Challenge prière Présence de Dieu

Un des moyens les plus efficaces de prière est la pratique de la présence de Dieu. L’art de la prière ne réside pas dans la supplication, mais dans la conscience de la présence du bien pour lequel vous priez en vous unissant émotionnellement à lui.

L’univers n’est fait que de lois, et les travaux des mystiques chrétiens comme Neville Goddard montre que la prière ne fait pas exception.

C’est en ressentant le sentiment que vous ressentiriez si votre désir était accompli que votre subconscient manifestera votre désir profond.

Pour pratiquer la présence de Dieu efficace, il vous faut ressentir la qualité de Dieu que vous voulez manifester.

Dieu étant énergie ou esprit (il n’y a personne qui nous ressemble dans le Ciel), vous devez ressentir son énergie pour la manifester.

Dans les religions antiques de Grèce ou de d’Egypte, vous aviez un panthéon de dieux. Le dieu de l’art et de la guerre (Athéna), le dieu de la guérison (Asclépios chez les Grecs, ou Thot chez les Egyptiens) ou encore Aphrodite, déesse de l’amour. Ainsi, les dévots qui priaient le dieu dont ils voulaient manifester les qualités dans leur vie.

Vous devez faire de même. Si vous voulez retrouver la santé, vous devez prier la Santé comme dieu. Pas besoin de prier un dieu grec, romain ou égyptien, mais de prier Dieu de santé en en réalisant la présence.

Pour ce faire, vous n’avez que l’invoquer en le ressentant. Ne parlez ni ne pensez à votre problème, mais ressentez, et appelez la qualité que vous recherchez en vous concentrant dessus.

Ce processus qui peut ne prendre que quelques minutes doit être fait jusqu’à ce que vous ressentiez investi, empli de cette nouvelle énergie, c’est-à-dire que vous en ressentiez la chaleur. Une fois que vous vous sentez enveloppé de cette chaleur, dites ce que vous voulez, puis lâchez prise en vous endormant.

Vous ferez cet exercice une fois par jour avant de vous coucher pendant trois semaines, le challenge commençant le lundi 31 décembre 2018.

Voilà, c’est très facile et très efficace.

Amazon, un mal absolu ? Vraiment ?

Bonjour à tous,

On m’a posé plusieurs fois la question si mon livre Le pouvoir du jeûne n’était disponible que sur d’autres plateformes ou librairies qu’Amazon. La réponse est non pour l’instant, je n’ai pas la possibilité de le vendre autrement que par Amazon. Je peux éventuellement le vendre par la Fnac, je me renseignerai bientôt.

Mon livre, un peu hors norme en format

Amazon propose désormais l’inscription à un réseau de librairies, mais l’une des conditions d’éligibilité est la taille standard du livre. Or, je crains que mon livre ne soit un chouille trop grand. En effet, ceux qui l’ont acheté ont pu noter que c’était un gros livre de 23 cm de presque 500 pages. Je ne pouvais pas faire autrement, et j’ai même dû en retirer une partie parce que sinon, le livre aurait dépassé les 600 pages. Il y a de plus de nombreux croquis que j’estime essentiels pour la compréhension du mécanisme du jeûne et je ne pouvais choisir un format plus petit, ils auraient été illisibles.

Amazon, destructeur d’emploi ? Une réalité plus complexe

Ainsi, j’entends les arguments de ceux qui se refusent d’acheter sur Amazon. Il y a plusieurs documentaires qui sont sortis concernant cette société, et je ne refute pas les arguments, mais ce que je déplore est que les informations données sont en général incomplètes et biaisées. Amazon est présentée comme un mal absolu, alors que la réalité est beaucoup plus complexe.

On accuse Amazon de détruire des emplois. Mais comment peut-on entendre cela quand on voit que des librairies comme ou autres magasins revendeurs de livres depuis quelques années remplacent les postes de caissières par des caisses automatiques. Ainsi, j’ai pu voir qu’à Gibert Joseph à Paris, où j’achète des livres depuis des années, au moins la moitié des postes de caisse ont disparu. En outre, l’argument de protection des petits libraires est un peu bancal, quand on sait leur traitement par les maisons d’édition.

Amazon est un rêve pour les écrivains qui ne sont rien

En reprenant cette expression à notre actuel président, j’aimerais vous informer qu’Amazon ne fait pas que détruire des emplois. Elle en crée beaucoup d’emploi aussi, car beaucoup d’individus et de sociétés utilisent Amazon avec succès pour vendre leurs produits.

Ainsi, beaucoup de personnes utilisent Amazon pour publier leurs livres, ce qui leur serait totalement absolument impossible en passant par le circuit classique de l’édition française tellement le copinage fait la loi. Si n’êtes pas du sérail, il vous est presque impossible de vous faire éditer.

Les élites décident de ce qu’on a le droit de lire en France

Sachant que beaucoup des maisons d’éditions en France sont la propriété de milliardaires ou de grands groupes industriels qui possèdent également les médias, je trouve étrange que les milliardaires français décident de ce que les « pauvres » doivent lire dans les journaux et dans les livres, donc de ce qu’ils doivent penser.

Par conséquent, Amazon qui propose à n’importe qui de s’autoéditer est un acte absolument révolutionnaire qui permet au lecteur de lire autre chose que ce que lui est imposé par les élites.

Amazon, un précurseur écologique ?

Cette affirmation vous semble scandaleuse, mais dans le domaine de l’auto-édition, c’est tout à fait vrai. Sachez que le fonctionnement de l’édition classique est un scandale écologique. Ainsi, 80% des livres édités chaque année sont destinés à être détruits à la fin de l’année au pilon. On sait qu’ils ne seront jamais vendus. En effet, les maisons d’édition ont mis en place un système qui leur permet de se garantir des revenus malgré le fait que les Français lisent moins qu’avant. Ainsi, alors qu’on ne cesse de nous rabattre les oreilles avec le réchauffement climatique et la transition écologique qu’on fait payer aux plus pauvres de ce pays, on détruit des forêts, principalement en Amazonie, pour garantir la prospérité des maisons d’édition.

Pour Amazon, c’est très différent. Quand vous achetez un livre en auto-édition comme le mien, il n’est pas en stock. Il est sous format Word et l’achat du livre par un client déclenche son impression.  Donc, chaque livre acheté est vendu. Il n’y a pas de stocks invendus. Amazon ne détruit pas le dernier poumon du monde. Vous voyez que la réalité est plus complexe qu’il n’y paraît.

Merci de me donner votre avis…

La peur dont nous avons besoin

James Jesper – Pixabay

« On peut facilement pardonner à un enfant qui a peur du noir; la vraie tragédie dans la vie, c’est quand les hommes ont peur de la lumière ».

La citation, attribuée à Platon, nous rappelle qu’à des degrés divers la peur règne en chacun de nous depuis l’enfance. Les gens ordinaires ont peur. Les grands leaders ont parfois peur. Il en va même pour les grands guerriers, les grands artistes, les hommes et femmes, leaders dans d’autres domaines. Pour l’homme et la femme supérieurs, je pense que la question n’est pas tant de savoir si nous pouvons vaincre la peur, mais ce qui mérite d’être craint ? Si nous pouvons répondre à cette question, nous mènerons une vie digne d’être vécue. Laissez-moi donc m’expliquer.

La peur est nécessaire pour pouvoir la dépasser

La semaine dernière, dans ma classe de Kung-Fu, on m’a demandé d’entraîner une nouvelle étudiante. J’ai été très doux avec elle. Ensuite, mon instructeur m’a dit d’y aller plus fort. Il craignait que mon élève ne ressente un faux sentiment de sécurité face à un attaquant dans la rue, qui bien sûr ne se retiendrait pas.

Après que mon instructeur m’ait demandé d’aller plus fort avec elle, je pouvais voir que mon étudiante avait peur. Mais elle a immédiatement redoublé d’efforts lors de l’entraînement et a pu m’asséner quelques coups de poing et de pied.

Il y a quelques mois, on m’a demandé de faire visiter à un nouvel élève le temple et de lui parler de l’école, de la façon dont nous nous entraînons, etc. Je lui ai dit que l’un des principes fondamentaux de l’école était « l’humilité ». Il a répondu que, bien sûr, il fallait de l’humilité pour apprendre des personnes plus avancées. Mais je lui ai fait remarquer que, avec l’humilité, nous pouvons apprendre de ceux qui sont moins avancés que nous.

Quand je vois un étudiant en arts martiaux qui a moins d’habileté que moi et qui met plus d’efforts, même si c’est sa toute première leçon, j’apprends de lui et de sa bonne attitude, me rappelant que je dois moi aussi être à 100%.

L’étudiante avec qui j’ai combattu la semaine dernière n’était pas obligée de vivre cette expérience-là ; la plupart des gens évitent de telles situations. Mais, bien entendu, comme chaque élève en arts martiaux, peu importe son école ou son style, elle avait choisi de se placer dans une situation qui lui faisait peur.

Choisir ce qui mérite vraiment d’être craint

La plupart des gens voient la peur comme une chose négative. Mais cela dépend de ce que nous avons choisi de craindre. La peur semble nous saisir, nous terroriser, transformant parfois de petites choses en des montagnes infranchissables.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles la plupart des pratiquants d’arts martiaux ont en général une vision saine de la vie. Nous savons que l’exercice génère la libération d’endorphines dans le corps, ce qui nous permet de se sentir mieux. Quand alors en sensation de stress ou de faiblesse avant de débuter l’entraînement, nous nous rendons rapidement compte que tout cela s’évapore après quelques minutes d’exercice seulement.

Mais je pense que la raison principale du regard positif sur la vie des experts en arts martiaux est qu’ils ont choisi de craindre quelque chose de plus grand. Comme d’autres.

Craindre un dieu pour ne pas craindre les hommes

Ainsi, les initiés aux enseignements ésotériques, comme ceux qui pratiquent les arts martiaux ont été encouragés à réfléchir à leur mortalité afin de mieux comprendre ce qui est vraiment important dans la vie et comment vivre réellement. De même, si nous choisissons de craindre quelque chose de plus grand, nous maîtrisons et détruisons les peurs ordinaires qui paralysent la majorité des individus.

Je ne suis pas chrétien, mais je me souviens toujours de Proverbes 9:10 : « La crainte du Seigneur est le début de la sagesse ». C’est indubitablement offensant pour le monde moderne qui veut que chacun se sente en sécurité et sans défi aucun. C’est un grand piège et une grande perte pour tous ceux qui adhèrent à de telles convictions. D’un certain point de vue (peut-être d’un point de vue ésotérique), la « peur du Seigneur » est l’une des idées les plus importantes de la Bible.

Nous pouvons tous comprendre comment les autorités religieuses ont abusé des gens pour les maintenir dans la peur. Ainsi, ce n’est pas comme cela que nous devrions comprendre ce passage.

Que vous conceviez Dieu comme le dieu chrétien ou comme Krishna, Kali, Bouddha, une divinité européenne païenne, le Tao ou la Vérité, etc. – si vous craignez Dieu – « le Seigneur » – alors vous ne craindrez pas l’homme. C’est la leçon essentielle que nous devons comprendre de ce verset.

C’est, dans un certain sens, la leçon de Krishna, qui exhorte son disciple Arjuna à combattre l’ennemi rassemblé devant lui sur le champ de bataille, même s’il est horrifié par l’idée de tuer ou de mourir. Cela se reflète également dans les formes horribles des déités courroucées du bouddhisme Vajrayana et dans la forme de Kali – avec sa guirlande de têtes coupées et sa jupe de membres humains – et peut-être même sous la forme des dieux nordiques Odin, avec son seul œil et Tyr, son seul bras avec la main séparée de celui-ci.

Craindre ce qui est le plus noble pour vivre pleinement

La peur est inévitable. Mais l’homme et la femme supérieurs doivent choisir de craindre des choses de plus en plus hautes. Oui, c’est difficile, mais nous devons choisir de ne pas craindre l’opinion des autres, mais de craindre de ne pas dire la vérité. Nous ne devons pas craindre de nous tromper, mais craindre de ne pas essayer. Nous ne devons pas craindre l’échec, mais craindre de ne pas pousser, développer et élever – autant que possible – notre compréhension, notre pratique spirituelle, notre caractère, notre corps, nos compétences, les arts martiaux, les beaux-arts, l’écriture, la poésie, nos amitiés, notre amour et les manières de vivre qui nous dévoilent la nature impressionnante du Divin.

Praticien de la spiritualité ésotérique, du dharma et des arts martiaux, Angel Millar est également auteur de livres sur la franc-maçonnerie, l’occultisme et l’islam. Ses écrits ont également été publiés par le Journal of Indo-European Studies et le magazine New Dawn, entre autres.

Vous trouverez l’article original ici.

 

La pratique périodique du jeûne sec fait des miracles ou presque

 

N., une femme d’une quarantaine d’année, membre de mon groupe Facebook, m’a envoyé un message il y a quelques jours pour me dire à quel point la pratique du jeûne sec avait amélioré son corps. Convertie au jeûne intermittent puis au jeûne sec depuis récemment, elle a observé la disparition d’une excroissance/verrue au point qu’elle a annulé son rendez-vous avec son phlébologue. Elle a également observé une diminution de l’aspect de varicosités situées à l’intérieur de ses cuisses, de certaines vergetures et de cicatrices. Elle avait auparavant noté une diminution conséquente de l’excès de graisse, de la cellulite et des symptômes d’asthme. Elle craint néanmoins qu’un de ses grains de beauté, à la Cindy Crawford, ne soit éliminé lors des prochains jeûnes secs.

Des observations communes chez les jeûneurs à sec

Je ne suis pas réellement étonnée. Lors de mes recherches sur le jeûne sec pour l’écriture de mon livre Le pouvoir du jeûne, j’ai lu des témoignages similaires : disparition progressives des excroissances, diminution des ridules, raffermissement de la peau, amélioration de qualité des cheveux, pour ne citer que ces problèmes d’esthétiques. Mes lectures des études scientifiques sur le jeûne m’ont confirmé aussi que des tels phénomènes sont tout à fait possibles.

Le miracle de l’autophagie

Le jeûne prolongé (de quelques jours) et particulièrement le jeûne sec déclenche des phénomènes naturels de défense de l’organisme en stress comme l’autophagie ou l’apoptose qui dégrade les cellules et les tissus dégénérés pour les transformer en énergie. C’est ce qui explique qu’au bout de quelques jours seulement, la peau voit les boutons et les imperfections superficielles disparaître, les cheveux s’adoucir et s’illuminer : les cellules malades et viles commencent à être éliminées par l’action de l’autophagie. Plus le jeûne (sec ou hydrique) se prolonge, plus des tissus malades, vieux et dégénérés sont éliminés.

Ma propre expérience confirme ces témoignages

Par cet article, j’aimerais témoigner de ma propre expérience. Comme je l’explique dans le livre, j’ai découvert le jeûne sec en 2016 et je me suis soumise depuis à plusieurs cycles de ce jeûne, le plus restrictif qui soit. J’ai rapidement observé une amélioration de la qualité de ma peau et de mes cheveux, un regain considérable d’énergie, etc. Mais, il y a un élément plus significatif encore dont j’aimerais parler aujourd’hui.

Un rajeunissement de la poitrine ?

L’une des plus améliorations les plus inattendues que j’ai remarquées est l’amélioration de l’aspect de ma poitrine. J’ai 45 ans et il y a plusieurs années j’avais remarqué que ma poitrine s’affaissait inéluctablement. Dès mes premiers jeûnes SECS, j’ai vu rapidement que la peau de ma poitrine avait un meilleur aspect : semblant de raffermissement et de remontée de la peau, resserrement de son grain. J’étais ravie.

En outre, au même moment où je faisais mes recherches pour l’écriture de mon livre, je suis tombée sur une étude du professeur Jean-Denis Rouillon sur le soutien-gorge. Il disait que porter cet accessoire fatiguait prématurément l’organe. Selon le médecin du CHU de Besançon, la suppression du soutien-gorge permettait de remonter le mamelon en moyenne de 7 millimètres en un an. Il explique ce phénomène par le fait que lorsque les seins sont retenus par un soutien-gorge, les muscles de soutien de la poitrine (les ligaments de Cooper) ne travaillent pas et les seins finissent alors par s’affaisser.

Le résultat de l’hormèse ?

Si je n’avais pas lu des dizaines d’études sur le jeûne et l’hormèse, j’aurais eu du mal à adhérer aux conclusions du professeur du Doubs. En effet, l’hormèse que l’on peut définir rapidement par l’amélioration et le renforcement de l’organisme suite à un stress modéré, montre que l’excès de confort fragilise le corps. Ainsi, l’idée que laisser les seins sans soutien permettrait de renforcer les muscles et la peau de seins face à l’inéluctable loi de la pesanteur prenait alors tout son sens.

Ainsi, j’ai suivi le conseil de Jean-Denis Rouillon, en ne portant pas de soutien-gorge pendant un mois priant que mes seins n’allaient pas toucher mes chevilles. Je continuais en plus la pratique de petits jeûnes secs, désormais convaincue de son efficacité. Le résultat est incroyable : ma poitrine est totalement remontée et regonflée. J’ai désormais la poitrine d’une femme de 30 ans. C’est absolument incroyable. Ainsi, je n’ai pas remis de soutien-gorge depuis.

J’ai lu plusieurs témoignages de femmes qui ont remarqué l’amélioration de leur poitrine après avoir arrêté de porter de soutien-gorge. Mais, je suis certaine que l’aspect considérablement rajeuni de ma poitrine est lié à la pratique du jeûne sec combiné à l’arrêt du soutien-gorge.

Si vous faites des cycles de petits jeûnes secs, avez-vous des observé des améliorations conséquences concernant votre aspect physique ? Merci de les partager en bas de cette page ou sur le groupe Facebook.

Pour aller plus loin dans le jeûne sec et hydrique, allez ici.

Comment renouveler et rajeunir votre organisme : l’autophagie par le jeûne

Le 3 octobre 2016, Yoshinori Ohsumi, docteur en biologie cellulaire reçoit le prix Nobel de physiologie en Suède. Le japonais est ainsi récompensé pour ses travaux sur l’autophagie dont il a élucidé les mécanismes sous-jacents.

Qu’est-ce que l’autophagie ?

Le mot autophagie est construit à partir de deux mots grecs pour signifier « se manger soi-même ». Ce phénomène a été découvert dans les années soixante, lorsque les chercheurs ont observé pour la première fois que la cellule pouvait détruire les éléments la composant pour les dégrader et les recycler.

Ainsi, lors de ce processus, la cellule digère des éléments non nécessaires de son cytoplasme comme en autres les morceaux défectueux, des pathogènes (virus, microbes, etc.), des protéines anormales (responsables de défaut dans l’organisme et de maladies neurodégénératives) pour les recycler en des cellules saines, jeunes et en énergie. C’est donc un processus de recyclage permettant l’autoréparation, le rajeunissement des cellules, des tissus et de l’organisme tout entier. Ce processus permet même de guérir ou de prévenir les maladies. Comme le signale le Dr Colin Champ, cancérologue et professeur adjoint au centre médical de l’Université de Pittsburgh :

« Considérez l’autophagie comme un programme de recyclage inné de notre corps. L’autophagie nous permet d’utiliser des machines plus efficaces pour nous débarrasser des composants défectueux, arrêter les tumeurs cancéreuses et les dysfonctionnements métaboliques tels que l’obésité et le diabète. »

L’autophagie, un processus alchimique

C’est comme si la vieille voiture que vous adorez voit son joint de culasse exploser ou la courroie de distribution se casser. Vous n’auriez pas d’autre choix que de l’envoyer à la casse. Mais grâce au processus d’autophagie, vous la pourriez la passer dans un chaudron magique qui recyclerait les éléments défectueux, et quelques jours plus tard, vous vous retrouviez avec des pièces toutes neuves.

Ainsi, l’autophagie est un processus de transmutation alchimique. En effet, dans les alchimistes, depuis Hermès cherchaient à transformer les matériaux vils en or. L’histoire ne sait pas si les ordres secrets des alchimistes comme ceux auxquels appartenait Nicolas Flamel ont percé le secret du Grand Œuvre, mais il est certain que le processus de transmutation n’est pas un mythe, mais une réalité physiologique. Il s’appelle l’autophagie.

Comment se déclenche l’autophagie

Ce processus d’autodigestion cellulaire existe en chacun de nous, mais ne se déclenche que dans des situations où l’organisme est en état de stress du fait d’un manque d’apport d’éléments essentiels à son fonctionnement :

  • Manque de nutriments (restriction calorique ou protéique et glucidique)
  • Manque d’oxygène (hypoxie)
  • Exercice physique intense
  • Jeûne périodique
  • Jeûne + exercices physiques

Quels organes sont affectés par l’autophagie

Tous les organes de l’organisme sont susceptibles d’être affectés par l’autophagie. Pour des raisons connues par l’organisme lui-même, lors d’un jeûne par exemple, le corps cible les organes les plus dégénérés ou les plus importants. Ainsi, il a été observé que quelques jours de jeûne permettent de déclencher l’autophagie des cellules nerveuses et ainsi de remplacer les vieux neurones par de tout jeunes neurones ou des systèmes musculaires. Pour cette raison, il est conseillé de jeûner pour éviter les maladies neurodégénératives ou inverser leur cours.

Si vous avez déjà jeûné environ au moins 7 jours, vous avez peut-être déjà remarqué que votre peau s’était adoucie, de même que vos cheveux. De nombreux témoignages révèlent que les personnes qui ont jeûné plusieurs semaines ont vu que leurs sens de la vue ou de l’ouïe se sont affinés ou considérablement améliorés. Encore une fois, le corps choisit sur quels organes il travaille en priorité.

Ainsi, quelque soit votre histoire médicale ou votre âge, n’hésitez pas à requinquer votre organisme en le faisant jeûner régulièrement, même si vous êtes en bonne santé. Votre corps a une capacité incroyable de transmutation physiologique. Devenez donc alchimiste.

Pour aller plus loin dans le pouvoir du jeûne, cliquer ici.

Le secret d’une prière efficace

Si vous croyez en une conscience supérieure, vous croyez peut-être dans le pouvoir de la prière… ou pas ?

En effet, vous avez peut-être prié une fois ou deux pour tenter de résoudre un problème sans solution, pour aider à la guérison d’un proche ou pour résoudre un problème financier. Et peut-être que votre prière n’a rien changé.

Pourquoi certaines prières ne sont-elles pas exaucées 

Pour connaître les raisons de cet échec, peut-être en avez-vous discuté avec un clerc, un homme d’église ou une religieuse ? Il vous a peut-être été répondu que votre prière n’a pas été exaucée du fait que votre désir était égoïste, que vous n’étiez pas assez pieux, que cela ne correspondait pas au plan de Dieu.

Quelque soit la réponse qui vous a été donnée, elle a très probablement générée chez vous une frustration, a exacerbé votre sentiment d’impuissance et à peut-être fait douté de l’existence de cette entité à laquelle vous avez adressé votre prière.

Or, les travaux ou les recherches de mystiques, de docteurs ou chercheurs en théologie comme Neville Goddard, Joseph Murphy ou Gregg Braden ont montré qu’une prière exaucée n’est pas le résultat du hasard ou des sautes d’humeur d’un Dieu lointain, mais le résultat de strictes lois de l’esprit. Mes propres expériences vont dans ce sens.

C’est la foi qui exauce les prières

Les textes sacrés comme les Evangiles, confirment que contrairement au discours des religieux, l’exaucement de la prière n’est pas le fait du hasard :

« Tout ce que vous demanderez dans la prière avec foi, vous l’obtiendrez ».

Matthieu 21 :23.

Comment prier pour être exaucé 

  • Détendez-vous. Respirez profondément et dites-vous que pendant la prochaine demi-heure. Rentrez en vous-même et oubliez le monde extérieur.

« Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra ».

Mat 6 : 6.

  • Votre prière doit être très chargée en émotions positives. Celles-ci peuvent être la foi, l’amour, la conviction, la chaleur. Ne priez pas si vous êtes submergé par des émotions négatives.
  • Choisissez une phrase très courte qui résumera votre demande. Répétez-la encore et encore avec des sentiments de chaleur, de foi. Laissez-vous submergé par ces émotions de force, de foi, car tout est possible pour votre conscience profonde.

« Alors il leur toucha les yeux, en disant: Qu’il vous soit fait selon votre foi ».

Matt 9 : 29.

  • Unissez-vous émotionnellement avec votre désir et votre prière pour ne faire qu’un.

Et Jésus dit : Qui m’a touché ? quand tous le nièrent, Pierre et ceux qui étaient avec lui, dirent : Maître, la multitude te bouscule et te bouscule ; et tu dis : Qui m’a touché ?
Et Jésus dit : Quelqu’un m’a touché ; car je perçois qu’une vertu est sortie de moi.
Et lorsque la femme vit qu’elle n’était pas cachée, elle vint en tremblant, et tombant devant lui, elle lui déclara devant tout le peuple pour quelle raison elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie immédiatement.
Et il lui dit : Fille, prends courage, ta foi t’a rendue bien portante. Va en paix »

  • Quand vous sentez que vous êtes plein en émotions, ou en avez fait assez, détendez-vous, lâchez prise. Si vous avez uni émotionnellement, vous n’aurez probablement pas envie de bouger pendant plusieurs minutes. Vous pourrez vous sentir comme au Nirvana. Restez donc tranquille. Si vous avez fait cette prière avant de vous coucher, endormez vous, en paix.
  • Refaites cette même prière une fois par jour, de préférence le soir avant de vous coucher, pendant 21 jours. Vous devriez voir rapidement les les forces de votre subconscient modifier le cours de votre vie.

 

Comment résister à la faim pendant le jeûne ?

L’une des plus grandes appréhensions des profanes dans la pratique du jeûne est la peur d’avoir faim. Beaucoup, intéressés par le jeûne, n’osent pas franchir le pas de peur de mourir de faim.

Cette peur est non fondée, car le corps humain, de même que le corps des animaux ont évolué depuis des milliers d’années pour jeûner. C’est quelque chose qui peut sembler impossible à certains tellement la faim contrôle notre journée, mais il ne s’agit que d’un fort préjugé.

L’organisme est très adapté au jeûne

Rappelons que nos très lointains aïeux ne connaissaient pas l’électricité et donc les moyens modernes de conservation des aliments. En revenant plus loin encore dans le temps, les hommes préhistoriques, chasseurs-cueilleurs ne mangeaient pas tous les jours, car ils étaient soumis aux aléas du climat ou de la chasse.

De même, de nombreux animaux, si ce n’est tous, jeûnent régulièrement. On peut prendre l’exemple des animaux qui hibernent pendant des mois sans boire ni se nourrir. De même, les oiseaux migrateurs qui parfois volent sans escale pendant près d’une dizaine de jours sans mettre patte à terre. Le jeûne est donc une phénomène naturel et vieux comme le monde.

La sensation de faim disparaît à partir du 4e jour en jeûne hydrique

Si vous décidez de jeûner, sachez que la faim est un phénomène tout à fait passager qui passe rapidement. Si vous désirez vous abstenir de nourriture pendant dix jours, sachez que vous n’allez pas vous tordre de douleur pendant toute cette période. La faim vous titillera quelques minutes par intermittence pendant les trois premiers jours, et puis disparaîtra ensuite.

En effet, à partir du 4e jour, l’organisme comprend que la nourriture ne vient pas, donc il va la chercher. Pour ce faire, il va casser les triglycérides, les molécules de graisse, mais aussi des éléments non nécessaires, malades, dégénérés dont il se débarrasse et transforme en fuel pour survivre : c’est l’autophagie. Conséquence : vous n’aurez plus faim, car vous serez nourri de l’intérieur.

Dans le cas d’un jeûne sec, le processus est accéléré. L’autophagie commence avec la cétose après la 36e heure de jeûne. Ainsi, la sensation de faim s’arrête en même temps, car le corps se nourrit encore une fois de lui-même.

Comment gérer la faim ?

Pendant les trois premiers jours de jeûne hydrique, ou les 40 premières heures de jeûne sec, l’individu doit apprendre à gérer ses sensations désagréables qui peuvent se présenter de temps en temps. Vous avez plusieurs techniques à votre disposition qui ont fait leurs preuves :

  • Occupez-vous. Si vous travaillez (de préférence dans un bureau), vous oublierez rapidement que vous jeûnez.
  • Gardez un petit morceau de papier sur vous où vous aurez écrit : « Je jeûne, c’est super ! ». Cette une expérience magnifique que vous vous apprêtez à vivre va vous rendre vivant comme vous ne pouvez imaginez.
  • Écoutez de la musique qui vous donne de la force : de la musique épique, classique, rap tout ce qui réveille en vous l’énergie et la persévérance.
  • Faites des petites séances de méditation et de relaxation. Détendez-vous sur une chaise, respirez profondément et comptez à rebours de 100 à 1, et visualisez un paysage de paix qui vous rassure ou l’image de la personne que vous voulez devenir après ce jeûne.
  • Ayez à l’esprit ou en réalité, des images que vous aurez récupérées qui représentent le corps que vous voulez avoir obtenu après le jeûne. Les émotions qui découleront de l’observation de ces images vous donneront la dynamique pour continuer.
  • Mettez sur votre frigo et vos placards des post-it où vous aurez écrit : « Je reviens demain. »
  • Évitez les discussions animées. Restez tranquille, lisez ou allez faire une marche quand la faim revient.
  • Lisez des livres ou des témoignages sur le jeûne. Cela vous donnera une force et une résistance incroyables.
  • Couchez-vous tôt. Au réveil le lendemain matin, vous aurez encore moins faim.
  • Développez un tempérament de guerrier. Le jeûne a toujours été pratiqué dans des contextes de discipline, comme dans les arts martiaux, l’armée, les initiations chez les Amérindiens ou les aborigènes d’Australie. Jeûner vous aidera à améliorer votre corps, mais également votre résistance mentale. Il fera de vous une personne autre et plus forte et en meilleure santé.

Si vous avez des trucs pour gérer la faim, n’hésitez pas à les partager avec nous sur ce blog ou sur le groupe Facebook.

Pour aller plus loin dans le jeûne, vous pouvez aller ici. Et surtout partagez vos succès voire vos échecs afin d’inspirer ceux qui sont en demande.