L’immense pouvoir de l’esprit sur le corps. Pourquoi l’avons nous oublié ?

J’ai écrit cet article à titre d’information et pour l’intérêt certain et véridique qu’il représente. Je vous conseille fortement de le lire, de l’intégrer à votre pensée, et d’en expérimenter les techniques. Cela ne pourra que vous qu’élargir le champ de votre horizon, de votre conscience, de votre connaissance et de vos possibilités. Néanmoins, si vous êtes malade, nous ne vous l’indiquons absolument pas en alternative unique à un traitement médical approprié. Faites ce que la logique vous impose, allez consulter auprès de votre médecin.

creative-mind-brain-wallpaper

Début 1951, Sir Archibald McIndoe chirurgien à l’hôpital d’East Grinstead, dans l’ouest de l’Angleterre opère un jeune patient de quinze afin de lui greffer la peau des mains. Cet adolescent est atteint d’une maladie rare et héréditaire avec laquelle il est né. En effet, une substance noire, épaisse, dure comme l’ongle, mais élastique et fragile à la fois, lui recouvrait la totalité du corps, à l’exception de son visage, le cou et la poitrine. Le fait de même bouger les mains, faisait craquer la peau, qui suintait de sang en faisant souffrir de façon atroce le garçon. Il en était très timide, car ses relations sociales étaient minimes du fait du rejet qu’il subissait à l’école en raison de son apparence et de son odeur.

L’équipe du Dr Archibald McIndoe fit la greffe sur ses mains qui prit sans problème. Mais un mois plus tard, la peau greffée s’épaissit et devint aussi noire que le reste. Les chirurgiens se sont donc rendus à l’évidence : la maladie est incurable, il n’avait rien à faire.

Néanmoins, le jeune Docteur et anesthésiste Alfred A. Mason qui pratiquait également l’hypnose a proposé d’essayer en désespoir de cause cette option. En effet, il avait maintes fois avec succès soigné des patients atteint de verrues par cette méthode. En effet, il considérait que la substance noire ressemblait à des millions de verrues, et peut-être que cette option donnerait des résultats. En fait, il était certain que cela marcherait.

Ainsi, le 10 février 1951, devant un panel d’experts médicaux, il hypnotise le jeune garçon. Il l’a donc mis en transe, c’est-à-dire en relaxation profonde, et lui a fait des suggestions concernant son bras gauche. Il lui suggère que son bras gauche allait se nettoyer et que la peau allait retrouver la santé et qu’elle serait désormais saine et rose. Au bout de cinq jours, la substance noire de la peau, est devenue friable et a commencé à tomber. Sous elle, se trouvait une peau rose, saine et tout à fait normale. Quelques jours après, le bras était hypnotisé était d’une apparence parfaite de l’épaule au poignet. Le bras droit, qui n’avait pas subit la suggestion avait gardé l’apparence qu’il avait toujours eu.

Healing of Ichthyosis

Évolution de l’aspect du bras droit suite aux séances d’hypnose – Photos tirées de l’édition de British Medical Journal

Le Dr Mason a continué à hypnotiser le garçon, et a entre temps revu le chirurgien McIndoe qui n’en croyait pas ses yeux et ses oreilles. Quand Mason lui dit, qu’il avait donc raison que les verrues répondaient bien à l’hypnose, le chirurgien lui hurla : « Vous savez ce que vous avez fait ? Ce ne sont pas des verrues. C’est un cas d’érythrodermie congénitale ichtyosiforme de Brocq, l’une des formes les plus sévère d’ichtyose Maintenant, allez dans la bibliothèque et vous renseigner sur ce que c’est ».
Dans le même temps, l’affaire fait immédiatement le tour de l’hôpital et explose au niveau des autorités médicales, et même de la presse. Un fait unique : l’affaire fait l’objet d’une communication immédiate à la Société Royale de Médecine.   On parle alors de miracle, puisque l’ichtyose est une maladie congénitale, structurelle et incurable. C’est une malformation. Mason a alors été traité comme le Messie, et une avalanche de malades viennent le voir. Malgré tout le brouhaha, il continue à hypnotiser l’adolescent qui est très gêné également par l’ampleur prise pour l’affaire. Il devient de moins en en hypnotisable. Néanmoins, Mason réussit au fil des semaines à provoquer une amélioration notable de la peau : 80% de la substance noire a disparu. La peau a continuer à s’améliorer après l’arrêt des séances d’hypnothérapie.

Mason_Ichtyose

Évolution de l’aspect du bras droit suite aux séances d’hypnose – Photos tirées de l’article du British Medical Journal

Trois ans après, la guérison persistait.

Néanmoins, Mason a tenté de réitérer son succès chez d’autres patients atteints de la même maladie. Mais ses résultats ont été très en deçà des ses premiers. Ils ont été ou partiels ou quasi-nuls. Mason a parfaitement analysé la raison de ses échecs par le fait que la conviction qu’il avait à ses débuts, alors qu’il croyait que la pathologie n’était que des verrues collées les unes aux autres, s’est envolée. Il avait perdu cette arrogance, cette conviction, cette certitude qu’il possédait alors. Quand les médecins lui ont confirmé qu’une telle guérison était impossible, du fait de la nature même de la maladie, il a en fait perdu la foi. Et n’a réitéré ses brillants résultats.

Néanmoins, d’autres physiciens, inspiré par le succès de Mason, ont également chercher à valider ses résultats, surtout quand les traitements conventionnels s’étaient avérés inefficaces.

Prenons par exemple le cas du traitement par l’hypnose d’un cas de Pachyonychie congénitale qui ressemble à l’ichtyose. Cette pathologie également héréditaire se manifeste par un épaississement progressif des ongles, de la paume des mains, et de la plante des pieds sous un aspect qui rappelle un ensemble de cloques. C’est extrêmement douloureux pour la personne qui en est atteint.

Le cas que je présente maintenant fut traité par les médecins Murray, Mullins, et Shapiro en 1955. Ils décident d’essayer l’hypnose, car tous les traitements conventionnels avaient été épuisés. Les médecins ont alors comme dans le cas de Alfred Mason, commencé par traiter par l’hypnose sur une partie circonscrite du corps du malade, à savoir sa main gauche. Au bout de trois jours, il a été noté un adoucissement notable de l’élément kératosique, c’est-à-dire des couches cornées de l’épiderme situées à cet endroit. Le traitement continua donc, et l’amélioration continua sur les autres parties ciblées du corps, notamment les pieds. En effet, quand le patient a été admis à l’hôpital, ses pieds le faisaient tellement souffrir qu’il ne pouvait se tenir debout et ne se déplaçait qu’en chaise roulante. Au bout de 13 jours de traitement, il pouvait se tenir debout sans souffrir, ce qui ne lui était pas arrivé depuis des années autant qu’il s’en souvienne. Au bout du 17e jour, il pouvait déambuler dans les couloirs de l’hôpital.

L’anesthésiste Mason a commenté ce cas par le fait, qu’il prouve bien que la guérison de son patient n’était pas accidentelle. De nombreux cas confirmeront l’affirmation de Mason, concernant l’ichtyose :

  • Schneck (1954 et 1966), confirme l’amélioration notable de 2 cas d’ichtyose. Il reconnait néanmoins, que la guérison a été plus longue et plus modérée que dans le cas de Mason. Il explique cette situation, par le fait que les deux patients ne croyaient pas vraiment à la possibilité d’être guéris de cette manière.
  • Wink (1961) traite également par hypnose deux cas d’ichtyose. Il s’agit de deux sœurs de 6 et 8 ans. Les deux reçoivent un traitement identique : tout d’abord une fois par semaine pendant deux mois, puis une fois toutes les deux semaines pendant deux mois, et enfin une fois par mois pendant deux mois. Le résultat chez les deux sœurs est néanmoins différent. La guérison est beaucoup plus nette chez l’ainée. C’est en effet elle qui a manifesté la plus grande concentration et relaxation.
    Conclusion identique pour le cas traité par le médecin Kidd en 1966 où il soigne par l’hypnose un père et son fils de 4 ans, tous deux atteints de la maladie. Au bout de 5 semaines, la père présente une rémission de ses symptômes de  plus de 90% tandis que le fils qui avait du mal à rester concentré et n’a pu maintenir qu’une relaxation légère montre une amélioration de seulement 30%.

Wink_guérison ichtyose_avantWink_guérison ichtyose_après

  • Les médecins Bethune et Kidd (1966) ont publié deux cas de rémission complète d’ichtyose. Dans le premier cas, la guérison est complète après sept semaines de traitement. Le second cas est plus compliqué. Les premiers résultats n’étaient pas très évidents au départ, et après six mois, le patient à montré une rechute. Ceci a provoqué chez lui, une remise en question et une concentration et un investissement nouveaux dans sa guérison. Sa rémission s’est ensuite accélérée, est devenue totale et s’est maintenue depuis.

L’utilisation de l’hypnose dans l’accélération de la guérison des brûlures

Dans les années 70, le Dr Dabney Ewin, chirurgien exerçant au Texas, également hypnothérapeute était souvent appelé en cas brûlures graves. Sur ses 14 cas de brûlures qu’il a traité, 13 ont été des francs succès. Tous les 13 brûlés ont guéris rapidement et sans cicatrice. L’un des cas les plus notables, était celui d’un ouvrier dont la jambe a été immergée jusqu’au genou brièvement dans une cuve d’aluminium fondu à plus de 950°.Il a totalement guéri. Concernant le 14e patient, qui lui n’a pas guéri, il avait pouffé de rire à l’idée que l’hypnose pouvait guérir ses blessures. Son manque de conviction a très probablement été la cause majeure dans l’échec de l’hypnose pour son cas.

Voici un extrait de 4 mn d’un documentaire de la BBC (en anglais) où apparait le Dr Dabney Ewin. Les photos sont tirées de la vidéo:

Les photos ci – dessous décrivent le premier cas du Dr Ewin. Il s’agissait d’une explosion d’alcool qui a brûlé le visage d’un homme au second degré. IL a été hypnotisé, aux urgences par le Dr à peu près une demi heure après l’accident.

Dabney Ewin_burns3

Brûlure au 2nd degré: 31 heures après l’hypnose. Puis 14 jours plus tard.

Un second cas : avant et plusieurs jours après l’hypnose

Dabney Ewin_burns1

Dabney Ewin_burns2

Un autre cas intéressant est celui rapporté par Helen Flanders Dunbar dans son ouvrage Emotions and bodily changes (1954, page 617), concernant un médecin allemand qui lui aussi pratiquait l’hypnose. Un chirurgien s’est présenté à lui comme patient, car depuis 14 ans, il souffrait atrocement de brûlures à sa main droite dues à des rayons X. Il rapporte en 1927 dans le journal scientifique allemand :

La main et l’avant – bras présentaient des œdèmes gonflés et de l’eczéma important et qui suintait. Il y avait également deux profonds ulcères, des chéloïdes au dos des doigts, et sur un doigt un nodule qui avait été excisé plusieurs fois, mais revenait sans cesse. Ceci lui était très douloureux et l’empêchait même de dormir. Toutes sortes de traitements avaient été utilisées, sans succès, alors que la situation ne cessait d’empirer. Le patient envisageait sérieusement une amputation de la main. La détresse du chirurgien était telle qu’il était rentré dans un cycle vicieux de dépression. Rapidement après les premières sessions d’hypnose, sa condition s’améliora. Après quatre semaines, le patient a quitté le sanatorium avec l’un des ulcères qui avait totalement disparu et l’autre réduit à une tête d’épingle. Quand le Dr O. Bunneman revit son patient l’année d’après, l’inflammation n’existait plus, les ulcères étaient guéris, et la main était saine et sans douleur. Le patient pouvait à nouveau opéré et se remettre à la pratique du violon.

De la lecture de tous ces articles scientifiques, écrits par des médecins eux-mêmes, dans des revues renommées comme le British Medical Journal par exemple, nous comprenons que si il est impossible de réfuter de pouvoir de l’esprit sur le corps, les mécanismes ne sont pas encore totalement connus. Mais certains éléments sont considérés comme nécessaires afin que le subconscient puisse agir sur le corps :

  • La conviction totale du patient. Les patients qui ne croient pas en l’efficacité du traitement ont des résultats mitigés ou nuls.
  • La conviction totale du patricien. L’exemple de l’anesthésiste Alfred A. Mason le montre parfaitement.
  • La réceptivité de l’esprit du patient lors de l’hypnose. Les cas étudiés ont pour la plupart démontré que plus la relaxation est profonde, plus la réponse du subconscient est grande, et donc plus l’hypnose s’avère efficace.
  • La répétition encore et encore de l’exercice afin d’influer fortement sur l’inconscient.
  • Tout cela ressemble aux conclusions que j’ai énumérés dans mon article sur les affirmations et le subconscient.

Les cas d’améliorations ou de guérisons totales obtenues par l’hypnose ou le placebo sont légion. Je cite au hasard que j’ai pu trouver dans mes lectures d’articles scientifiques :

  • Accélération de guérison de blessures
  • Acné
  • Asthme
  • Augmentation de la taille d’un organe, principalement des seins. Plusieurs études ont prouvé la possibilité absolue d’augmenter par la visualisation, l’hypnose et l’auto-hypnose la poitrine de femmes, et ce en quelques semaines. J’en cite une : en 1977, le Dr Richard Willard réussit en 3 mois, à raison d’une séance par semaine et d’autosuggestion à la maison, à faire augmenter par l’hypnose, pour ces 22 volontaires la taille de leurs seins en moyenne à 4cm. Leur taille de bonnet a également augmenté.
  • Blanchissement instantané des cheveux
  • Brûlures mineures ou sévères
  • Cancer (voir travaux du Dr O. Carl Simonton et du Dr Ainslie Meares qui a documenté de nombreux cas de rémissions de cancer après des méditations intenses)
  • Cicatrices Chéloïdes
  • Dermatite atopique
  • Douleur, diminution, et suppression
  • Eczéma
  • Furoncles
  • Grossesse nerveuse
  • Herpès
  • Nombreuse maladies de peau
  • Paralysie
  • Psoriasis
  • Stigmates
  • Opérations chirurgicales (extraction de tumeurs ou de dents sans anesthésie)
  • Tumeurs
  • Verrues
  • Vitiligo

La littérature scientifique de la première partie du XXe siècle fourmille de cas de rémission ou de guérison grâce à l’hypnose. Il y a malheureusement beaucoup moins de ressources en français, excepté notamment le très excellent livre d’Emile Coué. Une question se pose alors. Pourquoi avons-nous alors oublié le pouvoir incroyable de l’esprit sur le corps ?

300px-Da_Vinci_Vitruve_Luc_Viatour

4 réflexions sur “L’immense pouvoir de l’esprit sur le corps. Pourquoi l’avons nous oublié ?

  1. Pingback: Le pouvoir illimité de l’autosuggestion | Les miracles de l'imagination

  2. Pingback: Une formule magique qui fonctionne «Tous les jours, en tout point de vue, je vais de mieux en

  3. Pingback: Une formule magique qui marche : « Tous les jours, en tout point de vue, je vais de mieux en mieux.  | «Les miracles de l'imagination

  4. Pingback: L’immense pouvoir de l’esprit sur le corps. Pourquoi l’avons nous oublié ? | Les miracles de l'imagination

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s