La diète de gras : un moyen très efficace pour entrer dans un jeûne long

Crédit : Unsplash.com

Le Dr Jason Fung, néphrologue de Toronto propose une méthode intéressante pour ses clients qui ont du mal à entrer en jeûne : le fat fasting que je traduirai par diète de gras.

Sur son site, Fung relate qu’il a dû développer cette méthode suite à un de ses patients qui s’était essayé de nombreuses fois à jeûner mais échouait à chaque fois. Diabétique de type 2, il était également sous plus de 200 unités d’insuline par jour et sa glycémie était hors de contrôle. En effet, il travaillait de nuit, et dans son usine se trouvait nombre de collations comme des gâteaux et amuse-gueules et donc de tentation.

Alors que ses tentatives de jeûne échouaient les unes après les autres, sa santé empirait : sa vue baissait rapidement, il avait constamment faim tellement il était accro aux glucides.

Le Dr Fung a alors pensé au bacon. Il a demandé à son patient s’il acceptait de ne manger pendant deux semaines que du bacon, des œufs, des olives et des avocats. Le patient le regarda alors comme une étrangeté se demandant pourquoi son néphrologue lui demandait de se nourrir d’aliments généralement interdits pour cause de cholestérol.

Quinze jours plus tard, son patient était en jeûne hydrique depuis 4 jours ! Alors que depuis des années, il ne pouvait s’empêcher de manger toutes les deux heures, il était enfin en jeûne.

Que s’était-il passé ? Il avait commencé le challenge de la diète de gras et avait mangé encore et encore, mais au bout du troisième jour, il n’avait plus très faim, puis de moins en moins faim, jusqu’à ce qu’il n’avait plus faim du tout et a commencé à jeûner. Il a réduit rapidement son insuline de 50%.

Une diète de gras est un outil utile et efficace pour se lancer dans un jeûne ou pour revenir sur la bonne voie. L’idée est de manger beaucoup d’aliments gras pendant quelques jours jusqu’à ce que vous soyez rassasié  avant de commencer à jeûner. Cela aidera votre corps à atteindre le mode de combustion des graisses plus rapidement et sans autant d’effets secondaires négatifs, tels que maux de tête et sensation de faim.

Photo par Noah Buscher on Unsplash.com

Comment faire une diète de gras

Mangez quand vous avez faim, jusqu’à satiété aussi souvent que nécessaire. Les produits laitiers et les noix sont interdits. Les boissons autorisées sont le thé et les bouillons d’os.

Les aliments autorisés sont :

  • Les œufs
  • Le bacon
  • Le saumon
  • Les sardines
  • Les saucisses
  • L’huile d’olive, l’huile de noix de coco, l’huile MCT, l’huile d’avocat, l’huile de noix de macadamia
  • Le beurre
  • Le ghee
  • La mayonnaise maison
  • Les olives
  • Les épices
  • Les légumes à feuilles cuits dans la graisse

Il y a deux raisons pour lesquelles la diète de gras fonctionne si bien : c’est une version extrême d’un régime cétogène et la monotonie des aliments limités supprime votre appétit. La plupart des aliments énumérés ci-dessus sont extrêmement gras et le gras est extrêmement rassasiant. Donc nous sommes vite satisfaits et mangeons moins.

Vous constaterez peut-être que vous mangez sans arrêt pendant les premiers jours, ce qui est normal. Écoutez votre corps et utilisez les graisses pour combattre votre désir de manger et vos envies de glucides. Avec le temps, vous constaterez qu’il en faut moins pour vous rassasier et que vous commencerez à jeûner naturellement.

Il est à noter que finalement le Dr Fung a fait la même conclusion que j’avais faite, concernant le jeûne sec, sur l’efficacité de faire une montée et non une descente alimentaire.

Pour traiter du jeûne sur Facebook et d’alimentation sans idéologie aller ici. Pour en savoir plus sur le pouvoir du jeûne allez ici.

Je serais ravie d’avoir vos retours d’expérience.

Le secret du jeûne sec ne réside-t-il pas dans les réserves ?

Crédit : MikeGoad / Pixabay

 

Jeûner à sec est difficile apparemment. Nombre de membres de mon groupe s’essaient régulièrement, mais ont du mal souvent à dépasser les 36 heures, seuil où le corps commence à se nourrir de lui-même. Je me suis alors demandé s’il existait de méthodes différentes pour faciliter le maintien en jeûne sec.

J’ai alors découvert le groupe de Snake diet de Cole Robinson et j’ai été étonnée de savoir à quel point il avait de la facilité de faire jeûner des personnes en état d’obésité morbide : des gens qui avaient 50, 100 kg de trop. Sa méthode consiste en gros à les motiver en leur criant dessus : « Hey fatty » (hé, le gros !) et leur répéter à satiété que pour jeûner la seule chose à faire était de s’arrêter de manger. C’est tout. Pas de descente, pas de jus, rien… : « 1, 2,3 partez ». Selon Robinson, il suffit de se forcer à atteindre les 48 heures[1], et après on entre en rythme de croisière ou presque….

La méthode de Robinson est le contraire de ce que trouve traditionnellement dans les écoles de jeûne qui insistent sur des semaines de descente alimentaire, que ce soit en hydrique ou en sec. Par exemple, même le Dr Filonov, spécialiste du jeûne sec, qui refuse les descentes alimentaires, insiste sur une préparation de trois mois au jeûne sec en s’imposant des petits jeûnes dont on augmente progressivement la durée.

Cole Robinson : « 1, 2,3 partez ! »

Mais le retour d’expérience de Cole Robinson montre que jeûner à sec est moins compliqué qu’il n’y parait :  « 1, 2,3 partez ! ». Nombre de jeûneurs, une fois qu’ils ont dépassé les 48 heures, réitèrent avec facilité les périodes d’abstinence en eau et en nourriture : jeûne sec + réalimentation, jeûne sec + réalimentation, etc. Alors la perte de poids se mesure à raison de plusieurs kilos par semaine sans fatigue ni problème aucun.

Ma propre expérience, qui est basée sur mon ressenti, est de me nourrir abondement pendant quelques jours avant l’entrée en jeûne sec. Je n’ai jamais senti le besoin de faire de descente alimentaire. Pareillement, une fois que j’ai dépassé les 36 heures, je peux rester dans un état de jeûne sec sans problème pendant plusieurs jours[2]. Cette méthode est celle que suivent les oiseaux migrateurs qui se gavent avant d’entamer un jeûne sec de plusieurs jours. Comme le signale l’article du journal Le Figaro :

En 1976, le biologiste Robert Gill Jr. s’est rendu sur la côte sud de l’Alaska afin d’étudier les oiseaux qui s’apprêtaient à migrer pour l’hiver. Une des espèces l’a laissé particulièrement perplexe : les barges rousses. Elles étaient trop grosses.

« On aurait dit des ballons volants », se souvient-il. 

À l’époque, les ornithologues savaient que ces échassiers passaient l’hiver dans des endroits comme la Nouvelle- Zélande et l’Australie. Selon leurs estimations, ces migrateurs devaient, pour arriver jusque-là, procéder à une série de vols à travers l’Asie, s’arrêtant de temps à autre pour se reposer et manger. Contrairement aux oiseaux de mer, ils ne peuvent plonger dans les océans pour trouver de la nourriture. M. Gill a cependant observé qu’en Alaska, les barges rousses font bombance de palourdes et de vers, comme si elles se préparaient pour une longue période de jeûne

Ainsi, je suis de plus en plus convaincue que l’une des conditions pour réussir à jeûner à sec est d’avoir un minimum de réserves, ou d’en faire quelques jours avant l’épreuve. Si vous avez du mal à vous maintenir en jeûne sec, réitérez alors le processus en vous alimentant de manière abondante quelques jours avant de vous abstenir. Je serais ravie d’avoir vos retours.

Pour traiter du jeûne sur Facebook et d’alimentation sans idéologie aller ici. Pour en savoir plus sur le pouvoir du jeûne allez ici.

[1]  A partir de 36 heures environ de jeûne sec, le corps entre en cétose et se nourrit de lui-même. La faim et ses symptômes disparaissent.

[2] Je conseille néanmoins de boire en entrée de jeûne sec un verre d’eau chaude mélangé à du bi6 carbonate alimentaire pour pallier l’acidité.

Le jeûne : l’anti-Black Friday

Dans ce week-end du Black Friday où on est invité à suivre la frénésie consommatrice, il me semble que l’achat compulsif organisé a depuis longtemps dépassé les rayons classiques de l’informatique et des vêtements pour atteindre ceux de l’hygiénisme. Faisant partie de plusieurs groupes de discussions sur le bio, l’hygiénisme et le jeûne, je suis de plus en plus étonnée de voir à quel point sous prétexte de jeûne, on y vend des solutions, des aliments, des huiles et autres remèdes thérapeutiques dits « naturels ». Bien que je reconnaisse que certains remèdes peuvent être très efficaces, et que tout le monde n’a pas la capacité sur le moment de s’adonner au jeûne modifié ou sec, à la lecture de certaines des discussions, je suis convaincue que nombre n’ont aucune efficacité réelle et relèvent plutôt du placebo. En outre, j’y ressens la même sensation d’envahissement d’objets inutiles, de submersion que quand je rentre dans un centre commercial à la veille de Noël.

En revanche, le jeûne est l’anti-black Friday. Excepté une bonne réserve alimentaire qui servira de carburant, d’une volonté sans faille et d’un  esprit patient, il n’a besoin de rien. Il se suffit à lui-même. Ajouter sans cesse des artifices au jeûne ne peut que le rendre moins efficace.

Le jeûne et particulièrement le jeûne sec est probablement l’une des expériences les plus extraordinaires qu’il soit de vivre. Au fur et à mesure que les heures de jeûne passent, et une fois qu’il a dépassé les 36 heures de sec, alors que le corps semble s’affaiblir, il se renforce paradoxalement. On se sent prendre connaissance et conscience de ce corps qui nous accompagne depuis notre naissance. Dans le même temps, cette situation de vide nous remplit.

Encore une fois, le jeûne procède de deux phases : la phase de dégradation cellulaire ou catabolisme suivis de la phase d’alimentation ou anabolisme qui reconstruit les cellules. Faites l’expérience du jeûne qui ressucite et guérit. Le jeûne ne doit pas être prétexte à l’entretien de philosophie moribonde de l’affamement déguisée en prétexte de noblesse ou de supériorité.

Le jeûne, c’est le remède naturel par excellence, il se suffit à lui-même.

Pour traiter du jeûne sur Facebook aller ici. Pour en savoir plus sur le pouvoir du jeûne allez ici.

Bon courage.

Jeûne et calculs biliaires ? Une relation pas prouvée…

Digestion, Intestin, Digestif, Par Voie Orale, Médicaux

Image par Pixabay

 

Suite à la mésaventure d’E.D, membre de mon groupe Facebook consacré au jeûne, chez qui il a été décelé des calculs biliaires suite à un jeûne hydrique de six jours, j’ai fait pas mal de recherches. En effet, on accuse souvent le jeûne de tous les maux, donc il m’était donc nécessaire d’aller au fond des choses.

Bien qu’il soit signifié qu’une perte de poids importante peut être la cause de calculs biliaires, les raisons avancées sont diverses, allant de l’origine ethnique à la prise de la pilule contraceptive forte en œstrogènes. Tout cela est d’ailleurs plutôt spéculatif et sans certitude.

L’argument qui est avancé concernant le jeûne est que lors d’un arrêt alimentaire la vésicule biliaire se met en sommeil et quand on se réalimente, celle-ci ne peut pas faire son travail correctement et des amas (calculs) de cholestérol s’accumulent dans la vésicule biliaire et provoquent l’infection. Il est à noter que ces accusations contre le jeûne concernent le jeûne long ou le jeûne intermittent.

Ainsi, même le Pr Valter Longo affirme qu’un jeûne intermittent de plus de 12 heures par jour, pourrait éventuellement augmenter les risques de calculs biliaires. Si cet argument était valable, on se demande alors pourquoi les millions de personnes qui font des jeûnes dans l’année, pendant des années, ne terminent pas aux urgences.

Une réflexion également faite par le Dr Jason Fung :

« Nous n’avons pas encore eu de problèmes de calculs biliaires ou de coliques biliaires pendant le jeûne. Je n’ai pas encore trouvé de discussion sur les problèmes de vésicule biliaire liés au jeûne et, littéralement, des millions de personnes jeûnent régulièrement ».

Ainsi, d’où vient le doute ? Probablement de cette étude qui dit avoir trouvé  que « l’analyse a montré que le jeûne qui dépassait la nuit, les régimes et la consommation de fibres étaient significativement liés au calcul biliaire ». Mais cette étude réalisée exclusivement sur des femmes ne dit pas si celles-ci sont ou pas sur une prise hormonale d’œstrogènes (pilule) ou si la réalimentation se faisait en quelques minutes ou en plusieurs heures.

Il est à noter que les autres études sur le sujet présentent des résultats contradictoires.

Ainsi une étude de 2006 réalisée sur musulmans soumis au Ramadan montre que « la cholécystite aiguë [lithiase biliaire] présente des caractéristiques saisonnières; toutefois, cette variabilité saisonnière serait influencée par des facteurs environnementaux et génétiques inconnus. [Les résultats obtenus] montre que le jeûne du ramadan ne pas précipiter l’apparition d’une cholécystite aiguë ».

Une autre étude, plus intéressante encore, montre des nuances non observées sur la première étude. Réalisée sur 9 femmes en bonne santé, elle a montré les conditions de la bile aspirée du duodénum après trois périodes de jeûne qui ont suivi un repas standardisé : l’indice moyen de saturation en cholestérol était significativement plus élevé après un jeûne de 15 heures (1,35 + 0,08) qu’après un jeûne de 10 heures (105 + 0,10). Cependant, après 20 heures de jeûne, l’indice de saturation en cholestérol moyen était tombé à 1,13 + 0-10. La concentration en lipides biliaires n’a pas été affectée.

Une autre remarque est à faire : les calcules billiaires sont rarement fatals, exceptés chez les personnes qui ont un dysfonctionnement sérieux du système immunitaire ou une maladie chronique. Plusieurs études ont montré que les chirurgiens recouraient de manière trop systématique à la chirurgie. Par exemple, un suivi chez ceux 3 700 patients qui ont refusé la chirurgie montre que qu’ils n’ont pas eu de nouvelles dans les quatre ans. Même si cette opération chirurgicale est anodine et commune, les conséquences sur le comportement alimentaire du patient sont notables.

En lisant les études et les témoignages, je confirme la nécessité de se réalimenter en au moins deux étapes, afin de laisser à l’organisme de régénérer les enzymes et organes mis en sommeil lors d’un jeûne prolongé ; une remarque que j’avais déjà fait dans mon livre Le pouvoir du jeûne. En outre, il serait peut-être pertinent de préciser à nouveau d’éviter les aliments qui stimulent l’insuline et qui poussent à se réalimenter de manière abondante et compulsive à la rupture du jeûne.

Maigrir par le jeûne, ça marche

Une des membres de mon groupe a 30 kg à perdre. Ainsi, elle a récemment fait un jeûne sec de 5 jours et a perdu 6,4 kg. Malheureusement, elle nous a ensuite relaté qu’après quelques jours de réalimentation, elle en a récupéré 4. Sa réalimentation a consisté en des protéines, des graisses, mais aussi des glucides et quelques carrés de chocolat.

Plusieurs membres lui ont alors dit que le jeûne n’était pas efficace pour maigrir : l’éternel retour des aquoibonnistes. Or on sait désormais que le jeûne est probablement la SEULE option efficace pour maigrir. En effet, nombre d’études ont montré que les régimes dit hypocaloriques ne sont pas efficaces. Ce dogme qui affirme depuis plus de 50 ans qu’il faille réduire l’apport calorique n’est pas confirmé dans la réalité sur le long terme : ne pas manger à sa faim n’apporte que frustration, finit par faire dysfonctionner le métabolisme et en quelques mois on reprend inéluctablement des kilos.

On nous répète alors qu’il faut manger équilibrer, sans expliquer ce que cela veut dire : 30 % de glucides, 30 % de lipides, 30 % de protéines ?

Or, on sait désormais que l’obésité est une conséquence et non pas la cause d’un problème hormonal, à savoir, souvent, un problème de résistance à l’insuline. De ce fait, pour maigrir, il suffit de rendre son organisme à nouveau sensible à cette hormone.

Le jeûne total hydrique, sec ou le jeûne intermittent apparaissent alors comme les meilleures options, mais doivent être poursuivis par un jeûne intermittent pour resensibiliser l’organisme à l’insuline. Donc les options principales sont :

  • Jeûne hydrique ou sec + jeûne intermittent (JI) pendant plusieurs mois et ensuite réintroduction progressive des glucides.
  • Jeûne intermittent associé à une diète cétogène

Voici un exemple d’Alyson Cee qui faisait partie d’un groupe consacré au jeûne sec. Elle a perdu plus de 30 kg en deux mois en s’imposant des cycles de jeûne sec et des réalimentations en cétogène. Ce n’est pas un mythe, nous étions dans le même groupe de jeûne sec, je l’ai vu évoluer.

 

Alyson Cee de janvier 2016 à juin 2018

Plus vous jeûnez régulièrement, plus votre corps se resensibilise à l’insuline, plus la perte de poids s’accélère. Comme dans la guérison par le jeûne, il est nécessaire de s’imposer plusieurs cycles de jeûne prolongés pour voir des résultats notables.

Si vous voulez des sources d’inspiration, allez sur le site Facebook de Cole Robinson qui fait jeûner à sec ou à la diète de serpent des centaines d’obèses avec succès. Le jeûne sec est très efficace, mais vous n’aurez pas des résultats probants du jour au lendemain. Il est normal que vous vous imposiez un peu de discipline.

Pour traiter du jeûne sur Facebook aller ici. Pour en savoir plus sur le pouvoir du jeûne allez ici.

Bon courage.

 

 

Autophagie : la véritable détox

Dans le domaine des médecines dites naturelles, on parle souvent de détox, processus visant à éliminer les toxines du corps. Le problème, en ce qui me concerne, est que je n’ai jamais compris quelles étaient les dites toxines éliminées par ce processus.

Nombre de médecins et de sites consacrés à la santé partagent mon incompréhension en affirmant que le mot détox ne signifie pas grand-chose en fait, qu’il s’agit d’un grand flou hygiéno-philosophique. Ainsi une synthèse méthodique publiée dans le British Medical journal en 2012 a cherché comprendre les principes liés à la notion de détox. Ils concluent : « les principes de la [détox] ne font aucun sens dans une perspective scientifique, et il n’existe aucune preuve clinique qui puisse les appuyer« .

Je n’ai pas lu l’étude en entier, mais je ne suis pas certaine que les participants de l’étude soient très objectifs tellement les représentants de la médecine allopathique me semblent souvent très fermés sur les médecines alternatives, à tort ou à raison.

Le jeûne est une des thérapies les plus en vogues de nos jours. Très attaqué par les médecins, on serait alors tenté naturellement de considérer ses prétendus effets thérapeutiques comme de simples effets placebo. Or, la science a montré que le jeûne, notamment une fois que la cétose est enclenchée, amène à la génération de processus thérapeutiques. L’un d’entre eux est l’autophagie.

Autophagie, qui signifie « se manger soi-même », est un processus d’auto-nettoyage de l’organisme. Presque inconnu du grand public le plus informé, ce phénomène métabolique est passé de l’obscurité à la lumière à la suite de la délivrance du prix Nobel en octobre 2016 à Yoshinori Ohsumi, chercheur à l’Institut de technologie à Tokyo, qui en a étudié les mécanismes.

L’autophagie est un processus qui permet à une cellule de recycler ses propres composants défectueux pour les transformer en énergie ; ces débris qui traînent dans le cytoplasme de vos cellules depuis des années.

L’autophagie élimine les déchets par exemple tels que les cellules cérébrales mal nourries pendant des années, les cellules cardiaques privées de sommeil, les cellules qui ont respiré le tabac depuis de votre enfance.

Toutes ces protéines mal repliées, toutes ces cellules qui ont subi une inflammation constante, qui perdent la mémoire seront éliminées par l’autophagie. Les autopsies du cerveau nous racontent tout. Les protéines s’accumulent dans un cerveau endommagé. Ce cerveau endommagé conduit à la maladie de Parkinson, à la maladie d’Alzheimer et à la démence.

Si vous êtes en surpoids, ces débris existent depuis aussi longtemps que ces kilos en trop existent en vous. Si votre peau tombe, est flasque et ridée, l’autophagie va progressivement éliminer ces cellules qui ont hérité et se sont développées dans un tel environnement.

Pendant l’autophagie, les cellules détruisent les virus et les bactéries et éliminent les structures endommagées. C’est un processus crucial pour la santé, le renouvellement et la survie des cellules.

Ainsi, plusieurs études ont confirmé que l’autophagie protègerait entre autres contre :

  • Les maladies neurodégénératives
  • Les maladies inflammatoires
  • Les infections
  • Le cancer
  • La résistance à l’insuline
  • Le vieillissement

Si vous avez déjà jeûné, vous avez probablement remarqué que votre peau au bout de plusieurs jours était plus fine et plus lumineuse, plus nette et plus lisse qu’elle ne l’a été depuis longtemps.

Par exemple, voici les photos avant et après de 7 jours de jeûne sec de Simona qui a partagé en janvier 2018; les photos avant et après qu’elle a partagées sur le site de Snake Diet. Elle tentait de se débarrasser des poches qu’elle avait sous les yeux depuis plusieurs années. On va bien sur la première photo la poche gonflée sous l’oeil.

 

 

La seconde photo a été pris à la fin de la journée à la suite de 7 jours de jeûne sec.

 

Ça a marché. Un mois plus tard, les poches n’étaient pas revenues. La peau est effectivement plus et moins marquée qu’avant le jeûne.

Comment se déclenche l’autophagie ?

Quand l’environnement est difficile. Quand les cellules sortent du confort et entre dans un environnement difficile, tellement difficile qu’elles doivent faire des choix radicaux pour que l’organisme survivre :

  • Infection
  • Exercice vigoureux
  • Réduction calorique et / ou nutritionnelle
  • Jeûne

Si vous voulez une véritable détox, jeûnez. En plus, elle ne coûte pas un centime.

Vous trouverez le résumé de l’étude originale sur le jeûne sec allez ici. Pour traiter du jeûne sur Facebook aller ici. Pour en savoir plus sur le pouvoir du jeûne allez ici.

Challenge affirmations écrites du 14 octobre 2019

Aujourd’hui, nous commençons le challenge d’affirmations écrites. Il s’agit d’une liste des désirs que vous voulez manifester à plus ou moins long terme.

Vous lirez cette liste tous les jours, au moins trois fois dans la journée : le matin au réveil, dans la journée et le soir avant de vous endormir.

Cette dernière étape est très importante, le subconscient étant très réceptif juste avant que vous n’entriez en sommeil. Vous pourrez répéter chaque phrase une dizaine de fois.

Voici quelques remarques sur cette liste :

  • Réalisez une liste d’une vingtaine de désirs ou plus
  • Cette liste sera un mélange écléctique : des désirs que vous voulez atteindre absolument mais difficiles, et des désirs plus faciles à atteindre. Le but est de vous mettre émotionnellement à l’aise.
  • Mettez en haut et en bas de de la liste les désirs les plus faciles à obtenir, les plus compliqués seront plutôt positionnés au milieu.
  • Les premiers jours, vous allez probablement avoir le besoin de faire des modifications de la liste : rectifier les désirs, les améliorer, en ajouter. En raison de votre focalisation, votre subconscient va vous présenter d’autres désirs ; n’hésitez donc pas à les ajouter. Pour cela, utilisez plutôt un petit cahier qu’une feuille de papier.
  • Quand un désir est manifesté, mettez-le en haut de la liste et mettez une croix rouge qui signifie que le désir a été manifesté. Puis réécrivez votre liste.
  • La phrase type sera préférentiellement : « Merci pour mon xxxx« .
  • Si vous manquez un jour, ajoutez trois jours de challenge…

Le challenge prendra fin le 15 novembre, mais vous pourrez continuer la lecture de votre liste.