Challenge de 10 jours sans sucre

Crédit Pixabay

En raison de la difficulté des jeûneurs de maintenir une discipline alimentaire en sortie de jeûne, je propose une solution. En effet, beaucoup dès la rupture de jeûne retombent dans une frénésie de consommation de sucre. Et le sucre appelant le sucre, ils sont rapidement noyés dans cette boulimie dont ils n’arrivent pas à sortir. Tous leurs efforts de jeûne sont alors réduits à néant. En supprimant les sucres industriels, vous pouvez donner un arrêt à cette frénésie de sucre.

Le challenge se déroulera du 29 avril au 9 mai. Il se base sur ce qu’une amie appelle la méthode Homer Simpson.

Quelques recommandations :

  • Pas de sucreries, pas de viennoiseries, pas de soda, ni de soda avec édulcorants, pas de fruits séchés car trop chargés de sucre.
  • Si vous êtes en ramadan, je compatis mais évitez les gâteaux, les dattes, les abricots séchés. Si vous êtes en jeûne intermittent, idem.
  • Evitez les repas surgelés, souvent bourrés de sucres cachés
  • Sucres autorisés : miel ou sucre dans le café (une fois par jour), jus de légumes et les fruits entiers qui vous aideront si vous sentez que si vous ressentez des symptômes de manque.

Très vite, vous verrez que vous n’aurez pas faim entre les repas, et vous devriez commencer à perdre du poids. A la fin du challenge, vous devriez ressentir le goût horriblement sucré des aliments que vous consommez normalement. Vous serez alors tenté de réorienter vos choix alimentaires. N’hésitez pas à partager sur le groupe vos questionnements, vos réussites, vos échecs et vos solutions.

Vaincre son addiction au sucre : la méthode Homer Simpson

Le jeûne est une pratique qui, si réalisée prudemment, serait très efficace pour maigrir et pour aider à la guérison. De nombreuses études montrent que jeûner périodiquement fait baisser le cholestérol, l’insuline, la glycémie, permettrait d’inverser le diabète de type 2. D’autres études montrent que le jeûne périodique permettrait de lutter contre les maladies inflammatoires chroniques, renforcerait le système immunitaire même des personnes âgées et affaiblies, améliorerait la santé des organes comme le cœur, le cerveau et préviendrait les maladies neurogénératives comme la sclérose en plaques, Alzheimer ou Parkinson voire en inverserait le cours.

Mais, selon le psychiatre Youri Nikolaïev qui a fait jeûner des milliers de malades a avec succès, pour que le jeûne soit réellement efficace, il est nécessaire de bien se réalimenter. En effet, selon le médecin russe, on peut estimer le succès de la thérapie par le jeûne environ 7 jours après la réalimentation.

Cinquante ans plus tard, le Pr Valter Longo, a montré que suite à un jeûne de 5 à 7 jours, de nouvelles cellules souches qui régénèrent nos cellules et organes sont produites. Il est donc nécessaire de bien se réalimenter pour aider l’organisme à recréer les cellules et tissus qu’il a détruits lors de l’autophagie.

Or, selon ma propre expérience, comme celle de nombreux membres de mon groupe, la réalimentation est le moment le plus délicat. En effet, dès qu’on se réalimente, il peut être difficile de ne pas retomber dans ses excès alimentaires. Beaucoup sont alors attristés de constater que tous leurs efforts aient été réduits partiellement ou entièrement à néant en se réalimentant de manière boulimique.

Le retour d’expériences de jeûneurs montre qu’il est nécessaire de repousser au plus loin le moment de la reprise de consommation de glucides qui en stimulant la production d’insuline stimulera la faim. Mais, il semble que cette faim est peut-être aussi une pulsion, une épreuve psychologique, le cerveau nous jouant des tours en ramenant à notre mémoire des mets délicieux, mais trop sucrés.

Une amie qui cédait systématiquement à l’appel du sucre après ses valeureux jeûnes secs a trouvé la solution… dans un épisode de la série Les Simpson. Dans le 16e épisode de la saison 4 intitulé Ne lui jetez pas la première bière, Homer est obligé de se sevrer de son addiction à la bière Duff. Forcé par sa douce épouse Marge, il s’engage à ne pas boire de bière pendant 30 jours. Armé de son calendrier, il affronte quotidiennement les épreuves qui tentent de lui faire renier un serment. Mais chaque jour, il met une croix sur la date du jour.

Mon amie a appliqué la même méthode. Il est important de préciser qu’elle ne voulait pas supprimer le sucre de sa vie, elle voulait le supprimer pour le mois. Elle verrait ensuite. Ce qu’elle a fait. Les premiers jours étaient difficiles, mais au bout de deux semaines elle avait pris le pli. En outre, son entourage avait remarqué qu’elle avait perdu du poids.

À la fin des 30 jours, elle a sucé une de ses sucreries préférées. Il s’est alors passé quelque chose qu’elle n’attendait pas. Le goût sucré du bonbon a généré un haut le cœur qu’elle a dû le cracher. Une gorgée de soda a fait la même chose. Elle n’avait jamais pris conscience à quel point ces aliments étaient gorgés en sucre. Elle n’en a pas repris depuis. Elle s’autorise tout de même du chocolat noir et des brownies peu sucrés qu’elle fait elle-même. Depuis, elle n’a plus de problème à la rupture de jeûne.

Je récapitule sa méthode :

  • Identifiez les produits sucrés que vous consommez régulièrement : bonbons, biscuits, gâteaux, sodas, chewing-gums, produits identifiés sans sucre (aspartame, etc.). Vous n’inclurez pas les féculents, il ne s’agit pas de faire une diète cétogène.
  • Prenez un calendrier mural où vous compterez 30 jours à partir du premier jour.
  • Ayez des stratégies pour résister aux tentations qui surviendront dans les premiers jours : manger des fruits frais (et pas des fruits secs), faire quinze minutes d’activité physique, écouter de la musique…
  • Imposez-vous cette discipline pendant 30 jours. Si vous craquez, reprenez pour 30 jours.
  • A la fin du challenge, reprenez un aliment sucré que vous aimez. S’il vous écœure, c’est avez réussi votre sevrage. C’est le bon moment pour jeûner, il y a peu de chance que vous retombiez dans des boulimies de sucre.

Pour aller plus loin dans les capacités du jeûne, vous pouvez vous rendre ici.