieste à sommeil paradoxal maintenant « . »

https://www.newscientist.com/article/mg23731700-200-why-dreaming-is-vital-unlocking-the-power-of-rem-sleep/

Dali chez Tussaud à Amnsterdam

Dormir 6 heures seulement par nuit pourrait générer des problèmes de santé mentale et de dépression

Même si vous pensez pouvoir vous débrouiller avec 5 ou 6 heures de sommeil par nuit, les études montrent que les personnes qui dorment moins de 7 heures sont plus susceptibles d’avoir des problèmes d’humeur ou de santé mentale comme la dépression ou pire encore la maladie d’Alzheimer.

Selon la National Sleep Foundation des États-Unis, un adulte devrait dormir entre 7 et 9 heures par nuit, même si 6 heures peuvent suffire à certains. Tout ce qui est inférieur à 5 heures est considéré comme insuffisant.

Pour tenter de déterminer l’effet de la perte de sommeil sur la santé mentale, les docteurs Kelly Sullivan et Collins Ordiah de la Georgia Southern University ont analysé les données d’une enquête téléphonique auprès de plus de 20 000 personnes aux États-Unis. Les répondants ont été interrogés sur leurs habitudes de sommeil ainsi que sur leur humeur au cours des 30 derniers jours.

70 % des participants qui ont déclaré avoir dormir 6 heures ou moins ont signalé des signes de problèmes de santé mentale. En outre, comparativement aux personnes qui dormaient entre 7 et 9 heures par nuit, les personnes qui dormaient moins de 5 heures étaient trois à quatre fois plus susceptibles de dire qu’elles avaient souffert de dépression, de nervosité, d’agitation ou de désespoir au cours du dernier mois.

Ces résultats sont logiques compte tenu de ce que nous savons sur le lien entre le sommeil et la santé mentale, dit Sullivan, mais il est impossible de dire à partir de ce type d’étude si un manque de sommeil cause des problèmes de santé mentale, ou l’inverse. « Les symptômes de l’anxiété, de la dépression et de l’insomnie se chevauchent, et nous sommes conscients que l’aggravation des symptômes psychologiques peut contribuer aux problèmes de sommeil et vice-versa. »

L’heure d’été
Cependant, les résultats sont importants compte tenu du nombre d’entre nous qui se débrouillent avec un manque de sommeil, dit Sullivan. Au Royaume-Uni, 40 % des adultes déclarent dormir moins de 6 heures par nuit.

«De nombreuses études antérieures se sont concentrées sur le manque de sommeil extrême, mais la restriction chronique légère du sommeil est plus courante», explique Sullivan. « Ces données offrent probablement une représentation plus précise des conditions de vie réelles », dit-elle.

Steven Lockley, de la Harvard Medical School, n’est pas surpris que le fait de dormir une heure de moins que la quantité de sommeil recommandée puisse avoir un effet. « L’heure que nous perdons au printemps lorsque nous passons à l’heure d’été entraîne une augmentation de 17% des accidents de voiture le lundi matin et une augmentation de 5% des crises cardiaques dans les 3 semaines qui suivent », dit-il.

Et des recherches antérieures ont montré que les adolescents dont les parents fixent l’heure du coucher à minuit ou plus tard sont 24 % plus susceptibles de souffrir de dépression et d’avoir des pensées suicidaires que ceux dont les parents s’assurent qu’ils sont au lit à 22 heures.

Référence du journal : Neurology, Psychiatry and Brain Research, DOI : 10.1016/j.npbr.2018.03.001

La danse serait l’activité physique la plus efficace pour ralentir voire inverser le vieillissement du cerveau.

Au fur et à mesure que nous avançons en âge, nous subissons une baisse de notre forme mentale et physique, qui peut être aggravée par des conditions telles que la maladie d’Alzheimer. Une nouvelle étude montre que les séniors qui pratiquent régulièrement des exercices physiques peuvent inverser les signes du vieillissement dans le cerveau, et la danse a l’effet le plus profond.

Dans leur étude, les chercheurs prouvent que 2 types d’activité physique différents – la danse et l’entraînement d’endurance – augmentent tous deux la zone du cerveau qui diminue avec le temps à mesure que nous vieillissons. Mais, seule la danse s’est avérée efficace en ce qui concerne les changements de comportement en raison des améliorations notables de l’équilibre.

Les chercheurs ont sélectionné 52 volontaires âgés de 63 à 80 ans dans le cadre de l’étude. Ensuite, ils les ont divisés au hasard en deux groupes, un groupe a été affecté à des cours de danse et l’autre a rejoint le groupe de contrôle sportif.

Le groupe de danse a pris des cours de danse avec un changement constant de chorégraphie dont les mouvements leur ont été demandés de mémoriser. Le programme pour le groupe sportif, quant à lui, consistait en un entraînement en force, un entraînement en endurance et un entraînement en flexibilité.

La zone de l’hippocampe du cerveau qui est la plus susceptible de décliner en raison des processus de vieillissement a augmenté dans les deux groupes. Cette zone du cerveau est également responsable de la mémoire, de l’équilibre et de l’apprentissage.

Mais, seuls les volontaires du groupe de danse avaient un volume accru d’autres sous-parties dans l’hippocampe gauche. De plus, seule la danse avait augmenté le volume d’une partie de l’hippocampe droit appelée le subiculum.

Dancing or Fitness Sport? The Effects of Two Training Programs on Hippocampal Plasticity and Balance Abilities in Healthy Seniors
https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fnhum.2017.00305/full

Le solstice d’été, un moment pour penser à utiliser la liste magique

Le solstice d’été marque dans l’hémisphère nord, le jour le plus long de l’année. Il est traditionnellement célébré depuis des milliers d’années par de nombreuses traditions allant de la Grèce antique aux Mexique. Lors de ces fêtes, les peuples rendaient culte dans la joie et la foi aux dieux du soleil, des moissons, de la pluie, de la fertilité, de la musique ou de la guérison. Par exemple, il est admis que le temple Stonehenge en Ecosse était un lieu de célébration du soleil par les anciens druides.  

On peut supposer que ce culte des hommes était réalisé dans le besoin de célébrer les énergies de force et de puissance du soleil, donneur de toute vie. C’était un moment de prières, de jeûnes, de chants, de danses, et parfois de sacrifices…

Le solstice d’été est également le moment de se recentrer sur soi-même et de contempler les six mois qui nous séparent de la fin de l’année. Pour rendre cette période productive, vous pouvez utiliser la méthode de la liste magique. Tirée du livre de R H Jarrett It Works, elle est une méthode efficace pour pousser son subconscient à manifester ses buts.

Voici la méthode complète en six étapes :

Rédigez une liste de tout ce que vous voulez, par ordre d’importance, avec les éléments les plus importants en haut de la liste.

Soyez très précis sur chaque article que vous voulez, en énumérant tous les détails possibles de ce que vous voulez et quand vous le voulez.

Modifiez la liste quotidiennement, en ajoutant des éléments ou en supprimant des éléments qui vous viennent à l’esprit, jusqu’à ce que vous sentiez que vous avez la bonne liste.

Lisez la liste de ce que vous voulez trois fois par jour : matin, midi et soir.

Pensez à ce que vous voulez aussi souvent que possible.

Ne parlez à personne de votre liste ou de ce que vous faites.

Harold Horwood, l’ingénieur qui commandait à ses rêves les gagnants de courses de chevaux

Extraits des premières et dernières pages de l’article du Sunday Picturial du 11 janvier 1959.

IL REVE LES GAGNANTS DES COURSES Et en plus, ILS GAGNENT !

UNE FORTUNE DANS SES RÊVES !


Par Tom Riley

Des gagnants de courses en abondance, et dans ses rêves !

C’est l’histoire incroyable, appuyée de nombreux reçus de gains, de l’homme à droite, M. Harold Horwood. Et maintenant, le Sunday Pictorial va faire le test pour vous.

En 1946, il a gagné 775£ avec LAS VEGAS2 à une côte de 20/1 à l’Handicap de Novembre et 200£ avec un Ante-post sur SAYANI, victorieux de la course de Cambridgeshire.

L’année dernière, il a vu plus de 20 gagnants dont notamment, PALL MALL qui a gagné la course des 2000 Guinées. M. Harwood est convaincu que ses rêves sont inspirés, et il a donné beaucoup aux œuvres de bienfaisance. «Je suis convaincu que Dieu attend de moi que je fasse du bien avec l’argent que je gagne», dit-il. Je suis également convaincu que le futur peut être connu, et que c’est à nous de clarifier notre esprit afin de recevoir l’information que nous recherchons ».

« Parfois, le sens du rêve est difficile à comprendre, mais une fois, le nom du gagnant m’a été crié tellement fort qu’il m’a réveillé ».

Dans son livre, La conquête du temps, l’ingénieur explique la méthode de programmation de rêves prémonitoires qu’il avait mis en place. Elle marchait dans la très grande majorité des fois, parfois 9 fois sur 10.

Dans quelques semaines, je mettrai en place, une expérience collective avec le blog de programmation de rêve prémonitoire.

Qu’est-ce qu’un jeûne thérapeutique ?

Tous les jeûnes n’ont pas le même effet sur l’organisme. Leur influence dépend particulièrement de leur durée, leur fréquence, la quantité et la qualité de la préparation et la réalimentation. Ainsi, un jeûne de 22 heures, de deux jours ou de 7 jours n’ont pas la même portée.

Pour qu’un jeûne soit thérapeutique, il est nécessaire que :

  • Le jeûne soit minimum de 5 jours qui permet la destruction des cellules et cellules souches. Il est à noter qu’il ne doit pas être trop long pour ne pas générer une chute du métabolisme.

Pour en optimiser la portée thérapeutique, il est à considérer de :

  • Supprimer les protéines animales ET végétales trois jours avant le jeûne pour accélérer la chute du niveau de l’hormone IGF-1.
  • Faire une montée alimentaire au moins une semaine avant le jeune pour apporter une variété de nutriments à l’organisme.
  • Les deux derniers jours avant le jeûne, de manger exclusivement des glucides (rapides et lents) et des lipides pour bénéficier d’un carburant optimal pour répondre aux besoins énergétiques et métaboliques durant la durée du jeûne.
  • Ne pas faire de sport intense pour ne pas produire d’IGF-1. En revanche, marcher quand l’envie se fait sentir.
  • La réalimentation doit être composée majoritairement de protéines (acides aminés essentiels) pour reproduire de l’IGF-1 afin d’ordonner la régénération des cellules. A ces protéines, il est nécessaire d’ajouter un peu de glucides (ex : un petit fruit) pour augmenter la biodisponibilité de l’hormone IGF-1.


Quelques sources scientifiques (en anglais)

Importance des acides aminés essentiels et des protéines lors de la rupture de jeûne | Rhonda Patrick
Comment rompre un jeûne ? Par Jason Fung.


Pour mieux connaître le jeûne, ses possibilités thérapeutiques, ses limites et ses contre-indications, allez ici. Pour discuter du jeûne sur Facebook, allez ici.


Challenge collectif du 19/01 : une affirmation pendant 30 jours.

Quand un rituel spirituel quitte les cercles sacrés et rentre dans la sphère publique, il a souvent tendance à perdre sa force en raison des modifications qui lui sont appliquées par les gens qui n’en comprennent pas l’essence. La méthode perd alors en efficacité puis devient totalement inopérante.

Prenons la pratique des affirmations. Ma propre expérience de ce processus m’a prouvé que correctement appliqué, il est extrêmement puissant. Néanmoins, mes lectures des forums consacrés à la question montre des résultats différents : beaucoup de pratiquants obtiennent au contraire des résultats très insatisfaisants ou nuls.

Ainsi, je propose une expérience collective où nous allons expérimenter ensemble la méthode des affirmations en en extirpant toutes les fantaisies et les complexités inutiles.

Pour cela, chaque participant va travailler sur une affirmation, une seule, qu’il aura choisie .

Donc, pas d’excuses, pas de blabla, pas de philosophie compliquée, juste une pratique basique, simple, déterminée et directe.

Chacun va choisir UNE AFFIRMATION de son choix avec pour but de manifester UN OBJECTIF. Le processus sera appliqué sans faute pendant 30 jours !

Personnellement, je conseille la formule d’Emile Coué : « Tous les jours, en tout point de vue, je vais de mieux en mieux ». Cette formule est simple, facile et très efficace.

Si vous voulez améliorer votre santé :

  • « Ma santé s’améliore sans effort à chaque respiration »
  • « Les fonctions de mon pancréas (ou autre organe) s’améliore chaque jour »
  • « Ma santé s’améliore sans effort à chaque respiration »
  • « Mes hormones fonctionnent désormais normalement »

Si vous voulez améliorer votre perception du monde onirique, votre phrase pourra être :

  • « Chaque jour, je pénètre plus profondément le secret de mes rêves »
  • « Je me souviens chaque jour mieux de mes rêves»
  • « Je maîtrise chaque jour mieux le rêve lucide »

J’ai utilisé cette méthode pour des centaines de buts : incubation de rêves, génération de rêves prémonitoires, rêves lucides, santé, finances, etc. J’ai lu des témoignages qui me semblent authentiques qui traitaient de manifestation de force, performance, perte ou gain de poids, changement physique ou hormonal, santé, image de soi.

Dans quelques jours, j’expliquerai comment appliquer exactement cette phrase.

Je vous souhaite une merveilleuse année 2022

Des mots du chanteur belge qu’on vient de me faire découvrir et que je partage avec vous.

Les vœux de Jacques Brel

Je vous souhaite de souhaiter. 

Je vous souhaite de désirer.

Le bonheur, c’est déjà vouloir.

Comme en droit pénal, l’intention vaut l’action.

Le seul fait de rêver est déjà très important.

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.

Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.

Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.