Votre foi est votre Fortune – Chapitre 26: Gethsémani

Christ in the Garden of Gethsemane Heinrich Hofmann, 1890

Le Christ dans le jardin de Gethsemani – Heinrich Hofmann – 1890

Là-dessus, Jésus alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémani, et dit aux disciples: Asseyez-vous ici, pendant que je m’éloignerai pour prier. – Matt. 26:36

Un roman mystique des plus merveilleux est raconté par l’histoire de Jésus dans le jardin de Gethsémani, mais l’homme n’a pas vu la lumière de sa symbologie et a interprété à tort cette union mystique comme une expérience angoissante dans laquelle Jésus supplie en vain Son Père de changer son destin.

Gethsémani est, d’un point de vue mystique, le Jardin de la Création, c’est – à – dire l’endroit où l’homme va dans sa conscience afin de réaliser ses objectifs définis. Gethsémani est un mot composé, qui signifie appuyer sur une substance huileuse: « Geth » pour presser et « Shemen » pour substance huileuse.

L’histoire de Gethsémani est donc la symbologie dramatique de l’acte de création.

Tout comme l’homme contient en lui-même une substance huileuse qui, dans l’acte de création, sort de lui  afin de donner naissance à une image de lui-même, il a donc en lui-même un principe divin (sa conscience) qui se conditionne  en état de conscience et sans aucune assistance s’externalise ou s’objective.

Un jardin est une pièce cultivée de sol, un terrain spécialement préparé, où le jardinier fait le choix des graines qu’il veut planter et cultiver.

Gethsémani est un tel jardin, la place dans la conscience où le mystique va avec ses objectifs bien définis. L’homme pénètre ce jardin quand il détourne son attention du monde autour de lui et  la place sur ses objectifs.

Les désirs clairs de l’homme sont des graines contenant en elles-même le pouvoir et les plans d’expression et, comme les graines dans l’homme, elles aussi, sont enterrés dans une substance huileuse ( une attitude reconnaissante et de joie de l’esprit).

Quand l’homme envisage d’être et de posséder ce qu’il désire être et posséder, il commence le processus de pressurage ou l’acte spirituel de la création.

Ces graines sont pressées et plantées quand l’homme se perd dans un état fou de joie sauvage, se sentant consciemment et se prétendant être ce qu’il veut être.

Presse d'huile d'olive

Ancienne presse d’huile d’olive

Les désirs exprimés, ou pressés de la conscience, se traduisent par le dépassement ou la mort de ce désir particulier.

En effet, l’homme ne peut posséder à la fois une chose et son désir. Donc, une fois qu’il s’est approprié consciemment le sentiment d’être la chose désirée, il n’en éprouve plus le désir; ce désir meurt donc.

L’attitude d’esprit réceptive de sentir d’avoir ou  d’être la chose désirée, est le terrain fertile ou utérus qui reçoit la semence (objectif défini). La semence qui est pressée de  la conscience d’un homme croît à la ressemblance de l’homme dont il a été pressé.

De la même manière, la graine mystique, votre demande consciente de ce que vous avez été jusqu’ici, grandit à la ressemblance de votre conscience dont elle a été pressée.

Oui, le jardin de Gethsémani est roman où l’homme discipliné presse sur les semences de joie (désirs définis) de lui-même dans une attitude d’esprit réceptif,  afin de les soigner et les nourrir en marchant consciemment dans la joie d’être tout ce qu’il veut être.

Sentez avec le Grand Jardinier le frisson secret de savoir que les choses et les qualités qui sont actuellement invisibles croissent et mûrissent jusqu’à se manifester.

Votre conscience est Seigneur et Époux [Ésaïe 54: 5] et l’état conscient dans lequel vous habitez est la femme ou l’amante. Cet état est rendu visible par votre fils  qui est le témoignage de ce vous êtes, son père et sa mère, car votre monde visible est fait à l’image et à la ressemblance [Genèse 2:26] de l’état de conscience dans lequel vous vivez. La totalité de votre monde n’est ni plus ni moins que votre conscience définie objectivée.

Sachant cela, voyez à bien choisir la mère de vos enfants, l’état de conscience dans lequel vous vivez, votre conception de vous-même.

L’homme sage choisit sa femme avec le plus grand soin. Il sait que ses enfants doivent hériter des qualités de leurs parents et donc il consacre beaucoup de temps et de soin à la sélection de leur mère. De même, le mystique sait que l’état de conscience dans lequel il vit est le choix qu’il a fait d’une femme, la mère de ses enfants, et que cet état de conscience doit dans le temps s’incarner au sein de son monde; donc il doit toujours sélectionner ce qui est dans son plus haut idéal.

Il se définit consciemment à travers ce qu’il veut être.

Quand l’homme se rend compte que l’état conscient dans lequel il vit, est le choix qu’il a fait d’un compagnon, il devient plus prudent dans le choix de ses humeurs et les sentiments. Il se permettra alors de ne pas réagir aux suggestions de peur, de manque ou d’impression indésirable. De telles suggestions de manque ne pourraient jamais passer la garde de l’esprit discipliné du mystique, car il sait que chaque réclamation consciente sera en temps voulu exprimée comme condition dans son monde ou dans son environnement.

Donc, il reste fidèle à sa bien-aimée, son objectif défini, en définissant et en prétendant et se sentant être ce qu’il désire exprimer. Que l’homme se demande si son objectif défini serait une source de joie et la beauté s’il était maintenant réalisé. S’il répond par la positive, alors qu’il sache que son choix d’une épouse est une princesse d’Israël, une fille de Juda, car chaque objectif défini qui exprime la joie lorsqu’ils est réalisé est une fille de Juda, le roi de louange. ( Le nom Juda, d’origine hébraïque signifie louer Dieu, lui rendre grâce, NDT)

Jésus prit avec Lui dans Son heure de prière ses disciples, ce qui signifie ses attributs disciplinés de l’esprit, et leur ordonna de maintenir la garde pendant qu’il priait, de sorte qu’aucune pensée ou croyance qui refuserait la réalisation de son désir ne pourrait entrer dans sa conscience.

Suivez l’exemple de Jésus, qui, avec ses désirs clairement définis, est entré dans le jardin de Gethsémani (l’état de joie) accompagné de ses disciples (Son esprit discipliné) afin de se perdre dans une joie sauvage de réalisation.

peinture-au-couteau-daniel-densborn

Laissez – vous vous enivrer et envahir par la musique de la joie de sentir votre désir exaucé et vous le réaliserez – Peinture de Daniel Densborn

La fixation de son attention sur Son objectif était son commandement à son esprit discipliné de contempler et de rester fidèle à cette fixation. Contemplant la joie qui serait la sienne si son désir était réalisé, il a commencé l’acte spirituel de la génération, l’acte de presser afin d’en extraire la semence mystique, Son désir défini. Il resta dans cette fixation, revendiquant et se sentant être ce qu’Il (avant son entrée Gethsémani) voulait être, jusqu’à ce que tout Son être (Sa conscience) fut baigné dans une sueur huileuse (joie) ressemblant à du sang (la vie). Bref, jusqu’à ce que toute sa conscience fut imprégné de la vie, de la joie d’être Son objectif défini.

Quand cette fixation est réalisée de telle sorte que le mystique sait par son sentiment de joie qu’il est passé de son ancien état de conscience à sa conscience actuelle, la Pâque ou Crucifixion est atteinte.

Cette crucifixion ou la fixation de la nouvelle revendication consciente est suivie par le Sabbat, un temps de repos. Il y a toujours un intervalle de temps entre l’impression et son expression, entre la revendication consciente et sa réalisation dans le monde physique. Cet intervalle est appelé le Sabbat, la période de repos ou de non-effort (le jour de l’ensevelissement).

Marcher impassiblement dans la conscience d’être ou de posséder un certain état est garder le Sabbat.

L’histoire de la crucifixion exprime admirablement ce silence mystique ou repos. On nous dit que, après Jésus cria: « Tout est accompli! » [Jean 19:30], il a été placé dans une tombe. Il y est resté pour l’ensemble du sabbat.

Lorsque le nouvel état ou la conscience nouvelle est appropriée, au point où vous vous vous sentez, apaisé et en sécurité et sachant que l’acte est terminé, alors vous aussi, vous pouvez vous écrier: «C’est accompli!» Et vous entrez dans la tombe ou le Sabat, l’intervalle de temps dans lequel vous marcherez impassible dans la conviction que votre nouvelle conscience doit être ressuscitée (rendue visible).

resurrection-of-christ - Raphael

Résurrection du Christ – Raphaël – Le véritable sens de la résurrection est la résurrection de votre nouvelle conscience que vous avez crée lors de votre passage dans le jardin de Ghetsémani. C’est donc la manifestation de votre désir.

La fête de Pâques, le jour de la résurrection, tombe le premier dimanche après la pleine lune en Bélier. La raison mystique est simple. La pluie ne tombera pas dans un endroit particulier avant que cette zone n’ait atteint le point de saturation. De même,  l’état dans lequel vous habitez ne sera pas exprimé avant que toute votre conscience ne soit imprégnée du sentiment qu’il en est ainsi, que c’est maintenant accompli.

Votre objectif défini est l’état imaginaire, tout comme l’équateur est la ligne imaginaire à travers laquelle le soleil doit passer pour marquer le début du printemps. Cet état, comme la lune, n’a pas de lumière ou de vie en elle-même; mais reflète la lumière de la conscience ou le soleil – «Je SUIS la lumière du monde» [Matthieu 05:14; Jean 8:12; John 9: 5; Jean 12:46] – « Je suis la résurrection et la vie» [Jean 11:25].

Comme Pâques est déterminée par la pleine lune en Bélier, ainsi, la résurrection de votre revendication consciente déterminée par la pleine conscience de votre réclamation, par le fait de vivre pleinement dans cette nouvelle conception.

La plupart des hommes ne parviennent pas à ressusciter leurs objectifs parce qu’ils ne parviennent pas à rester fidèles à leur état nouvellement défini jusqu’à ce que cette plénitude soit atteinte dans leur conscience.

Si l’homme garde à l’esprit le fait qu’il ne peut y avoir de Pâques ou de jour de la Résurrection jusqu’à ce que après la pleine lune, il se rendrait compte que l’état qu’il a consciemment adopté sera exprimé ou ressuscité seulement après qu’il est resté pleinement dans l’état de son objectif défini.

Jusqu’à ce que tout son être vibre dans le sentiment d’être réellement sa demande consciente, en vivant consciemment dans cet état d’être, et seulement de cette façon, l’homme ressuscitera ou réalisera son désir.

Jerusalem_Gethsemane_tango7174

Une réflexion sur “Votre foi est votre Fortune – Chapitre 26: Gethsémani

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s