Exemples de guérison par les rêves dans Grèce Antique

Les anciennes civilisations comme l’Egypte, la Grèce, Rome ou encore les royaumes sémitiques étaient fortement religieux et vénéraient les rêves. Elles croyaient fortement que les dieux pouvaient s’adresser ou répondre aux mortels durant leur sommeil afin de prodiguer des conseils aux rêveurs. Ainsi dans la Bible, il est écrit :
Il parle par des songes, par des visions nocturnes,
Quand les hommes sont livrés à un profond sommeil,
Quand ils sont endormis sur leur couche.

(Job, 33-15)

Asclepion

Les recherches archéologiques ont montré que l’utilisation principale qu’en faisaient les populations était notamment liée au désir de connaitre l’avenir, mais également dans l’idée de provoquer la guérison des corps malades. Par exemple dans la Grèce Antique, les demandes de guérisons se faisaient dans les temples où les suppliants guidés par les prêtres après avoir jeûné et prié, s’allongeaient sur une couche et attendaient la visite du dieu Asclépios, dieu de la médecine qui viendrait les guérir.
L’un des temples les plus prisés à l’époque était sans nul doute le temple d’Epidaure à 10 km de la cité de Palea Epidavros. Les suppliants venaient de toute Grèce et de plus loin afin de rencontrer le dieu Asclépios dans leurs rêves pour trouver la guérison. La guérison intervenait très souvent lors du rêve et le malade se réveillait alors guéri sur le champ, ou elle pouvait être différée par des prescriptions données par le dieu.

Ces pratiques peuvent nous sembler archaïques ou naïves, mais la civilisation grecque a laissé à l’humanité nombre de témoignages de guérisons gravés dans la pierre. En effet, une fois que la guérison était actée, l’ancien malade devait donner une offrande au temple en l’honneur d’Asclépios et les témoignages étaient notés dans les livres de l’époque, les stèles de pierre.

Ancient-Greek-Sleep-Temples

Je ne peux donc m’empêcher de partager avec vous quelques exemples de témoignages écrits sur des stèles remontées lors des fouilles archéologiques au 19ème siècle.

  • Un homme dont les doigts étaient paralysés, à l’exception d’un seul, est venu supplier le dieu au temple. Alors qu’il lisait les témoignages sur les stèles, il exprima son incrédulité devant de telles guérisons et éclata de rire en lisant les inscriptions. Dans son rêve, il eut la vision suivante : il pensait que qu’il jouait au dé avec près du temple et alors qu’il allait les jeter, le dieu est soudainement apparu, lui prenant la main et tirant ses doigts. Quand le dieu se tint près de lui, le patient pensait qu’il pouvait pencher sa main et étirer ses doigts un à un. Une fois qu’il le fit, le dieu lui demanda s’il était toujours incrédule concernant les guérisons. Il lui répondit non. Le dieu lui dit néanmoins que : « Puisque vous ne croyiez pas initialement aux guérisons, on vous appellera désormais « l’incroyant » ». Au lever du jour, il quitta le temple guéri.
  • Ambrosia d’Athènes, aveugle d’un œil. Elle vint supplier le dieu. Quand elle arriva au temple, elle éclata de rire devant certaines guérisons, pensant impossible que des boiteux et des aveugles pouvaient guérir par une simple vision. Dans son sommeil, elle eut un rêve. Elle se rappela que le dieu lui est apparu, lui a dit qu’il la guérirait, mais qu’en échange elle devait donner en offrande un cochon d’argent au temple à cause de son insensibilité. Après avoir dit cela, le dieu ouvrit avec un couteau le l’œil malade, et y déversa une poule. Au lever du jour, elle se leva guérie.
  • Euphanes, a boy of Epidaure. Alors qu’il souffrait de calculs rénaux, il s’endormit. Il se souvint que le dieu lui a demandé qu’est-ce qui lui donnerait s’il le guérissait. Le garçon répondit qu’il lui donnerait 10 centimes. Le dieu éclata de rire, et lui répondit alors qu’il le guérirait. Au matin, le garçon se réveilla guéri.
  • Un homme de Torone qui avait avalé des sangsues. Dans son rêve, il eut une vision. Il croit que le dieu lui a ouvert la poitrine avec un couteau, enleva les sangsues et les lui donna en pleines mains. Puis, il sutura l’ouverture. Au réveil, il se réveilla avec les sangsues dans les mains. Il s’avéra qu’il avait consommé les sangsues, suite à un acte de traîtrise de sa belle-mère qui les lui a fait boire dans une mixture de miel et de vin.