Comment vous coucher avec un problème et vous réveiller avec la solution

Savez-vous que vous pouvez vous coucher le soir avec un problème et vous réveiller avec la solution ? Ce processus est appelé incubation, du latin incubare, qui signifie se coucher. Connu depuis au moins l’ancienne Égypte et la Grèce antique, des individus initiés ont toujours utilisé l’incubation onirique pour résoudre des problèmes, pour guérir, pour trouver inspiration dans des domaine artistique, pour trouver une solution dans le domaine scientifique ou pour percevoir le passé ou l’avenir. Avant de travailler sur l’incubation des rêves prémonitoires, je vais vous inviter à incuber des rêves simples.

  1. Choisissez votre sujet
    Travaillez sur un sujet à la fois. Si vous avez plusieurs problèmes qui vous taraudent, choisissez celui qui vous semble le plus urgent.
  2. Imprégnez-vous émotionnellement du désir de résoudre du problème.
    Ecrivez un petit résumé de quelques lignes sur le problème qui vous travaille et sur les solutions éventuelles que vous envisagez. Notez tout ce que vous avez sur le cœur, mettez-y toutes vos émotions. Lâchez-vous. Notez les avantages que vous aurez quand vous aurez résolu le problème. Restez sur ces sentiments positifs.
  3. Choisissez votre phrase d’incubation
    Choisissez une phrase qui va résumer votre désir de résoudre votre problème. Elle fera le lien entre votre subconscient et votre subconscient. Vous pouvez structurer votre phrase sous forme de question ou d’affirmation.
    Ainsi, ce peut être : « Cette nuit, je demande a rêver de la solution parfaite pour reprendre contact avec ma mère » ; « Dois-je accepter ce poste en Caroline du Nord ? » ; « Puis-je aller en Egypte en toute sécurité en vacances cette année ? » ; « Bertrand est-il sincère dans notre relation ? », etc.
  4. Eteignez la lumière. Fermez les yeux. Respirez profondément.
    Répétez la phrase à mi-voix ou silencieusement en restant concentré. Répétez-la encore et encore jusqu’à vous endormir. Ne vous laissez pas distraire par des pensées concernant vos tâches du lendemain, ou des pensées de doute. Croyez fermement dans le processus.
  5. Endormez-vous.
    Il s’agit de l’étape la plus facile. L’énergie que vous avez générée lors du processus d’incubation va se transmettre à votre subconscient qui fera émerger la solution.
  6. Notez votre rêve au réveil.
    Quand vous vous réveillez, notez toute pensée, rêve dont vous vous souvenez. Si vous n’avez que des bribes d’images, notez-les également. Les rêves incubés arrivent en général la même nuit de l’incubation. Ils sont en général faciles à comprendre, étant le résultat d’une pensée concentrée. Vous trouverez ici une méthode d’interprétation de vos rêves.
  7. Soyez persistant.
    Si vous avez du mal à obtenir un rêve rapidement, il se peut que vous fassiez un blocage inconscient qui vous empêche de vous en rappeler. En effet, si vous êtes anxieux, stressé, vous sentez coupable ou doutez fortement du processus, vous retarderez l’émergence de la solution. Rappelez-vous que dans les traditions anciennes Grèce, on associait l’incubation à des jeûnes et à des méditations. Cela permettait d’augmenter l’énergie focalisée sur la génération de la solution. Donc, même si vous n’entrerez pas en litanie pendant des semaines avant l’incubation, faites l’exercice avec le plus grand des sérieux si vous voulez obtenir des résultats significatifs.

Je propose à ceux qui veulent de tenter d’incuber un rêve simple, donc non prémonitoire, de tenter l’expérience jusqu’au 27 octobre 2018. Le but est de s’habituer au processus. Cette étape est nécessaire avant de passer à l’incubation de rêve prémonitoire.

Demande de rêve prémonitoire : comment interpréter les réponses bizarres ?

William Holbrook Beard

Si vous avez déjà tenté d’incuber un rêve pour obtenir une information prémonitoire, il se peut que vous obteniez des réponses quelque peu farfelues. Sylvie, une collègue à qui j’ai enseignée la méthode de programmation de rêves, joue un peu au tiercé comme moi. Elle a déjà eu récemment des rêves prémonitoires sur le quinté, qui lui ont poussé à tenter de maitriser l’art de l’incubation. Suite à la lecture de La Conquête du Temps d’Harold Horwood, qui traite de la méthode appliquée au tiercé, elle a tenté sa chance. Elle a donc programmé la semaine dernière un rêve en demandant le cheval gagnat du Quinté.

Elle s’est réveillée avec  la chanson des Red Hot Chili Peppers, Californication. Dans le même temps, elle pensa très fort à la série du même nom, et au personnage d’Hank Moody, joué par David Duchovny. Elle ne comprenait pas le message. Elle vint me voir, pour savoir sur quel cheval elle devait jouer. En regardant dans la liste, il n’y avait pas de cheval qui portait ce nom ou un nom qui y ressemblait. Elle s’est demandé si elle devait peut-être jouer sur le 3, car le C de Californication est la 3e lettre de l’alphabet. En effet, dans l’ouvrage d’Harold Horwood, il gagne parfois de cette façon. Néanmoins, je ne pensais pas qu’il  s’agissait d’un tel cas présentement. Si son subconscient voulait lui indiquer le numéro 3, pourquoi ne pas dire directement le 3, plutôt que passer par une chanson ?

Elle a néanmoins joué 2€ sur le 3, qui n’est pas arrivé dans les 5 premiers. Elle est donc revenue me voir pour y comprendre plus clair. Je lui ai alors rappelé que les réponses que l’on obtient sont toujours un miroir de l’état d’esprit au moment de l’incubation. Je lui alors demandé, ce que signifiait pour elle Californication (attention, sans passer par Google). Elle m’a dit qu’elle pensait que Californication était probablement un jeu de mots entre California + fornication.  La chanson comme la série traitait de relations sans lendemain, d’un monde totalement superficiel, qui ne mène à rien. Je lui ai demandé si cette réponse pouvait correspondre à son rêve. Elle supposait que non, puisque ce n’est pas la réponse qu’elle attendait. Je lui rappelais à nouveau que la réponse du subconscient correspond toujours à notre état d’esprit, et lui ai demandé si son incubation aurait pu être superficielle, sans profondeur. Elle m’a répondu par la positive. Elle a avoué que son incubation ne s’est pas fait avec une bonne concentration, qu’elle ne cessait de penser aux problèmes de boulot, etc.  La réponse était bien le miroir de son état d’esprit.

Un autre exemple qui est le mien propre. Bien que je sois très chargée depuis des semaines, j’ai pu lever un peu le pied ces derniers jours. J’ai donc incubé hier soir, sur le gagnant du quinté d’aujourd’hui. Au réveil, je ne me souvenais de rien, puis j’ai une forte image du personnage principal de la série américaine 12 Monkeys  (l’Armée des douze singes). Même si c’était la première fois que j’avais comme réponse une série télé, je me suis dit que mon subconscient me disait :

  • Ou le 12 comme gagnant de la course
  • Ou il y aura un couplé gagnant 1-2 ou 2-1.

Arrivée de la course du jour, le 01/05/201 : 2  – 1 – 18 – 17 – 12.

Le message n’était pas très clair et même brouillon, il m’a forcé à faire trois choix. J’ai investi 9 €, 3 par choix et ai gagné près de 60 €. Harold Horwood fait également cette remarque: parfois, le message est trop confus pour prendre le risque de jouer. Étant pionner dans l’incubation de rêves pour le tiercé, on peut comprendre qu’il avait du mal au début à comprendre l’origine du problème.  Il supposait que notre état d’esprit était en cause, il avait mis le doigt dessus, mais il était encore dans une posture morale. Or, le subconscient n’est pas moral, c’est votre sentiment et votre état d’esprit qui comptent.

Ainsi, pour avoir des réponses claires, il faut poser des questions claires, et avoir une émotion de tout sentiment contraire. Plus votre esprit sera « confus », plus la réponse du subconscient le sera. Plus vos émotions seront parfaites, plus vos réponses le seront également.

Des remarques ?

Harold Horwood, l’homme qui gagnait aux courses avec ses rêves

Extrait de son livre, La Conquête du Temps, que vous trouverez en vente ici, en format électronique.

« Octobre 1945 – La veille de la course du Cambridgeshire. C’était le premier rêve dont je me souvenais concernant les courses de chevaux. Dans mon rêve, je lisais un télégramme qui disait à peu près ceci : « Le nom du vainqueur de la grande course est, oui, qu’il n’en avait pas ».

Cela me semblait tellement ridicule que je ne l’ai même pas considéré comme sérieux. Néanmoins, au déjeuner avec mon frère, en parlant de la course de Cambridgeshire et je me suis souvenu du rêve, que je lui ai raconté. On a rigolé tous les deux, mais on a regardé dans le journal la liste des 28 partants pour voir si ce rêve pouvait avoir un sens. Nous avons conclu rapidement qu’il n’y avait rien qui semblait avoir lien avec mon rêve, mais quand le résultat des courses est venu quelques heures plus tard, nous fûmes très déçus : Esquire (le numéro 12) avait gagné la course à 40/1.

Note du traducteur : Esquire signifie écuyer.

Bien que mon frère ne partageait pas totalement mon opinion, j’ai tout de suite compris que mon rêve en disant : « Le nom du vainqueur de la grande course est, oui, qu’il n’en avait pas ! » m’avait bel et bien désigné Esquire (12) comme le vainqueur de la course. J’ai néanmoins décidé de faire plus attention à mes rêves et à leur interprétation dans le futur.

Note du traducteur : bien que le mot « Esquire » signifie écuyer, en Angleterre, pays de l’auteur, on donne le titre d’«écuyer» à la petite noblesse qui n’a pas de titre (donc qui n’a pas de nom). Le rêve était donc un jeu de mots.

J’ai aussi préparé mes courses en ouvrant des comptes de crédits auprès des bookmakers. Le rêve suivant est venu à moi la veille du tournoi d’Oaks en mai 1946. Dans celui-ci, j’ai vu distinctement une liste de trois noms énumérés sur trois lignes :

1) Goodwin Sands
2) Steady Aim
3) Je n’arrivais à me souvenir du nom.

Je supposais que cela signifiait le 1er, le 2nd et le 3e de la course. Steady Aim était bien listé dans la course d’Oaks, mais rien en ce qui concernait Goodwin Sands. Je ne savais pas si un tel cheval existait bel et bien, alors je me suis dit que peut être, il s’agissait d’un nom symbolique. J’ai donc joué « gagnant » sur l’un des chevaux qui me semblait avoir un lien avec la mer. Il n’était même pas placé.

Par contre, j’ai joué « placé » sur Steady Aim pour une petite mise. Il a gagné la course à 7/1. Ce qui est encore plus étrange par rapport à ce rêve, est que quelques jours plus tard, j’ai lu dans le journal, une victoire du cheval Goodwin Sands sur une course mineure !

Le rêve suivant était plus catégorique. Il a eu lieu le 7 octobre 1946. Ce matin là, j’ai été réveillé par un cri qui phonétiquement ressemblait à Sehoney et je l’aurais écrit comme cela. Sur ma table de chevet, se trouvaient deux listes des partants composant le Double de l’Automne : la Cesarewitch pour dans deux semaines plus tard, et la Cambridgeshire, quatre semaines plus tard.

En cherchant dans la liste, un nom correspondant au son qui m’avait réveillé, je trouvais Sayani qui courrait sur le Cambridgeshire et j’étais certain qu’il s’agissait bien de ce cheval-là. J’ai donc joué gagnant en misant en Ante-post à 40/1. Il y avait 34 chevaux partants. D’ailleurs, tout à fait par hasard, j’ai noté qu’il avait couru deux courses mineures peu de temps après mon rêve, et qu’il avait gagnées. Donc avec la course de Cambridgeshire, cela faisait trois victoires de suite. J’ai gagné 200£ (livres Sterling) avec ce rêve, comme le prouve les reçus.

Note du traducteur : « Placé » signifie arrivé dans les trois premiers. Si vous avez joué placé, et votre cheval l’est effectivement, vous gagnez.

De plus, dix jours à peu près avant la course du Manchester November Handicap, en novembre 1946, j’ai rêvé du nom Las Vegas. Et, à nouveau le matin de la course, il m’est venu un flash me présentant les lettres L-V-G, qui me semblait être une confirmation de mon rêve précédent. J’ai donc joué 40£, et ai gagné 800$£. Il y avait 23 partants et celui-ci a gagné avec une côte de 20/1.

Donc, en l’espace de quelques semaines, j’ai gagné plus de 1000£ en voyant dans mes rêves les gagnants de deux courses consécutives. Les reçus de jeu et les reçus de versements bancaires prouvent tous l’authenticité des faits ».

Comment un ingénieur en electricité anglais a gagné des centaines de fois aux courses de chevaux en rêvant des courses à l'avance

Ginny Miller a-t-elle guéri son père d’une leucémie à la faveur d’un rêve lucide?

dream-world-painting-jacek-yerka-1

Cet article est la traduction du témoignage orignal en anglais de Ginny Miller que vous trouverez ici qui date de 2015. Il décrit un cas de guérison physique comme on pouvait en trouver dans la Grèce antique. J’avais déjà traité un peu de ce sujet, il y a quelques mois, dans cet article sur la guérison par le rêve. Ce cas prouve les capacités de l’esprit humain. Nous n’en connaissons pas les limites, mais au fur et à mesure que certains d’entre nous font preuve de curiosité, ces limites sont à chaque fois repoussées.

Voici son témoignage:

« Ces dernières années, mon père a fait des examens sanguins réguliers. Or récemment son compte de plaquettes a largement diminué, à un degré tel qu’en février dernier, son médecin a programmé des examens sanguins supplémentaires pour voir s’il avait leucémie, et auquel cas, un traitement serait appliqué. Un dernier examen a donc était effectué le jeudi 12 février, et les résultats seraient disponibles le mardi prochain. Alors que j’ai appris la nouvelle, j’ai décidé d’incuber un rêve lucide avec l’intention de générer une guérison, le dimanche.  Dans les premières heures de la matinée, j’ai eu ce rêve étonnant :

Je me trouve éveillée alors que je suis profondément endormie et rêve que je marche dans un magasin. Je me rappelle de mon papa et que je dois le trouver pour lui faire une guérison. Je vais au comptoir  et demande un téléphone. J’appelle le numéro de mes parents et mon père répond au téléphone. Je dis « salut papa, » et il dit « oh, C’est toi. » Je lui dis où je suis et lui demande me retrouver dehors.

Je sors, le jour est gris et obscurci. Les gens sont habillés chaudement avec des manteaux et des écharpes. Je me tiens sur les escaliers de ce magasin. C’est un bâtiment ancien et dans un centre ville où j’ai grandi.  Je me mets à chercher mon papa. Je suis dans la rue et je suis impatiente de le retrouver. Le trottoir est humide comme s’il avait plu récemment. Tout est incroyablement vivant et vrai – l’odeur de la pluie récente, le léger froid dans l’air. Je suis là. Je vois le camion pick-up noir du de papa venir du haut de la rue. Il sort. Il marche vers moi avec sur la tête sa casquette bleu-foncé tirée vers le bas de son visage, et  je ne me souviens pas de l’avoir vu la porter avant. Il a également une veste en cuir noire.

Il se met à genoux vers le bas devant moi, et je me mets à genou devant lui également. Je mets mes mains sur ses épaules. Je lève la tête et demande sa guérison. Je regarde mon papa pendant qu’il soulève sa tête pour me regarder. Son visage s’illumine de et semble translucide et il semble beaucoup plus jeune, comme dans les  photos où il est adolescent ou quand il venait de se marier.  Ses yeux miroitent et il sourit. Nous savons que la guérison s’est produite. Je sens le parfum frais de la pluie sur le trottoir. Je me rappelle ce jour et m’en souviendrai toujours. Le rêve se fane.

Je partagerai ce rêve avec mon père plus tard, et avec Ed Kellogg (biochimiste très bien connu dans le monde du rêve lucide, étant lui-même rêveur lucide prolifique. Il s’est surtout spécialisé dans la guérison physique par le rêve lucide. Vous trouverez ici un de ses articles : https://metanoialaporteauxmiracles.com/2015/09/04/guerison-dune-amygdale-infectee-suite-a-un-reve-lucide-incube/). Je sens tellement fort que les tests vont être bons, tellement mon rêve lucide a été le plus incroyable que j’ai jamais eu.

Le mardi mon père va revoir son médecin, et me rappelle en soirée. Les résultats ne sont pas bons. Ses chiffres sont en baisse. Quand il a demandé à son médecin la signification, elle lui a répondu que cela voulait dire qu’il était atteint de leucémie, et qu’il avait besoin de chimiothérapie. Le médecin a donc programmé d’autres tests.

Je suis sans voix. Je raccroche. Je suis en larmes. Je suis totalement découragée. Je suis complètement brisé en esprit et dans mes convictions.  Je rappelle Ed. Je lui laisse un message. Je lui dis que je ne crois plus dans les rêves lucides et en particulier dans la guérison par le rêve lucide. Il me rappelle et essaie de me réconforter en m’apprenant que les guérisons issues des rêves lucides peuvent prendre du temps. Il m’envoie un bon nombre d’informations sur la guérison du cancer.

assembly-painting-716x393

Assembly Painting par Healing and Hope

Pendant quelques jours, nous avons lu tout ce qu’il nous a envoyé. Mon le père est ouvert à tout. Puis, une pensée des plus merveilleuses vient à moi. La prise de sang de mon père a été faite trois jours avant que j’aie incubé le rêve. Je suis folle de joie! Je partage l’info avec mon père. Il est sceptique, mais comme toujours très ouvert à tout concernant la guérison. Nous avons un lien très fort et ce sera toujours ainsi.  J’ai bien envie de lui dire de ne pas faire le test de  tomodensitométrie qu’ils ont ordonné, mais je n’ose pas. On parle alors de ce scanner qui arrive. Lui se rappelle qu’il  a des lésions sur son foie et rigole: « Attends que mon médecin les voit! ». Nous éclatons de rire.

Sa scanographie revient absolument parfaite. Même les lésions hépatiques ont disparu. Alors son médecin a annulé l’opération chirurgicale de la moelle osseuse qui était déjà programmée. Je suis incroyablement heureuse. Un mois plus tard, mon père subit de nouveaux examens sanguins. Cette fois, les résultats semblent miraculeux. Son compte de plaquette est passé de 71 jusquà 101. Son docteur est stupéfait des résultats, et lindique qu’elle n’avait jamais vu un tel retournement auparavant.
Mon père lui a demandé si elle voulait savoir ce qui il avait fait, mais elle refuse. Elle l’a néanmoins encouragé, en lui disant de continuer à faire, ce qu’il fait ».

Ed Kellogg, cité plus haut, a utilisé le rêve lucide pour guérir de nombreux maux et même pour réduire une cicatrice. Certains témoignages parlent de suppression de kystes. Cependant, mon point de vue est qu’un rêve lucide n’est pas nécessaire pour obtenir une guérison. J’ai entendu parler de rêves incubés non-lucides qui ont eux aussi fait des miracles. Une incubation peut suffire. La raison pour laquelle les rêves semblent plus efficaces est que quand vous vous réveillez en rêve, vous n’avez pas de résistance. Vous pouvez voler comme un oiseau, nager au fond de l’océan comme une baleine, vous pouvez vivre toutes les expériences que vous décidez de vivre. Vous pouvez guérir tout ce que vous voulez. Et apparemment, ce que vous faites en esprit, se répercute dans votre corps.

Livre électronique – La Conquête du Temps – Harold Horwood

la-conquete-du-temps

Ou comment un ingénieur anglais a gagné des centaines de fois aux courses de chevaux en rêvant des vainqueurs à l’avance.

J’ai enfin fini la traduction de ce livre absolument unique sur les rêves prémonitoires!

En 1945, Harold Horwood, un ingénieur anglais en génie électrique, suite à des méditations visant à développer son intuition et son 3e œil, se mit à recevoir des rêves prémonitoires concernant les courses de chevaux. Ces rêves arrivaient d’abord de manière spontanée, puis il a mit en place une technique méditative de concentration pour les faire émerger à volonté, ou presque. En conséquence, il a déterminé en avance succès des centaines de vainqueurs de courses et a gagné des milliers de livres Sterling. Suite à la publication de la première édition de cet ouvrage, il a reçu des dizaines de lettres de gens qui avaient appliqué ses techniques avec succès.

Néanmoins, le but premier de l’écriture de ce livre était pour l’auteur de prouver que les rêves prémonitoires existaient bel et bien, que la réalité était beaucoup plus complexe qu’il n’y parait, et donc de réduire définitivement au silence les chantres du matérialisme qui dominaient les idéologies de la société anglaise.

Je considère ce livre comme le plus intéressant, passionnant et accompli sur les rêves prémonitoires et leur programmation. Cet ouvrage, qui avait été un franc succès dans les années 50 à 70 a disparu progressivement des librairies et des bibliothèques et est désormais introuvable.

Je ne peux que fortement conseiller à toute personne voulant explorer ce domaine de la programmation de rêves prémonitoires et prendre son destin en main, de le lire et le relire avec passion. Il sera un point de non-retour sur votre vision de la vie et de vos possibilités paranormales. Gardez-le donc précieusement, car c’est un véritable trésor. Pour ceux qui veulent se le procurer, vous le trouverez ici:

 

Comment un étudiant du Dr Joseph Murphy utilise ses rêves pour gagner aux courses de chevaux.

horses-racing-painting

Voici le témoignage du Dr Joseph Murphy, auteur du très célèbre best-seller, La Puissance de votre Subconscient, qui explique comment un de ses étudiants utilise ses rêves pour gagner de l’argent aux courses de chevaux.

« Chaque soir, il étudie attentivement les journaux de courses ne s’intéressant qu’à deux courses qu’il choisit. Puis, il dit à son subconscient : « Je t’adresse cette requête. Révèle-moi les prochains gagnants de la première et troisième course (ou celles qu’il a sélectionnées). Ensuite, il s’endort en pensant au mot « gagnants, gagnants, gagnants ».

Durant le sommeil, le conscient s’unit de manière créatrice au subconscient qui accepte la dernière idée éveillée et s’emploie à y répondre à sa manière. L’homme en question voit souvent la course et le gagnant en rêve. Parfois, il voit la course, mais à son réveil, il a oublié le nom du gagnant.

Une nuit, il vit le cheval « Look-me-over » remporter la victoire sur une côte de 27/1. Il a parié 4000$, et a gagné environ 100.000 $.

Vous remarquez que son rêve avait un caractère prémonitoire, c’est-à-dire qu’il avait vu la course 24 heures avant qu’elle n’ait lieu, mais le songe était intimement lié à son métier d’organisateur de paris. Votre subconscient est impersonnel et tout le monde est égal devant lui. Au banquier, il fournira une intuition relative à l’argent, au chimiste relative aux formules chimistes, au courtier relative aux investissements, et à l’inventeur en quête d’une nouvelle découverte, un processus entier. Votre subconscient vous donne des incitations, des idées, des réponses et des impressions intuitives en fonction de vos centres d’intérêt et de vos passions ».

Comment le journaliste Randall Fitzgerald a battu les machines à sous grâce à ses rêves

A l’époque de son article, Randall Fitzgerald était un journaliste d’investigation pour le journal américain The Skeptikal Examiner. Il était spécialisé dans le tout ce qui relevait du paranormal. Il a écrit plusieurs articles sur les rêves prémonitoires et les jeux d’argent. Il avait également fait une enquête sur des gens qui rêvaient régulièrement des numéros de jeux de hasard et fait maintes expériences, à titre personnel, pour voir si la chance pouvait se commander. Pour ceux qui comprennent l’anglais, je les invite à lire son très bon ouvrage Lucky You, où il donne les résultats de ses méthodes et de ses enquêtes sur la prémonition dans les jeux, notamment.

Randall Fitzgerald

Randall Fitzgerald

Au cours de l’une de ses investigations, Fitzgerald rencontra un homme à Las Vegas, qu’il rencontra dans le cadre de son enquête sur l’utilisation du subconscient pour gagner aux jeux d’argent. Ainsi, il observa pendant plusieurs jours, le prénommé Andy, lui prouver comment il gagnait régulièrement au casino aux tables de jeu.

Au cours de l’enquête, Andy lui indiqua également une technique de méditation à utiliser avant de se coucher pour rêver de façon prémonitoire  de numéros à jouer.  (A noter qu’il s’agit des mêmes techniques de Neville Goddard, que je présente sur le site). Il fit cela pendant une semaine, et le matin du 15 septembre 2003, il se réveilla avec l’image d’une vision dans son esprit. Il s’agissait de l’image d’une ligne de trois symboles de diamants, sur une machine à sous. C’était une image simple, mais accompagnée d’un sentiment puissant qui l’a empêché de se rendormir. Il n’arrivait néanmoins pas à avoir la certitude, s’il y avait deux ou trois diamants. Il n’y avait aucune autre indication sur la machine, néanmoins, il avait le sentiment que cette machine se trouvait au Casino Konocti Vista, situé dans la région du vin, dans le nord de la Californie.

Cette vision l’a troublée à un point qu’il en a parlé à Don Altman, un ami psychologue et ancien moine bouddhiste. Dans le même temps, une amie qui lui devait une somme d’argent importante, l’a contacté pour lui payer une partie. Le paiement de cette dette généra chez Randall un sentiment profond de soulagement et de bien-être, et lui signala que peut-être, c’était un signe pour aller faire un tour au Casino de Konicti Vista. Après avoir déposé le chèque à l’agence bancaire de Lakeport, il se dirigea vers le casino en question, en se demandant tout au long du trajet s’il devait se concentrer sur les machines à deux ou trois diamants. Une fois arrivé, il se posta devant une machine à sou à deux diamants, et entra la mise maximal de 2 $. Il commença à gagner presque immédiatement, car il gagna 120$ au second essai. Il continua à gagner et au bout de plusieurs minutes, avait gagné au total plus de 400$.

A ce moment, il avait trouvé une foi totale dans son rêve, et à un moment, les trois symboles de doubles diamants, apparurent, accompagnés par une musique de John Philip Sousa, et la machine s’éclaira. Il venait de gagner 1600$, le maximum qu’il était possible de gagner sur cette machine. Sa vision s’était réalisée et il était totalement enivré par l’expérience.

double diamond

Le lendemain,  vers 09h30, sur le chemin pour déposer l’argent à la banque, il revint sur son rêve et sur les deux options qu’il y avait vues : deux ou trois diamants ? Il s’est alors dit que peut-être, ce n’était pas l’une ou l’autre des options, mais les deux étaient valides ! A cette pensée, il refit un détour et retourna au casino. Il s’installa devant une machine à trois diamants et y introduisit un billet de 20 $, en faisant des mises maximales de 2. Quelques instants plus tard, la machins s’éclaira de nouveau en feux et musiques, et il gagna 2500$.

Un vieux monsieur, qui était assis sur la machine à sou d’à côté, lui lança alors :

  • N’ai-je pas noté que vous n’avez joué que 2$ ?
  • Tout à fait, lui répondit Randall. Avez-vous déjà vu quelqu’un gagner le jackpot au premier essai ?
  • Non, jamais ! Vous devez avoir la baraka ! , lui dit-il alors.
  • Ben, disons que je prête attention à mes rêves!!!, lui retourna Randall, dans une réponse cryptique.