Comment manifester un désir en utilisant le sommeil

La méridienne – Jean-François Millet (1866)

J’ai une expérience réussite à partager. Depuis quelques mois, je travaille sur un projet au boulot qui devait être présenté à la fin du mois de septembre. Une acceptation de ce projet signifierait une prime importante pour moi, donc très intéressante d’un point de vue financier. Ayant reçu des retours très favorables sur ce projet en juillet, je croyais que c’était fait.

Néanmoins, mon humeur a commencé à changé au début du mois de septembre dès que les projets de certains de mes collègues étaient refusés les uns après les autres ; surtout de deux que je considérais comme bien meilleurs que moi. A la fin du mois de septembre, je n’avais toujours pas de confirmation et je commençais sérieusement à m’inquiéter. Mes discussions entre collègues m’avaient influencé dans l’idée que mon projet était à l’eau, et qu’il ne serait pas retenu. Je m’en suis alors voulu de ne pas avoir anticipé un retournement de situation et d’avoir eu une confiance aveugle dans la parole qui m’avait été donnée.

La dernière semaine de septembre, je m’étais fait à l’idée que « c’était mort ». Alors que je m’imposais plusieurs cycles de jeûne sec, j’ai eu un sursaut de fierté en tentant de changer la situation à mon avantage. Je ne savais pas quelle technique de Neville Goddard ou de Joseph Murphy utiliser.

Ainsi, dans son livre Exploitez le puissance de votre subconscient, le Dr Joseph Murphy affirme :

« Vous pouvez découvrir sa miraculeuse puissance en lui exposant clairement, avant de vous endormir, que vous souhaitez qu’une certaine chose s’accomplisse. Vous serez ravi de constater que des forces seront libérées en vous, qui vous donneront le résultat désiré ». 

Le mystique chrétien Neville Goddard affirme un nombre infini de fois qu’il est facile de manifester alors qu’on est profondément détendu [donc sans résistance aucune] en répétant une image de quelques secondes encore et encore jusqu’à ce qu’on s’endorme ou qu’on entre en ecstase.

Je n’avais que quelques jours pour manifester. Le 30 septembre, les crédits auraient été alloués. Intuitivement, en me couchant je me suis rappelé une méthode que j’avais utilisée une méthode il y a bien longtemps ; me concentrer sur un mot qui résumait mon désir réalisé.

Je décidais d’utiliser le mot « merci ». Par ce mot, je comprenais que j’avais obtenu satisfaction. Le problème était que j’étais en jeûne sec et que j’étais épuisée. Néanmoins en me couchant je répétais ce mot, mais sans énergie, je n’avais plus la force de persister dans l’exercice. J’ai donc gardé ma concentration sur ce mot, totalement détendue car éreintée, et me suis endormie.

Le lendemain, le lundi, j’ai envoyé un mail à ma hierarchie pour savoir où en était de la réponse quant à mon projet. J’avais enfin le courage de le faire et accepterait la réponse quelle qu’elle soit. Deux jours plus tard, mon supérieur direct vient me voir directement pour m’annoncer que mon projet n’était pas retenu. Je discute alors des raisons qui ont amené à la disqualification de mon travail. Déçue, j’en accepte les conclusions. Néanmoins deux heures plus tard, mon N+2 vient me voir une heure avant mon départ et me dit qu’ils sont en train de revoir mon travail. Deux jours plus tard, on mon projet a été validé !

Je n’ai absolument aucune espèce d’idée sur ce retournement de situation et je n’ai pas demandé.

Pour traiter de Neville Goddard et du pouvoir de la conscience, allez sur ce blog ou sur ce groupe Facebook. Pour traiter du jeûne sur Facebook aller ici.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s