Vos rêves savent bien avant vous quand vous êtes malades

john_henry_fuseli_-_the_nightmare

John Henry Fuseli – Le caiuchemar – 1731

En 1985, le journaliste américain Marc Ian Barasch s’est mis à souffrir régulièrement de cauchemars qui étaient tous de très mauvais augure. Dans l’un des premiers dont il se souvient, il apprenait dans son rêve que  l’un des plus grand tueurs en série de tous les temps s’étaient échappé d’une cellule et lui courait après afin de le décapiter. Dans un autre, une balle de la seconde guerre mondiale s’était logée dans son cou. Les rêves au fils du temps deviennent plus intenses en couleur et en détails et ne cessèrent pas. Ils étaient tous les plus affreux les uns que les autres et tournaient tous autour de la région du cou. Après des mois d’introspections, de tergiversions et de discussions avec son médecin, il a été décidé de faire un examen médical approfondi dans la région de son cou : il a été trouvé une grosseur maligne à cet endroit. Il souffrait bel et bien d’un cancer de la thyroïde. (Des précisions sur l’histoire de Marc Barasch dans l’ ouvrage Le Pouvoir du Rêve que vous trouverez ici). Toutefois cette expérience l’a poussé à étudier en profondeur le monde des rêves et en a écrit un magnifique ouvrage : Healing Dreams («  Les rêves qui guérissent ») qui est malheureusement non traduit en français.

L’expérience qu’a vécue Barasch est ce qu’on appelle les rêves prodromiques, c’est-à-dire des rêves qui annoncent à l’avance une  maladie avant que les symptômes n’apparaissent dans le corps. Mais cette capacité de nos rêves avait déjà été remarquée et étudiée bien avant Barasch. En 1967, le psychiatre  russe Vasily Kasatkin a publié une étude qui avait duré 40 ans, et qui concernait plus de 1000 patients et plus de 10000 rêves. L’étude a été éditeé sous le titre A Theory on Dreams, qui n’est pas traduit non plus en français. Il en avait conclu que les rêves prédisent régulièrement le rêveur quand un changement a lieu dans son corps et qu’une maladie est sous-jacente, et ce des mois, voire des années avant que les symptômes n’apparaissent. Il avait remarqué que ce type de rêves sont souvent des cauchemars qui présentent des animaux qui griffent, mordent ou attaquent le rêveur.

La psychologue américaine Patricia Garfield, auteur du best-seller La Créativité Onirique s’accorde avec Kasatkin en confirmant après l’enquête sur des centaines de rêves de ses patients. Néanmoins, elle affirme que tous les cauchemars ne sont pas des signes avant-coureurs de maladies. Elle considère que si le rêve fait peur, il s’agit probablement d’un rêve symbolique. Si au contraire, il fait mal, c’est probablement littéral et prodromique. Il y a probablement maladie.

Vos rêves sont le langage de votre subconscient qui cherche à vous protéger et qui connait toutes choses.

Ainsi, notez vos rêves. Si vous avez des  cauchemars récurrents, dont l’intensité s’accroit et que votre corps ou vos biens sont attaqués, peut-être il serait temps pour vous d’aller consulter votre médecin ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s