Le pouvoir du jeûne sec : une infection dentaire arrêtée ?

Crédit : Qimono/Pixabay

Il y a quelques mois, suite à une visite de routine, mon dentiste a découvert une parodontite locale au niveau de la dent du fond de ma bouche. Il considérait que sa difficulté d’accès pour la brosse à dents a permis à des bactéries de se développer au point où l’os de la dent s’était affiné. En conséquence, la dent se déchaussait. Il m’a recommandé alors d’extraire rapidement la dent considérant que la dent à côté risquait d’être atteinte aussi.

Ayant eu connaissance de cas d’inversion du cours de parodontites sévères suite à des jeûnes longs, je ne me suis pas inquiétée outre mesure, me rassurant que je me pourrais néanmoins sauver ma dent en me soumettant à un jeûne.

Ma dent oubliée se réveille

Ainsi, un peu avant Noël, j’ai fait un jeûne sec que j’ai arrêté à 40 heures en raison de l’arrivée de membres de la famille. Néanmoins, le lendemain, ma dent s’est réveillée sans prévenir et a commencé à me faire très mal. Les heures passant, je sentais comme un début d’hyperthermie. Je n’avais donc pas le choix, il me fallait jeûner, car je ne voulais pas voir le dentiste en urgence. Je savais en outre qu’une infection peut être très grave.

En effet, il y a quelques années, la mère d’une amie a laissé traîner une infection urinaire et s’est retrouvée dans le coma quelques jours plus tard. Elle s’en est sorti, mais les chirurgiens ont dû lui amputer de ses 10 orteils. Je savais donc qu’une infection peut s’avérer très sérieuse. Pas question de rigoler. Est-ce que je croyais réellement au pouvoir thérapeutique du jeûne ?

Un jeûne sec immédiatement ou les urgences plus tard

J’ai donc décidé de jeûner, à sec, à bien sûr. J’ai démarré mon chronomètre. Au bout de 20 heures de jeûne, j’avais vraiment de la fièvre et je suis allée me coucher. J’avais du mal à m’endormir, et tout mon côté droit me faisait très mal. Le simple fait de passer la langue sur ma dent me lançait comme des décharges. Je ne pouvais que poser mon visage sur l’oreiller que d’un seul côté. Je me disais qu’il me fallait tenir encore 16 heures pour que l’autophagie commence et, j’espérais, travaille sur ma dent.

J’ai donc sombré et suis sortie de l’inconscience un nombre innombrable de fois en ressentant mon corps en chaleur et ma joue en flammes. En me regardant dans le miroir, j’ai remarqué que mes joues étaient gonflées, comme un hamster. Je suis retournée me coucher en comptant les heures ou plutôt les minutes. J’ai finalement réussi à m’endormir à nouveau.

Un changement considérable à 35 heures

En me réveillant quelques heures plus tard, je me suis radicalement sentie différente. Tout d’abord, j’ai remarqué que ma fièvre était tombée. J’ai ensuite regardé mon chronomètre qui arrivait tranquillement à 35 heures. Mon visage était toujours gonflé, mais mon énergie était revenue. En outre, la douleur qui était insupportable depuis plus de 24 heures avait diminué de 80 % ! Passer ma langue sur ma dent ne produisait plus de douleur particulière, même si ma joue et ma dent étaient encore sensibles. Je n’aurais pas croqué encore une pomme, mais je me sentais vraiment mieux. Quelque chose de merveilleux s’était passé.

J’ai donc finalement quitté mon lit et continué mon jeûne. Je me suis abstenue de manger et de boire pendant 5 jours consécutifs. Ensuite, j’ai bu tous les 36 heures deux petites tasses d’eau chaude pour m’hydrater et garder la chaleur de mon organisme. J’ai cassé mon jeûne à 219 heures, le 1e janvier. J’ai donc jeûné 9 jours.

Aujourd’hui, jeudi 10 janvier, je n’ai plus aucune douleur depuis plusieurs jours.  J’ai pu depuis croquer dans une pomme ou une poire dure sans problème. Je prévois de revoir mon dentiste dans quelques mois.

Pourquoi une action si rapide rapidité de la guérison de ma dent

Quand je me suis réveillée à 35 heures et que j’ai senti que l’infection dentaire avait commencé à être contenue, j’ai été très étonnée. En effet, j’avais toujours compris que l’action thérapeutique du jeûne sec commençait à partir de 36 heures ; trois jours pour un jeûne hydrique. Ainsi pourquoi le jeûne a pu contenir l’infection avant le « temps réglementaire de 36 heures » ?

Mon explication est la fièvre. Comme l’explique le Dr Filonov, spécialiste du jeûne sec, la particularité du jeûne sec qui le rend plus efficace que les autres types de jeûne est sa capacité à générer une fièvre. Me basant sur ses affirmations, j’ai cherché à comprendre dans mon livre Le pouvoir du jeûne à infirmer ou à confirmer les dires du médecin de Sibérie. Et mes recherches sur les études scientifiques sur la fièvre que je décris abondement dans le livre ont prouvé que le docteur russe a tout à fait raison. La fièvre est bel et bien un facteur décisif et efficace de guérison, car elle permet de stimuler immédiatement le système immunitaire pour éradiquer les pathogènes de l’organisme.

De ce fait, quand j’ai débuté mon jeûne, j’avais en raison de l’infection, déjà une montée de fièvre. Mon organisme n’a pas eu à attendre l’hyperthermie qui met en général 5 jours à se manifester qui découle de la déshydratation. La fièvre déjà installée dans l’organisme, mon système immunitaire a fait le travail. N’ayant pas mangé, toute l’énergie de mon corps a été dirigée dans le retour à l’homéostasie. Ce qui explique la fatigue extrême qui a disparu en même temps que la fièvre, quand le problème a été contenu. Le jeûne sec est réellement une merveille !

2 réflexions sur “Le pouvoir du jeûne sec : une infection dentaire arrêtée ?

  1. Bonjour, J’ai mis un commentaire de votre article,mais ce qui me surprend beaucoup, c’est que quand j’y suis retournée, tous les commentaires avaient disparus ! Est-ce voulu,ou que s’est-il passé. Bon, je voulais rajouter en commentaire que j’ai acheté votre livre et en ai lu une bonne partie.  Et j’ai vu qu’il ne fallait pas faire de jeune long lorsqu’on avait des problèmes de thyroïde. Donc je ne vais pas faire un long jeune sec. Mais par contre, vous dites qu’au bout de 36 heures on a de la fièvre, en tous cas très chaud. Et bien moi, pas du tout, j’ai plutôt froid, le bout des doigts tout froid ! Et pas de phénomènes désagréables :il faut dire que j’ai une alimentation plutôt saine, et je fume pas, je bois pas… Ce n’est pas vraiment avec ma tête que j’ai décidé de faire ce jeûne, c’est plutôt venu comme ça. Au regard de tout ce que je dis, avez-vous quelque chose à me conseiller.  Merci‌ et bonne journée à vous Aline  

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s