La réussite du jeûne sec prolongé : la montée alimentaire ?

Dans les écoles classiques de jeûne (hydrique ou modifié), il est très souvent recommandé de se soumettre à une descente alimentaire. De différentes méthodes, elle consiste essentiellement à réduire de manière progressive la quantité et la quantité des aliments les semaines qui précédent le jeûne. On supprime alors souvent les protéines animales, les graisses et termine par les légumes et les fruits.

Néanmoins, en plus de compliquer une processus déjà qui energivore, il n’est en rien prouvé que ce processus soit essentiel à un bon jeûne.  En effet, si on se réfère au milieu naturel, les animaux ne font pas de descente alimentaire pour leur jeûne saisonnier, excepté ceux qui vont entrer en hibernation. En effet, ils se doivent d’éliminer leur estomac de tout aliment en raison de l’arrêt de fonctionnement des enzymes digestives. S’ils ne le faisaient pas, les aliments pourriraient amenant ensuite à la mort de l’animal.

Parallèlement, les autres animaux font des montées alimentaires, c’est à dire qu’ils se gavent au maximum afin de faire le maximum de réserves pour la période de jeûne imposée (hivernation, préparation à la raréfication des ressources, migration, etc.).

Par exemple, les oiseaux migrateurs qui voyagent sans escale pendant plusieurs jours vont passer tout ce temps de trajet sans manger, ni boire, ni dormir. Pour cela, ils se gavent au possible, souvent jusqu’à doubler leur poids avant de s’envoler.

Comme le dit la chercheuse Melissa Mayntz :

« Alors que le temps de la migration approche, de nombreux oiseaux augmentent leur production de protéines métabolisant les graisses et leur tube digestif se gonfle afin de pouvoir plus facilement prendre du poids. Les oiseaux peuvent sembler trop manger lors d’une période appelée hyperphagie  et peuvent doubler leur poids avant de partir en migration, emmagasinant de la graisse qui deviendra le carburant pendant leur voyage ».

D’autant que l’exercice de vol est un véritable exercice d’endurance. Comme le dit le journaliste :

« Depuis que de nombreux oiseaux se révèlent être des supermarathoniens, les biologistes tentent d’expliquer de tels exploits. Prenez le Tour de France, qui représente probablement le test d’endurance humaine le plus intense. Chaque jour, les cyclistes gravissent et descendent des montagnes ; leur métabolisme s’accélère, jusqu’à cinq fois leur rythme au repos.

En comparaison, le ratio oscille entre 1 pour 8 et 1 pour 10 chez les barges rousses. Et point de gîte et de couvert à la fin de la journée : ces migrateurs continuent de voler la nuit, refusant de s’alimenter alors qu’ils voyagent à 65 km/h. »

Ainsi, lors de la pratique d’un jeûne sec prolongé, vous allez subir également un exercice intense. Il vous faut donc avoir des réserves. Pas besoin de doubler votre poids (vous ne pourriez pas en si peu de temps néanmoins), mais il n’est déraisonnable de s’alimenter largement en graisses et en protéines avant de commencer le jeûne.

En effet, en augmentant votre apport vous allez permettre à votre organisme de bénéficier d’une quantité importante de carburant immédiatement disponible pour l’autophagie qui interviendra 36 heures plus tard et le maintien des fonctions du métabolisme.

Si vous prenez du plasma de Quinton ou des suppléments alimentaires, il serait utile d’en prendre pendant les jours de montée alimentaire pour augmenter et diversifier l’apport en nutriments.

Le festin avant le jeûne - Crédit photo Shutterstock

Le festin avant le jeûne – Crédit photo Shutterstock

 

Pour traiter du jeûne sur Facebook et d’alimentation sans idéologie aller ici. Pour en savoir plus sur le pouvoir du jeûne allez ici.

Une réflexion sur “La réussite du jeûne sec prolongé : la montée alimentaire ?

  1. Si on ne prépare pas un jeûne hydrique par une descente alimentaire appropriée et progressive..la charge de toxines sur les reins peut être trop importante et occasionner des maux de dos au niveau des reins..Dans les maisons de jeûne ou les gens arrivent pour jeûner sans préparation on entend ces gens se plaindre de maux de dos dèes les premiers jours de jeûne. Dans un cas ou un couple de personnes ont mangé un grand repas de poisson avant de venir jeûner. J’ai constaté qu’ils ont vomi tous les jours de leur premier jeûne hydrique d’une semaine… Voila deux bonnes raisons de préparer son jeûne par une descente alimentaire supprimant les protéines animales tout en consommant surtout des fruits et légumes frais crus et cuits afin de se constituer une bonne réserve de vitamines et minéraux qui serviront a neutraliser les toxines durant le jeûne hydrique…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s