Pourquoi vous n’arrivez pas à maigrir : la faute aux sucres ?

William Banting, né en 1798, est un croque-mort anglais. Trentenaire, il se rend compte qu’il prend du poids. Les décennies se poursuivant, son poids continue à augmenter. Alors qu’il est âgé de 62 ans, il pèse 90 kilos. Si ce poids est courant de nos jours,  au XIXe siècle, c’était totalement anormal.

Recherchant conseil auprès de médecins, il suit leurs recommandations. Tout d’abord, il s’efforce de moins manger. Mais, il a constamment faim et se sent fatigué. Sa perte de poids est minime.

Ensuite, il se soumet à une discipline physique de fer en faisant régulièrement de l’aviron sur la Tamise de Londres. Il retrouve une meilleure santé et une plus grande vigueur, mais ne perd toujours pas de poids.

Puis, il rencontre un chirurgien français qui lui propose une diète révolutionnaire : ne pas limiter ses calories, mais de supprimer tous les hydrates de carbone : le lait, le pain, la bière, les sucreries, les pommes de terre, etc.

Rapidement et facilement, il perd du poids. Celle-ci se maintenant au fil des années, il publie un livre pour faire partager au public ses découvertes sous le titre : Letter on Corpulence Addressed to the Public. Ce dernier est désormais considéré comme le premier ouvrage de régime. Pendant les 100 prochaines années, les médecins s’accorderont avec les découvertes de William Banting : la prise de poids est causée par la consommation de sucres raffinés.

En 1882, le médecin canadien William Osler, spécialiste de l’obésité, dira même en outre que pour ne pas prendre de poids, il est nécessaire d’absorber des graisses en quantité suffisantes, car elles permettent à l’organisme d’arriver à une sensation de satiété.

En 1963, le Dr Passmore confirme dans la revue britannique British Journal of Nutrition ce que l’opinion publique sait déjà, de manière empirique : « Chaque femme sait que les sucres font grossir ». Mais, à l’époque, nos sociétés ne souffraient pas d’obésité.

Les choses changèrent dans les années cinquante, quand le très influent, Dr Ancel Keys, proche du président américain Eisenhower avança une théorie sur la raison de l’épidémie de crises cardiaques qui semblait décimer les Etats-Unis. Se basant sur les résultats de son études des sept pays, qui est désormais reconnue comme biaisée et malhonnête, il avance que la consommation de graisses était la raison des accidents cardiaques. Ainsi, par la suppression des graisses, on augmente la consommation des sucres.

Dans le même temps, des scientifiques s’érigent contre les conclusions du Dr Keys. Ainsi, le chercheur britannique en nutrition et en physiologie John Yudkin, montre dans son livre Pure, White and Deadly – How Sugar is Killing Us[1], que le sucre est la source de nombreux problèmes de santé.

En raison d’intérêts financiers colossaux, la bataille a fit rage dans les rangs des scientifiques. John Yudkin a finit par être mis au placard, sa carrière brisée. Mais cinquante ans plus tard, l’explosion des chiffres de l’obésité, des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques montre que le dogme anti-gras ne fait plus recette. La diète cétogène et les diverses options de jeûne font de plus en plus d’adeptes. La redécouverte de l’insuline dans sa propriété de stockage du sucre sous forme de graisses va changer la donne ; un phénomène que révèlera le journaliste plusieurs fois primé du New York Times Gary Taubes. La suite de ce sujet traitera de l’insuline et comment elle fait grossir.

[1] Pur, blanc et mortel. Comment le sucre nous tue.

Groupe de discussion Facebook sur le jeûne thérapeutique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s