Ce qui ne me tue pas me rend plus fort

Tout le monde ou presque connait cette phrase du philosophe Friedrich Nietzsche. Tout le monde ne sera pas forcément d’accord néanmoins. On a tous eu nos problèmes et on sait très bien que certaines épreuves peuvent nous casser à vie sans que l’on puisse remonter. C’est également vrai d’un point de vue biologique. Quelqu’un qui a eu une maladie très grave peut, même s’il après avoir guéri, rester fragilisé à vie.

Néanmoins, il y a un phénomène que reconnaît la science désormais, c’est l’hormèse. Elle dit qu’un stress quel qu’il soit appliqué de manière légère permet au corps de s’adapter, c’est-à-dire de s’améliorer de sorte que si un stress de même nature mais de manière plus intense s’applique, le corps résistera sans problème.

Hormèse et stress (dessin adpaté de adapté de Zimmermann, Krömer et al., 2014[1])

Les gens qui font du sport connaissent inconsciemment le principe de l’hormèse. Si vous voulez faire le grand écart, faire un marathon ou traverser quatre fois la piscine olympique, il ne vous est jamais venu à l’idée de le faire sans préparation. Sinon, vous allez briser votre corps. Vous devez faire vos exercices de manière progressive, donc en appliquant un stress à votre organisme qui va en s’accroissant afin que votre corps s’adapte et s’améliore.

C’est également un peu le principe de la vaccination. On utilise un virus affaibli qu’on injecte dans l’organisme afin de le faire réagir : fièvre, stimulation du système immunitaire. De sorte que si l’organisme rencontre plus tard dans l’environnement le même pathogène, il n’en sera pas affecté. Cette méthode est utilisée également pour se rendre insensible aux poisons les plus mortels qui soient du venin de serpents à la radioactivité (j’en parlerai dans un prochain article).

Le jeûne est un principe hormétique, mais d’autres facteurs de stress peuvent l’être : le froid, le chaud, les drogues, hypoxie, l’exercice physique.

Pour résumé, en appliquant un petit stress, on renforce son corps au lieu de l’affaiblir

Pour aller plus loin sur l’hormèse et le jeûne, cliquer ici.

[1] Zimmermann, A., Bauer, M. A., Kroemer, G., Madeo, F., & Carmona-Gutierrez, D. (2014). When less is more: hormesis against stress and disease. Microbial Cell1(5), 150–153. http://doi.org/10.15698/mic2014.05.148

4 réflexions sur “Ce qui ne me tue pas me rend plus fort

  1. Bonjour Yéléna,

    Cette semaine je ré-écoutais une conférence en français donné par Gregg Braden et pendant sa conférence de 4hrs, maintes fois il a mentionné le nom de Neville et je me souviens que la première fois je ne connaissais pas ce philosophe qu’il citait. Et j’ai fini par trouver que c’était Neville Goddard qu’il parlait.

    Il a beau avoir fait plusieurs expériences un peu partout et fait des rencontres très spéciales mais c’est toujours avec les citations de Neville Goddard qu’il revenait. Nous pouvons dire que Neville est vraiment un grand visionnaire et plus que cela.

    Gratitude de pouvoir prendre conscience de ces messages et de cet homme…

    J’avais envie de t’écrire juste faire la mention de cela.

    Micheline

    J'aime

  2. Absolument d’accord avec toi Yéléna pour la loi de l’hormèse. Pour ma part je pratique la méthode WIM HOF c’est-à-dire :

    DOUCHES GLACÉES à tous les jours :

    Renforce le système immunitaire
    Stimule le corps afin que celui-ci synthétise de la graisse brune car grâce à cette graisse, des mitochondries rejoignent la circulation sanguine et le métabolisme de la graisse blanche s’en trouve modifiée.
    Accélère la perte de la graisse et tonifie les muscles
    Meilleure circulation sanguine
    Une peau plus ferme
    Des cheveux plus brillants

    THECNIQUES RESPIRATOIRES pour alcaliniser le PH de l’organisme :

    Il s’agit d’inspirer profondément, mais rapidement de l’oxygène. Parallèlement, l’expiration se fait de manière douce. Il faut le faire un certain nombre de fois de suite. Ensuite, la respiration est retenue en ayant les poumons remplis d’air et une minute les poumons vidés d’air. Il faut répéter environ cinq fois, sur un total de près de vingt minutes.
    Au cours de ce type d’exercice, le corps produit des hormones bénéfiques comme la dopamine, la sérotonine sans oublier l’adrénaline.

    P.S. cette technique a eu vraiment des modifications sur mon corps et je sais que les jeûnes intermittents apporte les mêmes bienfaits.

    Merci pour cet article…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s