Question n° 12 à Neville Goddard : « Pourquoi certains sont-ils pauvres bien qu’ils travaillent dur dans le milieu de la métaphysique? »

woman-in-gold

Woman in gold – Gustav Klimt

Réponse de Neville Goddard :

Parce qu’ils n’ont pas réellement appliqué la métaphysique. Je ne parle pas d’une approche gnangnan de la vie, mais d’une application quotidienne de la Loi de la conscience. Quand vous vous appropriez votre bien, vous n’avez besoin d’aucun homme, d’aucun état pour vous apporter ce que vous désirez.

Dans le monde des hommes, l’argent est absolument essentiel. Si je vous invite à déjeuner demain, c’est moi qui ferais le chèque. Quand je quitte mon hôtel, je dois payer mes factures. Idem, quand je dois prendre le train pour rentrer à New York. J’ai besoin d’argent dans tout ce que je fais, et donc l’argent doit être là. Je ne vais pas dire ‘Dieu connait mieux que moi ce dont j’ai besoin, Il pourvoira à mes besoins. Au lieu de cela, je vais m’approprier cet argent comme si je l’avais afin de le manifester.

Vous devez vivre avec audace, grassement, avec passion. Vous devez vivre votre vie comme si vous possédiez ce que vous désirez posséder. Ne pensez pas que parce que vous avez porté aide à quelqu’un à un moment, quelqu’un dans le ciel vous prendra en pitié et vous soulagera de votre fardeau. Personne ne pourra le faire à votre place. C’est à vous de vous approprier ce que vous désirez manifester.

Interprétation:

Neville explique que vous ne devez pas avoir de problèmes avec l’argent. Vous ne serez pas plus spirituel en étant pauvre ou en vous nourrissant de légumes verts. Vous êtes sur terre pour maitriser votre réalité et cela passe en manifestant l’abondance dans la vie. Ne croyez pas les théories qui veulent vous faire croire que l’argent est mauvais. L’argent est bon, très bon, c’est son usage qui peut éventuellement être mauvais. Si vous voulez voyager, manger de bons mets, faire ce que vous avez besoin de faire dans le monde, vous avez besoin d’argent; n’en n’ayez pas honte.

Assumez donc le sentiment de vos désirs exaucés et vous les manifesterez.

le-secret-cest-le-sentiment_neville-goddard_couverture

Question n°11 à Neville Goddard: Est-ce cette aptitude à changer le futur nie le fait que la création est finie ?

painting-the-rejuvenation-of-time-by-dali

The rejuvenation of time par Dali.

Réponse de Neville Goddard : Non. En changeant le concept de vous – même, vous changez votre relation aux choses. Si vous avez réarrangez les mots d’une pièce de théâtre pour en écrire une autre, vous ne créez pas seulement des nouveaux mots, mais vous avez la joie de les réarranger. Votre concept de vous–même détermine l’ordre des évènements qui arrivent dans votre vie. Ils sont la fondation de votre monde, mais pas l’ordre d’arrangement.

Interprétation :

Neville signifie que si vous voulez changer votre vie, vous devez changer votre regard sur elle. Tout est possible, car tout existe à l’état de potentiel. Choisissez ce que vous désirez vivre dans votre vie, en choisissant consciemment vos pensées et vos émotions. Ressentez-les sentiments que vous auriez si vous étiez déjà exaucé. Ressentez-le encore et encore afin d’en imprégner votre subconscient et de manifester vos désirs.

Ainsi, si vous êtes malade, ressentez le sentiment d’être en bonne santé. Si vous êtes pauvre comme un rat d’église, dites-vous, « quel serait mon sentiment si je pouvais acheter tout ce que je désire »? « si je pouvais m’offrir ce voyage dont je rêve? ». Vous devez donc assumer le sentiment qui serait le votre, si votre désir était maintenant exaucé. Tout est possible. Vous pouvez même changer votre futur. Il n’est pas absolument fixé. Tout existe, il suffit juste de faire le choix de ce que vous voulez manifester.

Question n°10 à Neville Goddard: Si la création est terminée, n’empêche-t-elle pas toute initiative ?

mithu-biswas_chasing-time

Mithu Biswas: Chasing the Time

Réponse de Neville Goddard :

Si vous observez un événement avant qu’il ne se manifeste, cela signifie qu’il est prédéterminé du point de vue de votre être éveillé à ce monde à trois dimensions. Toujours est-il que vous n’avez pas forcément à rencontrer dans votre monde ce que vous vu dans votre conscience. Vous pouvez, en changeant votre concept de vous – même, interférer avec votre futur et le modeler en harmonie avec votre nouveau concept de vous – même.

Interprétation :

Neville signifie que si par une vision ou un rêve vous observez un événement du futur qui ne vous plaît pas, ne soyez pas effrayé, mais changez votre état de conscience pour changer votre futur. Tout, tout ce que pouvez imaginez existe déjà dans la « quatrième dimension ». Vous ne créez rien. Si vous voulez manifester quoi que ce soit, ressentez le sentiment de sa réalité, et vous le manifesterez.

De plus, sachez que cette notion de voir dans le futur est largement traitée par Neville, et particulièrement dans son livre « Hors de ce monde », qui sera disponible sur ce blog sous quelques semaines.

Question n°9 à Neville Goddard: « N’existe-t-il pas une loi qui dit que vous ne pouvez pas obtenir quelque chose en ne faisant rien ? Ne devons – nous pas mériter ce que nous désirons ? »

Réponse de Neville Goddard:

La création est terminée. C’est le bon plaisir de votre Père de vous donner le Royaume. Vous trouverez la réponse dans la parabole du fils prodigue dans Luc 15:11-32.

« Il dit encore : Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche. Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les pourceaux. Il aurait bien voulu se rassasier des caroubes que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait. Étant rentré en lui-même, il se dit : Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes mercenaires. Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. Le fils lui dit : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Mais le père dit à ses serviteurs : Apportez vite la plus belle robe, et l’en revêtez ; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous ; car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir. Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu’il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. Il appela un des serviteurs, et lui demanda ce que c’était. Ce serviteur lui dit : ton frère est de retour, et, parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras. Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d’entrer. Mais il répondit à son père : voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras ! Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi ; mais il fallait bien s’égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, parce qu’il était perdu et qu’il est retrouvé. »

Le retour du fils prodigue_Rembrandt_1669

Le retour du fils prodigue – Rembrandt- 1669

Malgré le gaspillage dont l’homme est habituel, quand il reprend conscience de qui il est vraiment, il reprend à se nourrir du veau gras de l’abondance, et porte la tenue et l’anneau de l’autorité. Il n’y a rien à mériter, car la Création est finie depuis la fondation du temps. Vous, êtes Dieu fait homme, pour rendre visible ce qui ne l’est pas encore.

Ne croyez pas que vous deviez travailler pour votre salut, à la sueur de votre front. Il n’y a pas à attendre quatre mois avant la moisson, car les champs sont déjà blancs, emparez-vous de votre faucille et moissonnez! (Voir Jean 4:35)

Question n°7 à Neville Goddard: « On m’a appris à ne pas demander en prière des choses terrestres, seulement à croître spirituellement, mais j’ai besoin d’argent et d’autres choses?

Le Christ guérissant l'aveugle

Le Christ guérissant l’aveugle – El Greco – 1540/41–1614


Réponse de Neville Goddard : Soyez honnête avec vous-même. Tout au long des Évangiles , Jésus posa cette question: « Que voulez-vous de moi? » Certains demandaient à voir, d’autres à manger, et d’autres encore voulaient pouvoir marcher, ou d’autres encore que leur enfant guérisse. »

Votre plus grand moi vous parle à travers le langage du désir. Ne vous y trompez pas. Sachant ce que vous voulez, réclamez donc le déjà, car il fait plaisir à votre Père de vous le donner à et rappelez-vous, ce que vous désirez, que vous l’avez déjà.

Question n°6 à Neville Goddard: « Pour obtenir quelque chose, combien de temps dois-je pratiquer l’exercice d’imagination ? »

Réponse de Neville Goddard :

« Dans le livre de la Genèse, il y a l’histoire de Jacob qui se bat contre l’ange. Cette parabole va servir d’explication pour vous répondre, car quand la satisfaction est atteinte, l’impuissance suit.

Jacob lutte avec l'ange_Alexandre Louis Leloir

Quand le sentiment de réalité est devenu vôtre, pendant un moment au moins, vous êtes mentalement impuissant. Le désir de répéter l’acte de prière n’existe plus car il a été remplacé par le sentiment de l’accomplissement de votre désir. Vous ne pouvez persister à demander ce que vous avez déjà. Si vous assumez ce que vous voulez être jusqu’au point d’extase, vous n’en voudrez plus (parce que vous l’avez obtenu, NDT).

Votre acte de création est aussi créatif que l’acte de création physique où quand l’homme a fini, il s’arrête, diminue et est béni. Car  comme l’homme crée à son pareil, l’acte d’imagination créé son pareil dans le monde physique. Si vous n’avez pas atteint le point de satisfaction, vous devez répéter encore et encore l’exercice jusqu’à ce que vous touchiez votre désir et qu’une force sorte de vous. »

Question n°5 à Neville Goddard: Est-il possible d’imaginer plusieurs choses à la fois ou dois – je me confiner à un seul désir?

Réponse de Neville Goddard:

Personnellement, j’aime limiter mon acte imaginal à une seule pensée, mais cela ne signifie pas que je m’arrête là. Au cours d’une journée, je peux imaginer beaucoup de choses, mais au lieu d’imaginer beaucoup de petites choses, je suggérerais que vous imaginiez quelque chose de si grand qu’il inclurait toutes les petites choses. Au lieu d’imaginer la richesse, la santé et les amis, imaginez être extatique. Vous pouvez pas être extatique et être dans la douleur. Vous pouvez pas être extatique et être menacé par un préavis de dépossession de vos biens. Vous pouvez pas être extatique si vous ne jouissez pas d’une abondance d’amitié et d’amour.

Ecstasy de Maxfield Parrish - 1926

Ecstasy de Maxfield Parrish – 1926

Qu’est-ce que votre sentiment soit comme vous étiez extatique sans savoir la raison de votre extase? Réduire l’idée de l’extase à la sensation unique, « n’est-ce pas merveilleux? », en ne laissant pas votre raisonnement se demander pourquoi, parce que sinon, vous chercherez les causes visibles, puis la sensation sera perdue. Au contraire, répétez encore et encore: « N’est-ce pas merveilleux? » Suspendez le jugement de connaître la raison de ce qui est merveilleux. Attrapez la sensation de la merveille de tout cela et des choses se produiront pour rendre témoignage à la vérité de ce sentiment. Et je vous promets, il comprendra toutes les petites choses.

Joy-painting-by-Anuj-Malhotra

La joie de Anuj Malhotra