Etude scientifique : l’autophagie par le jeûne dégrade les cicatrices

La particularité du jeûne est qu’il permet d’améliorer les problèmes physiques comme rien d’autre. Il permet naturellement de perdre du poids, mais aussi réajuste le système endocrinien en normalisant la production hormonale.

En outre, la découverte récente est la capacité d’autophagie, qui est la dégradation des cellules et tissus dégénérés, inutiles ou malades. Ainsi, on observe une absorption progressive des  boutons, excroissances, tumeurs, acrochordons.

Néanmoins, il est souvent demandé si le jeûne a le pouvoir de réduire ou limiter les cicatrices. De mes lectures de certains témoignages que je relate dans le livre Le Pouvoir du jeûne, il semble que des jeûnes longs permettent effectivement d’éliminer les cicatrices. Il est souvent nécessaire qu’il s’agisse de jeûnes longs car ces tissus ne sont prioritairement ciblés par l’organisme lors de l’autophagie.

Un autre exemple, que je connais personnellement, est celui d’une amie qui a vu, suite à quelques cycles de jeûnes secs, réduire fortement une cicatrice chéloïde. La radicalité de ce type de jeûne permet une efficacité plus profonde dans les cellules et donc de réduire fortement le temps d’action. Mais, je sais que beaucoup doute de cette possibilité.

Or une étude chinoise conforte mes affirmations. Réalisée in vitro, elle montre que l’état de famine génère un phénomène d’autophagie qui dégrade les cicatrices hypertrophiques (chéloïde).

Voici la traduction du résumé de l’étude :

Objectif: étudier l’occurrence de l’autophagie hypertrophique des fibroblastes induite par la privation de nourriture.

Méthodes :

Des fibroblastes humains primaires provenant de cicatrices hypertrophiques ont été isolés et les fibroblastes en phase de croissance logarithmique ont été cultivés avec une solution de sel équilibrée de Earle (EBSS) sans acide aminé au lieu du milieu DMEM. Les cellules ont été recueillies aux moments 0, 1, 2 et 3 h après la culture de EBSS (solution saline). Les cellules ont été recueillies aux moments 0, 1, 2 et 3 h après la culture de EBSS. L’expression de la protéine 1 chaîne légère 3 (LC-3) associée aux microtubules et de la protéine Beclin-1 liée à l’autophagie a été détectée par Western blotting et qRT-PCR. Des vésicules autophagiques apparaissent dans deux fibroblastes.

Conclusion: la privation de nourriture peut induire l’autophagie des fibroblastes cicatriciels hypertrophiques.

Je rappelle que le jeûne sec prolongé doit se faire avec précaution et progression.

Pour aller plus loin dans le pouvoir du jeûne, allez ici. Vous trouverez ici, un avis sur ce livre.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s