Endométriose : une guérison par un jeûne ?

Photo : Wolfblur/Pixabay

Kidim est une jeune femme qui souffrait depuis des années d’une endométriose que la chirurgie n’a pas réussi à améliorer. Après maints traitements et thérapies, elle s’est résolue à faire un jeûne en octobre 2014. Voici le résumé de son témoignage :

« J’ai commencé mon jeûne ce mercredi 25 septembre le lendemain d’une cure du foie. Le matin même, j’ai fait plusieurs lavements rectaux pour aider à l’évacuation des calculs. En ce qui me concerne, je trouve que commencer un jeûne après avoir fait un ou plusieurs lavements dans les jours qui précèdent est une bonne chose. Cela nettoie, soulage mes intestins et surtout coupe un peu voire beaucoup la faim. Je me suis sentie en forme comme à chaque cure du foie environ vers 17 h. J’ai passé une nuit normale. À partir de là je crois que j’ai pratiqué un lavement quotidien ou presque jusqu’au quatrième jour. Cela me fatiguait beaucoup et me donnait froid. Rien n’est sorti à part un liquide très jaune et âcre ou acide je ne sais pas trop. Le sixième jour, je n’avais pas encore lu l’opinion de Shelton au sujet des lavements. Cela m’a soulagée car franchement je ne ressentais plus aucune envie d’en faire même si je croyais que c’était bien. »

Vendredi 26 septembre 2014, 2e jour de jeûne

« J’ai ressenti un peu la faim mais avec de la motivation, rien n’est insupportable. J’ai commencé à être fatiguée, j’ai passé la journée dans les magasins (ne connaissant pas l’intérêt du repos). Je crois que j’ai eu ou commencé à avoir des maux de tête ainsi que des douleurs dans les jambes, dans les articulations, des frissons. (En fait je ne sais plus bien si ça a commencé le 2ème ou 3ème jour) ».

Samedi 27 septembre 2014, 3e jour de jeûne    

« Idem que le deuxième jour mais avec plus de fatigue. Jusqu’au soir où ça a été abominable : douleurs dans le bas du dos près de la colonne vertébrale côté gauche. Impossible de dormir de toute la nuit. Je me suis contorsionnée dans tous les sens, ai pris trois bains chauds, ai tenté vainement de faire du yoga. Le calvaire. Je ne sais plus si les nausées ont commencé ce jour ou le lendemain. »

Dimanche 28 septembre 2014, 4e jour de jeûne 

« Idem, douleurs atroces toujours dans le bas du dos accompagnées de toutes les petites autres qui étaient de la gnognotte par rapport. Je gardais en tête pour tenir le coup ce reportage[1] visionné sur Youtube et où une infirmière russe dans un hôpital de jeûne expliquait que la crise d’acidose venait souvent au quatrième ou cinquième jour et durait 24 à 48 heures. Effectivement le soir la douleur abominable du dos a disparu doucement et j’ai pu enfin dormir. J’avais aussi malgré la douleur réussi à dormir pendant la journée. Je crois que c’est ce jour (ou la veille ?) qu’ont commencé mes douleurs à l’estomac et des éructations sans odeurs mais sans fin moi qui n’ai jamais eu ce problème d’aérophagie. »

Lundi 29 septembre 2014, 5e jour de jeûne 

« Il ne me reste comme désagrément que ces abominables douleurs à l’estomac : intenses, récurrentes mais brèves souvent précédées ou suivies d’éructations que je suis obligée de faciliter car l’air ne sort pas facilement. J’ai aussi cette abominable boule dans la gorge qui favorise aussi les nausées. Je décide de rejoindre mon ami pour un demi-parcours de golf, soit moins de deux heures de marche. En fait, je marche d’un banc à l’autre, je ne m’intéresse pas du tout à la partie, je marche comme une petite vieille à 2 km à l’heure et suis bien soulagée quand le parcours se termine. Toujours les douleurs d’estomac et la boule dans la gorge. Je n’ai plus mal à la tête. »

Mardi 30 septembre 2014, 6e jour de jeûne 

« Mes douleurs à l’estomac me lâchent dans la journée ou le soir. Je n’ai plus mal à  la tête non plus mais le bruit m’est insupportable. Moi qui adore le cinéma je n’ai même pas envie d’y aller, car je sais que cela va me fatiguer. »

Mercredi 1 octobre 2014, 7e jour de jeûne 

« Je pensais que celui-ci serait le dernier (j’avais prévu sept jours) mais après avoir bien lu ce forum et une partie du livre de Shelton je sais qu’il est préférable que je continue autant que possible pour mon problème d’endométriose. D’autant plus que je n’ai plus faim depuis le troisième pour et qu’à part la boule dans la gorge je n’ai pas de symptômes désagréables donc tout va bien pour continuer. J’ai même l’impression d’avoir plus d’énergie mais il pleut donc je reste sagement chez moi au repos. »

Jeudi 2 octobre 2014, 8e jour de jeûne 

« S’est passé comme le septième, rien de particulier. (…) Cela n’a pas été trop éprouvant. Parfois de légères envies de manger qui passent en quelques secondes à peine donc ça n’est vraiment pas difficile. »

Samedi 4 octobre 2014 – 9e et 10e jour de jeûne 

« Ma langue est toujours bien chargée, mes urines sont toujours claires, les nuits sont parfois courtes, parfois les prémices des douleurs à l’estomac se font sentir mais ça s’arrête là. Je suis en forme mais je ne vaux plus rien dès qu’il s’agit de faire marcher l’appareil locomoteur. La conduite en voiture ne m’a pas posée de problème. Parfois j’ai des envies de manger quand je vois d’autres le faire dans les films, mais cela passe très vite. J’ai déjà des résultats très positifs. J’avais comme des choses très dures et très facilement palpables au bas-ventre tout le long du sigmoïde /ligament inguinal gauche. Cette chose s’est étendue devant la vessie il y a déjà quelques mois. Le gynéco n’a pas su me dire ce que c’était quand je lui ai posé la question : « pour le savoir il faut ouvrir ! » Quoiqu’il en soit cette chose a régressé sensiblement ! Je sens qu’il y a plus de place dans mon ventre, qu’il est plus aéré, alors que j’avais l’impression d’être tout le temps sous pression. J’urine plus facilement. Je sens l’envie d’uriner alors que je n’avais plus cette sensation. Et mon jet d’urine est plus normal. Il est plus franc, plus intense, ce ne sont plus les petites urines « timides » que j’avais souvent. »

Mercredi 8 octobre 2014, du 11e au 14e jour de jeûne 

« Toujours cette boule dans la gorge qui est là fréquemment et qui est très inconfortable. Réveil progressivement de plus en plus tôt dans la nuit. Toujours aussi cette fabrication d’air intempestive qui sort soit par le haut soit par le bas (sans odeur). Toujours beaucoup d’énergie tant que je reste tranquille à la maison sans faire d’efforts musculaires sinon en cas d’effort musculaire je suis pitoyable ! À noter que le 14e jour, j’ai eu les signes avant coureurs de mes prochaines règles. Je me suis malheureusement sentie comme d’habitude dans ces moments. Cela tiraille, mon ventre est gonflé comme rempli de choses « spongieuses » qui se gorgent de « liquides », bref j’avais espéré que peut-être le jeûne aurait stoppé mes règles pour ce cycle mais apparemment il n’en est rien. Enfin nous verrons cela dans quelques jours. J’ai l’impression que mon corps est du coup afféré à gérer cela plutôt que les kystes et autres joyeusetés « endométriosiques » existantes dans mon corps. Je n’ai pas senti de diminution des lésions comme ces derniers temps. Mon poids ce 15e jour est de 37,1 kg au réveil. Je continue ! J’aimerais bien faire au moins 21 jours, mais pas de pression, pas de pression ! »

Mardi 14 octobre 2014, 20e jour de jeûne 

« Mes règles sont arrivées au 16e ou 17e jour de jeûne, sans doute plus tôt que normal. J’ai eu pas mal de douleurs le premier jour des règles. Cela tiraillait d’une façon différente de d’habitude. Les règles étaient globalement ni plus ni moins hémorragiques que d’habitude, je dirais. Je suis pratiquement convaincue que mon corps s’est occupé de cela en priorité pendant les quelques jours des règles. En effet je n’ai pas senti pendant ces jours de diminution des masses dures que je sentais dans mon ventre. (…) Je n’ai plus aucun vertige, ni aucune difficulté quand je sors du lit.

Je voulais commencer dès demain une reprise alimentaire avec jus de légumes coupés à l’eau mais dans la mesure où je sens encore des masses dures dans le ventre je vais essayer de persister encore un peu. Le problème, c’est qu’il faudrait que je sois très en forme pour le 15 novembre ce qui me semble de plus en plus compromis … En fait tout irait bien (voire très bien même) si je n’avais pas cette boule dans la gorge avec cette gorge toute sèche que même le fait de boire ne semble pas hydrater. La langue est toujours chargée et la bouche est toujours pâteuse. »

Kidim redonne des nouvelles sur le forum en date du 23 octobre. Elle a fait une tentative de reprise alimentaire :

« Elle s’est soldée par un échec mais pas du tout dans le sens que j’imaginais. Je comptais commencer par des jus de légumes mais en fait je n’en avais pas du tout envie. Au magasin bio, j’ai tenté l’instinct pour ma nourriture, j’ai donc choisi des petites poires bien mûres et du raisin. Dans l’après-midi du 24e jour de jeûne total à l’eau, je me suis donc fait le jus d’une poire (toute petite, a donné environ 1cm de jus dans le verre) coupée à l’eau. Cela m’a provoqué étourdissements, ballonnements, mal de tête, grosse fatigue, sensation de gonflement de l’endométriose, je suis allée me coucher. Environ une ou deux heures après,  j’ai tenté le jus de quinze grains de raisin coupé aussi à l’eau. J’ai eu à peu près la même réaction.

Le lendemain, j’ai tenté de mâchouiller quelques grains de raisin (en recrachant peau et pépins) : réactions à peu près identiques. J’ai réalisé que cet apport pourtant ridicule mais visiblement massif pour moi de sucre me faisait en fait l’effet de l’alcool. Donc j’ai abandonné les fruits et ai tenté un jus de concombre, beurk ! J’ai donc tenté deux ou trois jours les jus de bouillon de légumes (la moitié d’un tout petit bol par jour, donc en quantité ridicule là aussi), je n’ai pas trouvé ça bon non plus, ça m’a ballonnée aussi mais je n’ai pas eu les désagréments du sucre massif. Toutes ces tentatives auront duré cinq jours.

J’ai jeûné complètement hier. Et peut-être même que je vais continuer. Je subis la pression de mon entourage pour me réalimenter, celui-ci bien évidemment s’inquiète. Avec ces cinq jours de « quasi-jeûne », j’en suis à mon 30e jour de jeûne, si on ne les compte pas ni le jour de jeûne qui a suivi ces cinq jours alors ça fait vingt-quatre jours de jeûne. »

Photo : Myriams-Fotos/Pixabay

Examens médicaux 

« Le 24e jour de jeûne, j’ai passé une échographie réalisée par un interne aux urgences qui m’a dit ne « pas avoir ses repères » vu l’état bizarre de mon ventre après chirurgie, endométriose etc., tous les organes étant sens dessus dessous donc cela ne m’a servi à rien si ce n’est à avoir une prescription d’IRM qui est le meilleur examen pour l’endométriose. L’IRM est réalisée hier soir donc au 30e jour. La bonne nouvelle, c’est que le kyste à l’ovaire gauche de 9 cm est réduit à 5 cm, les mauvaises nouvelles, c’est que tout le reste n’a pas bougé (kyste ovaire droit 4 cm + atteintes rectum + atteintes sigmoïde etc.) et surtout nouvelle joyeuseté : je dois me faire poser une sonde dans l’uretère gauche au risque de perdre mon rein gauche (uretère gauche comprimé par le kyste ovaire gauche).

(…) Au départ je ne voulais pas dire au radiologue que j’étais en jeûne pour qu’il ne soit pas tenté d’interpréter les résultats d’une façon ou d’une autre et aussi et surtout il faut bien le dire, pour ne pas être sermonnée. Et puis comme l’IRM nécessite un produit de contraste (et vu comme j’ai réagi à une petite poire de rien du tout !!!) je me suis dit qu’il était plus prudent de l’avertir. Il m’a écoutée et a été très respectueux de ma démarche et a effectivement diminué la dose de produits vu mon poids. Je n’ai jamais eu de problème lors de mes précédentes IRM mais là j’étais quand même vraiment inquiète de l’effet du produit sur mon corps. J’avais tellement peur d’être frigorifiée pendant l’examen comme les fois précédentes mais en pire car je n’ai plus beaucoup de graisse (on reste quand même presque une demie heure allongée sans bouger avec un petit courant d’air frais détestable destiné à rafraichir la machine sans doute) que j’avais prévu caleçon, chaussettes de ski (!!) et haut fin souple mais très chaud genre Damart. Et bien c’est l’IRM la plus agréable que j’ai passée. Je n’ai presque pas eu froid, et il n’y a eu aucun problème avec le produit de contraste. Une anecdote : la jeune infirmière ou assistante qui s’est occupée de moi pour l’IRM m’a dit qu’elle avait vu l’émission sur ARTE et que ça lui avait donné envie de faire un jeûne mais qu’elle ne l’avait jamais fait ! »

Le 8 décembre 2014, Kidim revient à nouveau sur le forum et donne des nouvelles de ses derniers examens médicaux :

« Bonjour à tous. J’ai attendu d’avoir de bonnes nouvelles à partager et c’est le cas aujourd’hui ! (…)  Le problème au rein (hydronéphrose gauche) s’est envolé ! L’endométriose s’est grandement améliorée. L’IRM du 22 octobre avait révélé une hydronéphrose gauche (rein trop gros) due à une compression de l’uretère gauche par le kyste ovarien gauche d’endométriose. J’ai vu l’urologue le 27 novembre qui a dit qu’il fallait me mettre une sonde double J en urgence pour préserver mon rein, sans faire de nouveaux examens radiologiques, et alors même qu’il n’avait plus de trou dans son planning il s’est débrouillé pour me trouver une place pour demain, le 9 décembre.

Entre temps j’ai vu mon généraliste pour lui demander qu’il me prescrive une échographie (histoire de ne pas me faire mettre une sonde pour rien, au cas où …) que j’ai réalisée ce matin in extrémis … Les résultats sont merveilleux! Le rein va parfaitement bien (il n’y a plus d’hydronéphrose). De plus mon kyste ovarien droit qui mesurait 4 à 5 cm le 22 octobre à l’IRM a disparu. Plus le cul de sac de douglas qui était oblitéré à l’IRM est libre à l’échographie d’aujourd’hui, ce qui signifie qu’il n’y a plus d’endométriose dans cette zone non plus. Il reste mon kyste de 5 cm à l’ovaire gauche (qui mesurait 9 à 10 cm en janvier dernier). L’urologue est donc d’accord pour ne pas m’opérer, j’évite ainsi et la sonde et l’anesthésie générale. Il m’a confirmé que si le rein allait bien c’est que l’uretère n’était plus comprimé, ce qu’on ne voyait pas à l’échographie ».

Pour aller plus loin dans le pouvoir du jeûne, aller ici.

[1] Il s’agit probablement du documentaire Le Jeûne, une nouvelle thérapie ?.

Ce qui ne me tue pas me rend plus fort

Tout le monde ou presque connait cette phrase du philosophe Friedrich Nietzsche. Tout le monde ne sera pas forcément d’accord néanmoins. On a tous eu nos problèmes et on sait très bien que certaines épreuves peuvent nous casser à vie sans que l’on puisse remonter. C’est également vrai d’un point de vue biologique. Quelqu’un qui a eu une maladie très grave peut, même s’il après avoir guéri, rester fragilisé à vie.

Néanmoins, il y a un phénomène que reconnaît la science désormais, c’est l’hormèse. Elle dit qu’un stress quel qu’il soit appliqué de manière légère permet au corps de s’adapter, c’est-à-dire de s’améliorer de sorte que si un stress de même nature mais de manière plus intense s’applique, le corps résistera sans problème.

Hormèse et stress (dessin adpaté de adapté de Zimmermann, Krömer et al., 2014[1])

Les gens qui font du sport connaissent inconsciemment le principe de l’hormèse. Si vous voulez faire le grand écart, faire un marathon ou traverser quatre fois la piscine olympique, il ne vous est jamais venu à l’idée de le faire sans préparation. Sinon, vous allez briser votre corps. Vous devez faire vos exercices de manière progressive, donc en appliquant un stress à votre organisme qui va en s’accroissant afin que votre corps s’adapte et s’améliore.

C’est également un peu le principe de la vaccination. On utilise un virus affaibli qu’on injecte dans l’organisme afin de le faire réagir : fièvre, stimulation du système immunitaire. De sorte que si l’organisme rencontre plus tard dans l’environnement le même pathogène, il n’en sera pas affecté. Cette méthode est utilisée également pour se rendre insensible aux poisons les plus mortels qui soient du venin de serpents à la radioactivité (j’en parlerai dans un prochain article).

Le jeûne est un principe hormétique, mais d’autres facteurs de stress peuvent l’être : le froid, le chaud, les drogues, hypoxie, l’exercice physique.

Pour résumé, en appliquant un petit stress, on renforce son corps au lieu de l’affaiblir

Pour aller plus loin sur l’hormèse et le jeûne, cliquer ici.

[1] Zimmermann, A., Bauer, M. A., Kroemer, G., Madeo, F., & Carmona-Gutierrez, D. (2014). When less is more: hormesis against stress and disease. Microbial Cell1(5), 150–153. http://doi.org/10.15698/mic2014.05.148

Le pouvoir illimité de l’autosuggestion

J’ai écrit cet article à titre d’information et pour l’intérêt certain et véridique qu’il représente. Je vous conseille fortement de le lire, de l’intégrer à votre pensée, et d’en expérimenter les techniques. Cela ne pourra que vous qu’élargir le champ de votre horizon, de votre conscience, de votre connaissance et de vos possibilités. Néanmoins, si vous êtes malade, nous ne vous l’indiquons absolument pas en alternative unique à un traitement médical approprié. Faites ce que la logique vous impose, allez consulter votre médecin.

Que le faible dise, Je SUIS fort. (Joël 3:10)

kitty is a lion

Il y a quelques mois, j’ai écrit un article décrivant des expériences scientifiques, malheureusement oubliées à notre époque, prouvant de façon indéniable le pouvoir de la pensée consciente sur le corps. Les anecdotes que j’ai présentées dans cet article allaient de l’élimination de brûlures graves sans cicatrice aucune à la rémission de cancer suite à la relaxation et à la visualisation. Néanmoins, l’un des exemples majeurs que j’ai présenté est la guérison par hypnose chez un adolescent atteint d’une ichtyose sévère qui est une maladie congénitale, irréversible et incurable.

Etat du malade atteint d'icthyose avant l'hypnose

C’est, je crois la maladie la première dont la guérison par hypnose a été enregistrée par la communauté scientifique. Malheureusement les résultats quasi-miraculeux des séances d’hypnose n’ont amené qu’à quelques continuations de recherches dans le domaine. La communauté scientifique s’est rapidement empressée d’oublier et de mettre sous le tapis cette extraordinaire expérience qui en dit long sur les capacités de l’esprit humain.

Je suis tombée il y a quelques jours sur ce documentaire de la BBC (en anglais) intitulé: Placebo, cracking the code que l’on peut traduire par déchiffrer le code du placébo.
Pour rappel, l’effet placébo est le résultat physiologique positif obtenu sur un patient après l’administration d’un médicament censé avoir une efficacité réelle, mais qui en fait en est dépourvu, car ne possédant pas de principe actif en son sein. Ainsi, le patient guérit, parce qu’il croit que le médicament qu’il prend va le guérir, alors que ce n’est souvent que des pilules d’eau sucrée ou de vitamines.

Voici un article très connu sur le sujet, qui a été publié le 1 février 2009 dans l’un des plus grands journaux scientifiques au monde, le Scientific American. Je vous traduits les premières lignes:

L’effet placébo : une guérison dans l’esprit.

La croyance est un médicament puissant, même si le traitement en lui-même est un leurre. De nouvelles recherches montrent que les placébos peuvent également influencer de façon bénéfiques des patients qui ne croient pas en eux.

« Un homme, que l’on appellera Mr Wright mourrait d’un cancer des ganglions lymphatiques. Son cou, son aine, sa poitrine, son abdomen étaient tous envahis de tumeurs de la taille d’une orange et tous les traitements avaient été essayés. Néanmoins, Mr Wright avait tout de même bon espoir dans un anticancéreux prometteur appelé Krebiozen, selon un rapport écrit en 1957 par le psychologue Bruno Klopfer de l’université de Californie à Los Angeles, intitulé les variables psychologiques du cancer chez l’humain.

Mr Wright était cloué au lit et se battait pour chaque respiration quand on lui administra sa première injection. Trois jours plus tard, il déambulait joyeusement dans l’hôpital et rigolait avec les infirmières. Les tumeurs de Mr Wright avait diminué de moitié et après 10 jours de traitement, on l’a laissé rentrer chez lui. Néanmoins, il n’avait été observé aucune amélioration chez les autres patients qui avaient suivi le même traitement.

Dans les deux mois qui suivirent, plusieurs articles de presse mettaient en doute l’efficacité du médicament Krebozien. Mr Wright en était très troublé et a fait une rechute. Ses médecins ont alors pris la décision de lui mentir et lui affirmèrent qu’une version améliorée du médicament était maintenant disponible et lui serait administrée. Mr Wright en était fou de joie. Mais ses médecins ne lui avaient donné des injections ne contenant aucune molécule du médicament. Son état s’améliora et encore mieux que la première fois. Il ressortit de l’hôpital très vite sans aucun symptôme. Son état de santé revenu ne bougea pas pendant deux mois, jusqu’à ce que de nouveaux articles de presse affirmèrent et conclure à l’inefficacité absolue du Krébozien. Mr Wright mourut en quelques jours.

placebo

Pour revenir au documentaire sur l’effet placébo, je vous livre là un extrait de 5 minutes de ce documentaire (cliquez ici)  qui nous intéresse qui donne la parole au médecin Albert Mason, qui est celui qui grâce à l’hypnose a guérit l’adolescent de l’affreuse maladie incurable de l’ichtyose. Je le traduits à partir de la 8e seconde. (Notez qu’il y a un petit décalage entre l’image et la voix sur l’extrait):

Narrateur:  » C’est un cas qui a une importance profonde pour ceux qui essaient de déchiffrer le code du placebo.  Parce qu’il est la preuve flagrante du pouvoir de la suggestion. Voici East Grinstead. Pendant la seconde guerre mondiale, c’était la ville qu’on appelait « La ville qui ne regarde pas », parce c’était l’endroit où les soldats défigurés allaient se faire restructurer le visage par les meilleurs chirurgiens plastique. Mais l’hôpital Reine Victoria était aussi l’endroit où se pressaient ceux qui avaient été défigurés à la naissance. C’était là aussi que le jeune docteur Albert Mason, intéressé par l’hypnose, y travaillait en 1952 et allait voir son intérêt pour l’hypnose thérapeutique changer sa vie pour toujours.

Dr Albert Mason: « Un jour, j’allais administrer une anesthésie. Le cas était connu. Le garçon, un adolescent de 15 ans, était couvert de millions de verrues. Le chirurgie avait tenté de faire une greffe sur la main, en retirant de la peau du thorax qui n’était pas atteint par la maladie. Mais le docteur était mal à l’aise car il avait rendu la situation de la main du garçon encore pire. Je me suis donc adressé au chirurgien, alors que j’étais jeune et arrogant : « Pourquoi ne le traitez pas par l’hypnose? Car je pense que ce sont des verrues. » Le chirurgien me regarda avec pitié et me répondit: « Pourquoi ne le faites-vous pas? Et venez nous voir dans la salle d’opération! »

Narrateur: « Il est connu depuis longtemps que l’hypnose peut parfois éliminer les verrues, bien que l’on ne sache pas du tout pourquoi. Et Mason avait déjà expérimenté l’hypnose plusieurs fois et avec beaucoup succès. Ainsi le lendemain, il hypnotisa le garçon. »

Dr Albert Mason: « Et j’ai dit au garçon: « Les verrues vont tomber de votre bras droit et une peau douce et normale va repousser« . Je l’ai ensuite renvoyer chez lui et lui ai demandé de revenir dans une semaine. »

Narrateur: « Quand le garçon est revenu une semaine plus tard, il était clair que l’hypnose avait marché. En fait, le changement était flagrant. Voici le bras du garçon avant l’hypnose. Puis après que Mason l’ai hypnotisé.

Healing of Ichthyosis

Dr Albert Mason: « J’ai souri. Et j’ai dit, c’est très bien, on va aller voir Mr Moore (le chirurgien). Je suis donc allé au bloc opératoire avec le garçon, et Moore était en train d’opérer. Il y avait une grande glace qui nous séparait de la salle d’opération. J’ai pris les bras du garçon et je lui ai levé ses deux bras en direction du chirurgien en lui montrant le bras traité et le bras non traité. Moore a regardé, et les yeux lui sont sortis des orbites. Il a laissé ses outils à son assistant, et est sorti de la salle d’opération et a regardé les bras. Puis, il a dit: »Mon Dieu. » Et je lui répondis: » Je vous avais dit que les verrues allaient partir. » « Des verrues? Ce ne sont pas des verrues? C’est une érythrodermie congénitale ichtyosiforme de Brocq. Il est né avec cela. C’est incurable!« 

Narrateur: « Ce que le Dr Albert Mason a fait était impossible. Ce jeune garçon était né avec une maladie qui fait sa peau s’épaissir et se craqueler comme celle d’un éléphant. Les victimes souffrent d’infection de la peau et la plupart des enfants meurent en jeune âge. Mais le patient de Mason a survécu, et une jeune peau rose a repoussée sur tout son corps, et ce jeune londonien qui était auparavant la risée ses collègues de classe, a pu retourner à la maison pour vivre une vie normale. Tout simplement grâce au pouvoir de la suggestion. »

Si vous comprenez l’anglais, voici le lien où vous trouverez le documentaire au complet intitulé Placebo, cracking the code ici.

L’autosuggestion fait en relaxation profonde est l’autre nom de l’auto-hypnose. Si vous ne savez pas comment vous relaxer profondément, voici la méthode ici. Pourquoi ne vous hypnotisez pas vous -même? Ne voulez-vous expérimentez le pouvoir réel que vous avez sur votre corps? N’avez-vous pas envie de faire l’expérience pour vous -même? Pourquoi laissez-vous le monde définir ce qui est possible ou ce qui ne l’est pas? Vous pouvez utilisez la méthode Coué dans que vous trouverez ici dans mon article, et adaptez-là à votre besoin. Vous pouvez utilisez la phrase générale, ou trouvez une phrase, pas trop longue qui portera le désir que vous voulez manifester. En relaxation profonde, répétez au moins une cinquantaine de fois la phrase en question avec un sentiment de joie et de conviction, matin et soir. Continuez et persistez, et vous devriez à voir des résultats au bout de quelques semaines (pour les plus sceptiques).

Victor-Gabriel-Gilbert-Sleeping-Beauty-

Beauté qui dort- Victor Gabriel

Voici la liste des pathologies qui ont été guéries ont grandement améliorées suite à l’hypnose ou l’effet placebo:

  • Accélération de guérison de blessures
  • Acné
  • Asthme
  • Augmentation de la taille d’un organe, principalement des seins. Plusieurs études ont prouvé la possibilité absolue d’augmenter par la visualisation, l’hypnose et l’auto-hypnose la poitrine de femmes, et ce en quelques semaines. J’en cite une : en 1977, le Dr Richard Willard réussit en 3 mois, à raison d’une séance par semaine et d’autosuggestion à la maison, à faire augmenter par l’hypnose, pour ces 22 volontaires la taille de leurs seins en moyenne à 4cm. Leur taille de bonnet a également augmenté.
  • Blanchissement instantané des cheveux
  • Brûlures mineures ou sévères
  • Cancer (voir travaux du Dr O. Carl Simonton et du Dr Ainslie Meares qui a documenté de nombreux cas de rémissions de cancer après des méditations intenses)
  • Cicatrices Chéloïdes
  • Dermatite atopique
  • Douleur, diminution, et suppression
  • Eczéma
  • Furoncles
  • Grossesse nerveuse
  • Herpès
  • Nombreuse maladies de peau
  • Paralysie
  • Psoriasis
  • Rotule, (guérison de suite à simulacre d’opération)
  • Stigmates
  • Opérations chirurgicales (extraction de tumeurs ou de dents sans anesthésie)
  • Tumeurs
  • Verrues
  • Vitiligo

Alors sur quoi, voulez-vous travailler maintenant?

Le jeûne thérapeutique

Wooden-Still-Life-dishes-utensils-bowl-spoon-vintage-background-694x417

Chacun a en lui un médecin. Tout ce qu’il doit faire, c’est l’aider à travailler. La plus grande force de guérison qui est en chacun de nous, est notre plus grande force pour aller mieux. Notre nourriture doit être notre médicament. Notre médicament doit être notre nourriture. Mais manger lorsque nous sommes malades, c’est nourrir notre maladie.

Hippocrate, le père de la médecine.

Le jeûne est l’action de se priver de manger/ et ou de boire pendant un certain temps. C’est une pratique que l’on retrouve depuis la nuit des temps ou presque, notamment en ce qui concerne les grandes religions. Néanmoins, nous nous intéresserons dans les lignes qui suivent à son usage dans un but thérapeutique, c’est-à-dire comment le jeûne est utilisé pour maintenir ou recouvrer la santé. Bien que ce soit un acte physique, c’est également un acte profondément spirituel qui nous réveille et nous recrée notre lien avec notre divinité intérieure. Vous pouvez donc l’utiliser dans vos périodes d’exercices spirituels, comme la méditation ou la prière.

En 2008, Walter Longo, professeur de 47 ans en bio-gérontologie et Biologie Cellulaire, et directeur de l’Institut de Longévité à l’Université de Californie du Sud (USC), a fait une découverte extraordinaire. Sachant comme nombre de scientifiques travaillant avec des animaux de laboratoires, que leur sous-alimentation permettent d’allonger leur durée de vie, ceci étant dû au manque de nutriments qui semble stimuler l’activité des mécanismes de réparation cellulaire, il eût l’idée de tenter de les soumettre à une sous-alimentation la plus drastique qui soit, c’est à dire un jeûne.

Avec son équipe, il décida d’appliquer à haute dose des pires poisons connus, les produits appliqués en chimiothérapie, à des souris pour voir si le jeûne pouvait influer sur leur résistance. Il leur injecte plus de trois fois la dose autorisée pour les humains. Le résultat est stupéfiant : après la chimiothérapie, les souris qui ont été nourries, meurent les unes après les autres. Au contraire, les souris issues des groupes qui ont jeûné deux jours avant la chimiothérapie, n’ont subi aucun dommage et sont en pleine forme. Après recherches, il explique alors ces résultats inattendus, par le fait que les cellules normales qui ont subi des millions d’années d’évolution, ont la capacité de modifier l’expression de leur gène dans des cas de stress, comme peut l’être le jeûne, alors que les cellules cancéreuses n’en ont pas la possibilité. Donc, elles meurent sous le coup de la chimiothérapie, tandis que les cellules saines et normales résistent à la diffusion de ce poison.

Pour ceux qui comprennent l’anglais, je vous invite à regarder cette petite vidéo du professeur Longo.

Je traduis l’un des points les plus importants :

Nous avons passé cinq ans, à travailler sur le cancer, à nous poser la question ce qui se passait au niveau des cellules cancéreuses, pour comprendre comment les cellules cancéreuses réagissaient. Nous avons découvert que des cycles de jeûne, rendait la vie difficile aux cellules cancéreuses, quand on appliquait la chimiothérapie.

Nous avons également découvert que le jeûne créait des conditions insupportables pour les cellules cancéreuses et encore plus surprenant, nous avons découvert que sans chimiothérapie, le jeûne faisait reculer le nombre de cellules cancéreuses. Souvent le jeûne sans chimiothérapie était aussi efficace ou  presque aussi efficace qu’avec la chimiothérapie. Ceci n’est pas arrivé tout le temps, mais c’est arrivé avec un nombre multiple de cancers.

souris alimentée avant la chimiothérapie

Souris ayant mangé avant la chimiothérapie

souris qui a jeûné avant la chimiothérapie

Souris ayant JEÛNE avant la chimiothérapie

Les résultats des recherches du professeur Longo nous confirment ce qui est connu au moins depuis l’Égypte et la Grèce Antique, c’est-à-dire que le jeûne favorise la guérison. Bien que la pratique du jeûne soit rare dans nos sociétés occidentales et occidentalisées, il n’a jamais été complètement oublié.

Prenons le cas du Dr Otto Buchinger. Né en 1878 à Darmstadt en Allemagne, à une époque où le retour à la nature (« Lebensreform ») était désormais à la mode. Médecin, il s’engage dans la Marine, qu’il doit quitter en 1917 suite à la contraction d’une septicémie, qui détruit ses articulations, car il ne pouvait marcher qu’avec difficulté. Les traitements conventionnels ne faisant pas d’effet, on lui conseille de rencontrer le Dr Riedlin de Freibourg, qui lui impose un jeûne thérapeutique. Le jeûne est un succès tel qu’il retrouve l’usage de ses membres. Cette expérience a naturellement changé sa vie et son regard sur la santé, et il crée en 1920, sa propre clinique spécialisé dans la cure de jeûne : la maintenant très célèbre clinique Büchinger à Witzenhausen, près du lac de Constance.

A peu près à la même époque, mais de l’autre côté de l’Atlantique, le romancier Upton Sinclair était arrivé aux mêmes conclusions que le Dr Büchinger. Il souffrait de façon chronique depuis des années de maux de tête persistants, de l’estomac et son appareil respiratoire était également mal en point. A la recherche d’une solution à ses problèmes de santé, il rencontre un jour, lors d’une randonnée à cheval une femme, éclatante et d’une forme pétillante, qui lui avoue qu’encore peu, elle était alitée depuis des années. Elle lui avoue qu’elle ne doit sa santé retrouvée qu’à un jeûne de 8 jours.

Intrigué, Sinclair décide de faire rapidement lui aussi lexpérience du jeûne. Il en ressort guéri : disparition de ses maux de tête, de ses problèmes intestinaux et de ses rhumes à répétition. Il en écrit un livre, the fasting cure (en anglais), fait suite à des articles qu’il avait publiés dans la presse concernant le jeûne thérapeutique quelques années auparavant. Vous trouverez ici néanmoins, une traduction du chapitre 2, intitulé : santé parfaite.

Des curieux ou des désespérés, qui avaient lu les articles de Sinclair ont également tenté de faire l’expérience afin de venir à bout de leurs souffrances physiques. Et beaucoup d’entre eux lui ont écrit afin de lui faire part de leurs rémissions ou guérisons totales. Ainsi, dans cet ouvrage, il comptabilise les cas de guérisons ou d’améliorations notables. Cela donne :

  • 27 cas d’indigestions souvent liés à des crises nerveuses
  • 5 cas de rhumatisme
  • 8 cas de rhume
  • 4 cas de tuberculose
  • 14 cas de constipation
  • 3 cas de mauvaise circulation sanguine
  • 5 cas de maux de têtes chroniques
  • 3 cas d’anémie
  • 1 cas de scrofule (lésion d’altérations de la peau et des muqueuses avec gonflement des ganglions lymphatiques du cou susceptible de produire des tumeurs et des ulcères).
  • 1 cas de bronchite
  • 1 cas de syphilis
  • 5 cas de maladie du foie
  • 5 cas d’affaiblissement général
  • 1 cas d’ataxie locomotrice
  • 1 cas d’empoisonnement du sang
  • 1 ulcère du pied
  • 6 cas de neurasthénie
  • 1 cas de sciatique
  • 2 cas d’asthme
  • 1 cas d’excès d’acide urique
  • 1 cas d’épilepsie
  • 1 cas de pleurésie
  • 2 cas d’eczéma
  • 1 cas de catarrhe bronchique
  • 3 cas d’appendicite
  • 1 cas de maladie de la vulve du cœur
  • 1 cas d’empoisonnement du sang
  • 1 cas de cancer

De mes lectures, notamment des ouvrages du Dr Herbert Shelton, et de sites consacré au jeûne thérapeutique, j’ai trouvé d’autres cas de guérison :

  • Abcès dentaire
  • Acné
  • Acouphène
  • Allergies aux acariens
  • Angine
  • Aménorrhée
  • Arthrite
  • Asthme
  • Calcul rénal
  • Cancer du sein, vessie
  • Crohn, maladie de
  • Diabète de type 2
  • Eczéma
  • Endométriose
  • Fibrome utérin
  • Fibromyalgie
  • Gingivite et parodontite
  • Goitre
  • Hernie discale
  • Herpès
  • Kystes
  • Lymphomes
  • Paralysie
  • Polyarthrite
  • Psoriasis
  • Sinusite
  • vision
  • zona

Les contre – indications absolues :

  • Diabète de type 1 ( à faire absolument en milieu hospitalier)
  • Grossesse (jeûne de plus de 24 heures)
  • Boulimie, anorexie
  • Maladies lourdes (comme cancers avancés ou tuberculose si potentiel énergétique insuffisant).

Je présente dans les lignes suivantes quelques exemples tirés du site http://jeune-et-sante.forumcanada.org/.

Guérison d’un grave problème articulaire

Témoignage de Lippizan, posté le 12 mars 2013 concernant une chondropathie fémoro-patellaire.

J’ai eu un accident au genou, qui a entraîné une inflammation du cartilage de la rotule (ils appellent cela une chondropathie fémoro patellaire, diagnostiquée au stade débutant) qui ne guérissait pas même au bout de 18 mois. Tous les spécialistes que j’ai vu me disaient qu’ils ne pouvaient rien pour moi.
J’ai fait 4 jeûnes à sec de 3 jours à intervalle de 15 jours entre, puis un long jeûne de 15 jours à l’eau sauf les premiers jours avec thé et infusions. Et à la suite de cela la guérison a commencé progressivement.

Guérison d’une blessure de 30 ans

À 60 ans, Charles décide de jeûner pour des problèmes intestinaux. Ayant participé à la guerre de Corée, trente ans plus tôt, il avait reçu dans la cuisse un éclat d’obus qui avait à jamais, pensait-il, insensibilisé sa jambe.

En jeûne, la vieille blessure s’est réveillée: Charles a ressenti, en plein jeûne, les mêmes malaises qu’au moment où il avait subi sa blessure, trente ans plus tôt. Cette douleur aiguë a duré quarante-huit heures. Après ces deux ‘jours du souvenir’, il a constaté avec surprise que la sensibilité de sa jambe était revenue.

Guérison d’un cancer du sein. Témoignage de Valérie H :

 « Bonjour!
Heureuse de trouver cette discussion… Je commence un jeûne depuis 3 jours. J’ai un cancer du sein et après pas mal de démarches « alternatives », j’arrive à jeuner!!
Voilà, je suis « suivie » par un médecin mais je me sens un peu seule dans ma démarche!!! Je vais vous lire avec impatience…! »

Valérie jeûna 45 jours à l’eau, sauf à la 32e et 33e journée où elle prit des bouillons de légumes puis continua son jeûne uniquement à l’eau jusqu’à la 45e journée.
Cet après-midi (9 septembre 2012) nous reçûmes un message de Valérie qui est en réalimentation depuis plusieurs semaines maintenant. Elle écrit :

« Bonne nouvelle : plus de cancer, résultats super encourageants……! La tumeur est minime, d’ailleurs ils n’appellent plus tumeur (5mms/3mms) mais kyste vide et les analyses ne décèlent plus de malignité……
J’ai eu ces résultats vendredi. Je suis encore sous le choc, je ne savais pas que la rémission pouvait m’amener un choc!!!! Je reste prudente….ben oui je ne sais pas comment ça va évoluer et puis mon cas n’est pas une généralité. Le cancer est une maladie trop importante pour affirmer qu’un jeûne peut guérir. Donc je reste prudente!! Chaque « cas » est unique donc…. En tout cas après 2 ans de galère, je suis toute bizarre! je vais vivre sans couteau sur la tête!! Réapprendre à vivre……… »

Élimination par autolyse d’un fibrome utérin :

Sylvie Fardeheb, participante du site « Le JEÛNE thérapeutique » exécuta un jeûne de 43 jours pour éliminer trois fibromes utérins : un de 6 cm sur 4 cm. Un de 3 sur 3 cm et un de 4 sur 3 cm.
Le 29 mai 2010, Sylvie passa une échographie pour connaître les résultats. Elle écrit :

« Bonjour, je viens vous donner des nouvelles, ce matin j’ai fait mon échographie et le résultat est impressionnant. Il ne me reste qu’un petit cm du plus gros des fibromes sinon le reste a totalement disparu, c’est magique j’en reviens pas moi-même j’ai encore du mal à réaliser. »

Quelle fut la réaction de son médecin, qui n’était pas au courant du long jeûne de Sylvie ?

« La réaction de mon gynécologue, puisqu’il n’était pas au courant de mon jeûne, au moment de l’échographie a été d’abord de voir s’il ne s’était pas trompé de dossier.
Après avoir regardé 4 ou 5 fois il m’a regardé droit dans les yeux et on est resté comme ça pendant au moins 10 bonnes secondes. Je lui ai dit que j’avais jeûné pendant 1 mois ! Avec un air déconfit il a voulu m’étaler les risques d’un jeûne aussi long sur ma santé, je ne l’ai pas laissé finir il a dû se rendre à l’évidence et m’a félicité de mon courage et ma détermination avec quand même un regard désappointé. Je crois que je l’ai marqué à vie. »

Au mois de septembre 2010, soit 4 à 5 mois après son long jeûne, Sylvie devait exécuter un nouveau jeûne de 10 jours afin d’éliminer la partie du fibrome restant.

Mais peut-être puis-je parler succinctement de ma propre expérience? J’avais entendu parler du jeûne, au cours d’une soirée à Montréal où j’avais discuté avec un ingénieur français qui y vivait. Il nous avait raconté que le jeûne était l’expérience la plus extraordinaire qu’il avait jamais fait, et qu’il jeûnait 15 jours par hiver lors duquel il faisait de longues marches.

J’ai personnellement tenté l’expérience quelques années plus tard, en tentant un jeûne à l’eau pendant 16 jours il y a deux ans dans l’espoir de perdre du poids et de nettoyer une peau qui était affreuse et pour laquelle les produits exfoliants ne faisaient plus rien. Je peux vous dire que cette expérience a été tout bonnement extraordinaire et que j’y ais découvert mon Amérique à moi, mis le pied sur un nouveau continent.

Cette expérience m’a fait prendre conscience de réalités nouvelles en ouvrant mon champ de conscience et de possibilités comme je n’avais cru possible.

Il est vrai que c’est un peu dur les trois premiers jours, puis plus rien, mais entre le 4e et 5e jour, vous avez très mal par endroits ( c’est la crise d’acidose), puis les jours suivants, le grain de la peau s’affine et elle se magnifie, on dirait une peau de bébé et on entre dans un sentiment de calme absolu, de félicité, et on a une énergie colossale !
C’est un sentiment indescriptible, une expérience unique… Je le conseille fortement aux personnes sérieuses et motivées.

Un ami qui est venu me chercher à la gare alors que je venais de casser mon jeûne le matin me lance: « Mon dieu, on dirait que tu as fait un lifting et un peeling. »
Quand je dis que le grain de la peau s’affine progressivement, et qu’on retrouve une peau de bébé, je ne parle pas en métaphores! La peau se magnifie, se raffermit et bien que je n’ai pas l’âge d’avoir de rides, j’ai vu ma peau et mon corps s’embellir et se renforcer. Idem pour les cheveux, les ongles.
Pour ce qui est des aspects pathologiques, n’étant pas malade, je n’ai peux témoigner sur cette question, mais les changements vécus par ma personne me poussent à donner foi dans les témoignages que j’ai pu lire sur certains sites et dont je vous présenterais en dessous quelques exemples.

Comment le jeûne guérit-il le corps ?

Le corps possède trois carburants : les lipides, les protéines et le glucose. Ce dernier étant essentiel pour son fonctionnement ; le cerveau ne peut s’en passer. Après 24 heures de jeûne, le glucose dans le sang est épuisé. Alors, le glucose est créé par le corps lui-même à travers le foie, qui élabore du glucose, à partir des protéines et des graisses (lipides). C’est pour cela que l’on commence à maigrir. Ce substitut de glucose est appelé corps cétoniques.

Néanmoins, le corps ne recevant plus de carburant de l’extérieur, puise sur ses réserves. Et pour permettre au corps de survivre malgré l’arrêt d’alimentation, l’intelligence du corps élimine progressivement toutes les cellules et tissus malades ou de mauvaise qualité, tumeurs et autres déchets, afin de conserver et gérer au mieux les ressources corporelles pour les tissus sains. C’est pour cela, qu’on observe au bout de peu de jours de jeûne un affinement de la peau et de son grain. Les cheveux retrouvent leur élasticité, leur brillante et les maladies de peau commencent à disparaitre au bout de quelques jours seulement. Ce processus de mise à mort des cellules malades est nommé autolyse qui est un processus de nettoyage et de rajeunissement.

Selon Wikipédia, l’autolyse ou autophagie (du grec αυτο : « soi-même », et φαγειν « manger ») désigne une dégradation d’une partie du cytoplasme de la cellule par ses propres lysosomes. L’autophagie peut même aller jusqu’à inclure la destruction de la cellule elle-même, un processus appelé autolyse. Pour cette raison, les lysosomes sont parfois surnommés «sacs de suicide ». Sans autophagie, les organelles endommagées survivent, et les cellules deviennent moins efficaces. L’autophagie peut protéger contre la neuro-dégénérescence (comme dans le cas de la maladie d’Alzheimer), les infections virales et bactériennes, et le cancer. Dans cette situation, ils participent en quelque sorte au « nettoyage » de la cellule en éliminant les protéines et les organelles devenues non fonctionnelles.

Dans le cas du jeûne, plus il est prolongé dans le temps, puis l’intelligence du corps puisent dans les corps, afin d’éliminer les cellules malades. De ce fait, certaine pathologies installées dans le corps depuis des années ou des décennies auront parfois besoin d’un jeûne supplémentaire afin d’être totalement éradiquées.

Comment s’engager dans le jeûne ?

  • La première chose à faire est de bien se renseigner afin de ne pas tenter cette expérience n’importe comment. Lisez sur la question, et regardez le reportage d’Arte qui est en lien à la fin de l’article. Le but est de bien fixer cette idée dans votre tête afin de rester concentré sur cette idée. Lisez des livres sur le sujet. Cet article de Libération est très intéressant.
  • Vous pouvez mettre quelques jours avant de commencer le jeûne, en réduisant votre consommation progressivement, en sautant un repas, comme celui du soir. Ce que je vous conseille, c’est surtout d’arrêter totalement les sucres artificiels, et repas préparés. En effet, ils sont bourrés de sucres et qui vont donc stimuler votre faim.
  • Sachez que les trois premiers jours sont les plus difficiles, mais ce n’est absolument insurmontable. Vous pouvez avoir des poussées de sensation de faim, mais cela s’arrête au bout de quelques heures.
  • Entre le 3e et 5e jour, vous pouvez ressentir des douleurs par endroits. Encore une fois, c’est désagréable, mais ce n’est pas insurmontable. C’est normal. C’est ce qu’on appelle la crise d’acidose.
  • Après , vous planez! Littéralement ou presque. Vous pouvez passez auprès de restaurants, de kebbab, regarder un documentaire sur les spaghettis bolognaise, cela ne vous fera rien. Vous planez, et vous vous sentez vraiment bien. Vous vous lèverez le matin avec une pêche qui vous donnera envie de faire un marathon. Le soir, vous aurez une bonne fatigue.
  • Si vous ne vous sentez pas le courage de vous lancer dans un jeûne d’une semaine ou plus, je vous invite à essayer de jeûner 24 ou 36 heures et de recommencer régulièrement. Pourquoi pas une fois par semaine ?

Comment sortir du jeûne ?

Herbert Shelton, qui a supervisé des milliers de jeûnes, conseille de casser le jeûne sur autant de jour que vous avez jeûné ou plus. Ainsi, si vous avez jeûné 15 jours, il vous faudra ajouter progressivement vos aliments pendant 15 jours ou plus.

Le(s) premier(s) jour(s) , il vous faut avaler lentement, en mâchant bien un fruit de saison. Puis ajouter des crudités les jours suivants, puis des légumes cuits, et des fromages, pour terminer par la viande. Évitez naturellement les sodas, et même les jus de fruits, qui vont faire monter très vite votre insuline.

De plus, est sorti il y a plusieurs années un documentaire d’Arte sur la question : le jeûne une nouvelle thérapie. Vous le trouverez ici  ou ici et je vous conseille très fortement de le voir pour en savoir plus. Il est très inspirant.

Je parlerai dans les prochains articles, d’autres types de jeunes, notamment le jeûne sec, le jeûne intermittent.

Bon courage à tous!

Cold water being poured into a glass.

Loi d’attraction : mon nouveau-né est guéri.

healthy naby

Voici le témoignage d’une maman de 39 ans qui vit à Bellingham, dans l’Etat de Washington.

Mon fils est né avec un cas assez grave de jaunisse. Vu que c’est très fréquent chez les nouveau-nés, nous avons décidé de ne pas s’inquiéter plus que cela, et avons quitté l’hôpital avec une lampe à ultraviolets et quelques instructions. Une infirmière devait venir à la maison afin de vérifier que tout allait bien. Mais d’un seul coup, ses paramètres ont commencé à devenir vraiment élevés, et le médecin nous a demandé de le ramener à l’hôpital immédiatement. Toutes sortes d’autres tests ont été faites, et on nous a donné des rapports sur des problèmes au foie, une possible hépatite, et même la possibilité d’une greffe de foie. Chaque test nous a ramené des nouvelles pires que les autres. A un moment, je me suis finalement dit « Plus de tests! » Je ne pouvais plus supporter de les voir prendre des échantillons de sang de mon bébé de 6 jours!

J’avais récemment lu Le Secret et je n’avais ni peur, ni ne me sentais impuissante. Je l’ai ramené à la maison, et je me visualisais que j’enlevais avec une paille tous les poisons de son corps. Je l’ai fait à de nombreuses reprises au cours de la nuit et toute la matinée. Lorsque l’infirmière est venue le lendemain pour prendre ses niveaux, son état s’était amélioré à 100%. L’infirmière a appelé pour dire tous les niveaux étaient revenus à la normale, même elle ne pouvait pas croire à quelle vitesse cela s’était déroulé. Inutile de dire que continuais ma visualisation dans les prochains jours jusqu’à ce qu’il fut parfait. Et maintenant, nous avons un parfait petit garçon de un an!