Témoignage : « Comment je me suis guéri d’une myopie sévère grâce à la visualisation »

Ceci est un témoignage de David Blair qui est un ancien étudiant de la Méthode Silva que j’ai trouvé sur un site américain de la Méthode Silva qui enseigne la visualisation mentale et son application dans les domaines de la santé, des finances, de la résolution de problème. Je vous invite fortement à fouiller le Net pour trouver des témoignages qui vous aideront à trouver la foi dans vos capacités spirituelles. Ce qui est très bien chez la Méthode Silva, c’est qu’on vous fait comprendre que la relaxation profonde est essentielle, et que cela marche. Et pour que vos visualisations marchent, il vous faut les faire encore et encore.

Je traduis donc ce texte à cause de sa vérité dont je ne doute absolument pas, puisque j’ai vécu moi-même des situations similaires, mais si vous êtes malade, nous je vous invite néanmoins, à consulter votre médecin et de continuer votre traitement.

« J’ai eu la chance de suivre le cours d’abord avec Allen Lee et Karen Skorgie au Canada. Allen et Karen étaient tous les deux étaient très portés sur le sujet de la guérison et le cours a été fortement dirigé dans cette direction. Immédiatement après le cours, alors que j’étais tout encore émerveillé de tous les témoignages de réussite que j’avais entendus lors du cours, j’ai décidé de régler mes problèmes de vue.

Avant le cours, sans mes lunettes, mon monde avait un rayon d’environ un mètre. Je ne pouvais pas voir la distance. Je mettais mes lunettes quand je me levais le matin et les enlevais quand j’allais me coucher. Des activités comme la natation m’étaient impossible parce que sans lunettes, j’avais rapidement mal de tête après une quinzaine de minutes. Je suis allé à niveau trois ou quatre fois par jour pendant environ 20 minutes à chaque fois. (Aller à son niveau est une expression de la méthode Silva, qui signifie se relaxer profondément en comptant à l’envers afin d’atteindre sa référence mentale de relaxation avant de commencer la visualisation proprement dite. Note du traducteur)

myopia

La première semaine, je visualisais principalement les muscles de mes yeux devenir plus forts, en augmentant l’amplitude complète de mouvement, et être capable de changer l’orientation de la lentille de près comme de loin, et retour. Encore et encore.

La deuxième semaine, je visualisais la portée de mon pistolet Blackhawk Ruger .357. J’ai tenté de rendre aussi réel que je pouvais chaque petit détail. Je soulevais le pistolet de mon côté, sentant le poids et l’équilibre. Je sentais le quadrillage sur le marteau comme je l’ai tiré en arrière avec mon pouce. Je voyais tourner le cylindre, entendais le déclic quand il était semi-armé et entendais le second clic quand il était totalement armé. Je sentais la brise traverser les petits poils sur mon bras, je sentais la fumée de poudre qui venaient des autres tireurs.

Ensuite, je me concentrais sur ma respiration et observais le pistolet. Je voyais l’arrière de mon arme parfaitement. Puis je voyais le guidon de mon arme parfaitement également. Puis la cible. Ensuite, aller-retour entre le guidon et la cible pendant que je tirais lentement la gâchette arrière, contrôlais ma respiration, sentais la tension du ressort de déclenchement. Enfin, je tirais le canon. Je voyais la flamme en sortir. Je sentais le pistolet tourner dans ma main du recul, sentais le choc de l’explosion. J’entendais le bang faire écho dans les collines. Je voyais et sentais la fumée.

Ensuite, je voyais le trou dans la cible. J’ abaissais le canon, prenais une profonde respiration et levais le pistolet pour un autre coup. Cette deuxième semaine suivit à peu près le même calendrier que la première. Trois fois par jour, je me visualisais  tirer pendant environ 20 minutes à chaque fois.

pistol range

Dès la troisième semaine, je n’eus plus besoin de lunettes pour voir la distance. Il me restait toutefois un problème pour conduire de nuit. Au lieu de voir deux phares à venir vers moi, je voyais un couple d’énormes boules blanches réunies. Les lumières de la rue étaient également assez étrange.

C’est alors que j’ai appris qu’une grande partie de mon problème de vision était l’astigmatisme qui provoquait une courbure incorrecte du globe oculaire. Retour au labo. (Le laboratoire est un endroit mental créé par le méditant où il revient à chaque qu’il veut résoudre des problèmes. Une fois créé, il reste une référence mentale et émotionnelle, où après être descendu à son niveau, il atteint le point parfait pour faire sa visualisation. NDT).

Cette fois, je visualise travailler sur le globe oculaire exactement comme je le ferais sur une aile de voiture pliée. Je sors les globes oculaires (dans sa visualisation. NDT). J’enfonce les points hauts, je repousse les points bas, j’ajoute un peu de remplissage et je ponce soigneusement pour obtenir la courbe parfaite. Il me restait quatre jours avant le renouvellement de mon permis de conduire.

J’ai demandé à passer le test de vue pour voir si je pouvais obtenir la restriction concernant les lunettes supprimée. Je ne pouvais plus clairement à travers les lunettes de toute façons. J’ai donc réussi le test sans aucun problème. Deux semaines après,  je passais l’examen de la vue pour le renouvellement de ma licence de pilote. J’ai obtenu 20/20. C’était facile. Le médecin pour mon examen de licence de pilote avait tous mes dossiers antérieurs et ne pouvait pas croire que je n’avais pas eu de chirurgie au laser. La visualisation avait également amélioré mon tir. Il y a eu deux effets secondaires intéressants sur le travail de mes yeux.

Ma vision de nuit est meilleure que les personnes en moyenne. Mes yeux larmoient correctement en plein soleil et donc je n’ai plus besoin de porter des lunettes de soleil les beaux jours.

Ma mère était plus impressionnée par l’amélioration de ma vue. Elle savait à quel point mes yeux avaient toujours été faibles, et avait dépensé beaucoup d’argent pour mes lunettes au cours des années.  En ce qui la concernait, elle portait un collier cervical à l’époque et était sur une liste d’attente pour la chirurgie du cou car quelques disques étaient fragilisés. C’est une opération chirurgicale délicate et, pour employer un euphémisme, elle était très inquiète à ce sujet.

Maman a décidé que si je pouvais résoudre mes yeux, elle pourrait résoudre le problème de son cou. Elle a suivi le cours et a travaillé sur son cou. Elle visualisait les disques cervicaux  se regonfler et devenir plus épais et les vertèbres s’écarter les unes des autres afin qu’ils ne se broient pas. Elle visualisa pouvant tourner son cou et regarder par-dessus son épaule. Sa douleur a disparu. L’amplitude de mouvement est revenue et elle a même regagné un peu de sa hauteur. Les rayons X ont confirmé qu’elle n’avait plus besoin de chirurgie. Son médecin était abasourdi. C’était en 1987.  A présent, le cou de ma maman est toujours bon et mes yeux sont toujours en parfaite santé.

cervical-disc-replacement_2x

Au cours des 20 dernières années, j’ai eu des centaines de succès grâce aux visualisations. De voir des détails d’examens de façon prémonitoire à retrouver des objets ou des choses disparus. La visualisation est une manière incroyable pour obtenir des informations. Trois mots résument l’ensemble du processus. Désir, conviction et expectative. La maîtrise exige de la pratique, beaucoup de pratique. »

3 réflexions sur “Témoignage : « Comment je me suis guéri d’une myopie sévère grâce à la visualisation »

    • Bonjour,je vais vous donner ce que je sais (ou crois savoir) car j’ai quelques connaissances et expériences sur ces sujets. Ceci dit renseignez-vous de votre côté, je ne suis pas un expert non plus. La Visualisation est, comme son nom l’indique, le fait de visualiser quelque chose. Par exemple en tant que sportif vous « visualisez » vos muscles se renforcer. Ce n’est pas seulement « voir », il y a aussi une part de ressenti. La Méditation est une relaxation pour permettre à l’esprit d’être vide. Attention, ce n’est PAS penser à rien. Ça se rapproche plus d’être « à l’écoute du silence ». La notion est dure à appréhender je sais. Les arts martiaux asiatiques aident beaucoup à comprendre cette notion. C’est comme une tasse. Ne penser à rien veut dire qu’il y a quand même quelque chose dans cette tasse, faire le vide serait plutôt qu’elle est…vide justement, pour permettre le détachement. Dans ces deux cas, la relaxation physique est nécessaire. Pour la Contemplation je ne suis pas sûr, je crois que c’est observer (voir+attention donc) un paysage ou un panorama sans idées ou jugement, là encore dans l’idée de relaxer l’esprit;
      Voila j’espère avoir pu vous donner des renseignements, même partiels.
      Tout de Bon

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s